La sauce de la salade César



Depuis que je travaille en région parisienne, il ne se passe pas une semaine sans que je vois des salades César apparaître dans les menus, et ce quel que soit le type de restaurant (sauf peut être les asiatiques quand même). C’est tendance, pas cher à produire et donc il est normal que ça apparaisse chez les professionnels.

En revanche, c’est hyper facile à faire à la maison (il n’y a que quelques ingrédient dans une salade césar). Mais ce qui va faire toute la différence, c’est la sauce.

Je me suis trouvé une bonne recette chez nos amis américains (même si elle a été inventée au Mexique), depuis je la suis religieusement car elle est délicieuse.

Ingrédients : 

  • 4 filets d’anchois à l’huile
  • 1 petite gousse d’ail
  • 2 jaunes d’oeufs
  • 2 càs de jus de citron
  • ¾ càc de moutarde de Dijon
  • 2 càs d’huile d’olive
  • 12 cl d’huile végétale
  • 3 càs de parmesan râpé
  • Du poivre du moulin
  1. Hacher ensemble les anchois, l’ail et une pincée de sel. En faire une pâte, en vous aidant du côté du couteau pour écraser tout ça. Le sel va servir d’abrasif pour arriver à ce résultat. Mettre dans un saladier.
  2. Ajouter à ce mélange les jaunes d’oeufs, le jus de citron et la moutarde. Fouetter pour homogénéiser le tout.
  3. Petit à petit verser l’huile d’olive tout en fouettant (comme pour une mayonnaise) et l’huile végétale ensuite. La sauce doit être lisse et épaisse.
  4. Finir en ajoutant le parmesan, le poivre et le sel (si besoin car anchois et parmesan en contiennent déjà pas mal)
  5. La sauce est prête, il n’y plus qu’à la verser sur votre salade César.

Via : Bon Appetit

[Post it] Comment désactiver (ou activer) le Secure Boot pour les cartes mères ASUS



Petit rappel si jamais ma carte mère ASUS me joue des tours pour réussir à désactiver le secure boot pour réinstaller mon Linux favori.

Attention, c’est en anglais.

Source : How to Disable or Enable Secure Boot for ASUS Motherboard

[Post it] Line6 Pod HD 500X – Affecter un effet à un footswitch



Je n’arrive jamais à m’en souvenir et je suis toujours obligé de me replonger dans la documentation. Peut-être que l’écrire va me le rentrer dans la caboche une bonne fois pour toute.

  • Sélectionner le bloc d’effet ou d’ampli à affecter au footswitch.
  • Maintenir enfoncé le bouton ENTER pour afficher l’écran « Contacteur au pied Assign ».
  • Utiliser le bouton 1 pour sélectionner le contacteur au pied à affecter au bloc.
  • Sauvegarder le preset en appuyant sur le bouton SAVE
Merci la documentation du POD

Plex – Comment voir ses dossiers multimédia après l’installation sous Ubuntu 19.04



J’adore Plex mais à chaque fois que je réinstalle le système, il n’y a pas moyen de voir mes dossiers contenant mes vidéos et musiques qui sont sur des disques séparés formatés en NTFS (ne me  demandez pas pourquoi, c’est une longue histoire).

C’est donc assez gênant quand il faut réimporter tous mes fichiers multimédia.

Heureusement, voici la solution à mon problème.

D’abord, remplacer l’utilisateur plex par le sien dans le fichier de configuration ci-dessous (je suis  sous Ubuntu 19.04) :

sudo nano /etc/default/plexmediaserver

# the user that PMS should run as, defaults to ‘plex’
# note that if you change this you might need to move
# the Application Support directory to not lose your
# media library (match what is in /etc/passwd)
export PLEX_MEDIA_SERVER_USER=nom_de_votre_utilisateur

Lancer l’interface du serveur dans le navigateur avec l’url suivante :

http:// localhost:32400/web/index.html#!/dashboard

On arrête le service Plex :

sudo service plexmediaserver stop

Ajouter l’utilisateur au groupe et vice versa:

sudo addgroup plex nom_de_votre_utilisateur

sudo addgroup nom_de_votre_utilisateur plex

Démarrer le service Plex :

sudo service plexmediaserver start

Vous devriez maintenant pouvoir accéder à tous vos dossiers pour créer des bibliothèques.

Via : Ask Ubuntu

La brosse à chiotte qui va changer votre vie



J’adore les descriptifs de produits sur Amazon. On sent que la traduction n’a pas fait l’objet d’un budget énorme. Merci Google Translate.

Et en plus de faire nous rêver, la syntaxe employée est juste merveilleuse !!

Morceaux choisis :

  • « Convient à la salle de bain et la cuisine » (quoi ???)
  • pour « donner une sensation confortable » (ils la mettent où cette brosse ?)
  • les poils « permettent d’obtenir votre nettoyant pour cuvette de toilettes plus facile » …
  • « Une apparence simple et exquise » (LOL une brosse à chiotte !!), « un excellent cadeau pour vos amis et votre famille » (si vous ne souhaitez plus les revoir ensuite ! J’aimerais voir leur tronche si vous vous pointez avec une brosse au lieu d’un bouquet de fleurs), « ajoutez beaucoup de vigueur à la vie quotidienne » (je savais bien qu’ils la mettaient quelque part cette brosse !!!)

En regardant de plus prêt, j’en ai vu d’autres (et pas forcément des ustensiles pour toilettes), donc je pense que ça va donner lieu à une série 🙂

Le poulet à la citronnelle



Le sentiment de plaisir indicible que m’a procuré cette recette lorsqu’elle est sortie du four … je ne peux que vous exhorter à l’essayer. C’est comme au restaurant (en mieux car c’est fait à la maison). En plus, si vous avez de la citronnelle au congélateur (c’est un excellent moyen de la conserver si vous en avez acheté un gros paquet), tous les ingrédients font partie du fond d’épicerie asiatique habituel, donc pas de course à faire mis à part le poulet.

Ingrédients :

  • 8 hauts de cuisse de poulet ou 4 cuisses / hauts de cuisse
  • 2 tiges de citronnelle (partie blanche / bulbe finement hachée)
  • 1 piment oiseau rouge ou vert épépiné, finement ciselé
  • 2 gousses d’ail pressées
  • 1 échalote hachée
  • 2 càs de nuoc mam pur
  • 1 càs de sauce soja
  • 1 càs de vinaigre de riz
  • 2 càs de sucre
  • 4 càs d’eau
  1. Séparer les cuisses et les hauts de cuisse si ce n’est pas déjà fait. Nettoyer le poulet en enlevant la graisse et la peau en surplus. Il est important de laisser de la peau qui va donner du croustillant à ce plat. D’habitude, je ne suis pas fan de la peau de poulet, mais là, ça apporte vraiment un plus.
  2. Enlever les premières couches des tiges de citronnelle (une ou deux). N’utiliser que la partie claire (le bulbe) à environ une dizaine de centimètres à partir de la base. La hacher ensuite très finement.
  3. Peler et hacher l’échalote. Presser l’ail.
  4. Épépiner et hacher le piment si vous l’utiliser.
  5. Dans un bol, verser le nuoc mam, la sauce de soja, le sucre, le vinaigre de riz et l’eau. Mélanger. Ajouter la citronnelle, l’échalote et l’ail ainsi que le piment. Bien mélanger jusqu’à dissolution du sucre.
  6. Verser la marinade sur les morceaux de poulet et mettre au frais pendant au moins 2 heures. L’idéal est de le faire la veille au soir pour le midi suivant. Le plus pratique pour ce type de marinade est un sachet plastique refermable de type Ziplok.
  7. Préchauffer le four à 240°C.
  8. Disposer les morceaux de poulet dans un plat, côté peau au dessus. Verser la marinade sur le poulet. Enfourner à mi-hauteur, et baisser la température à 210°C.
  9. Laisser cuire pendant 40 minutes et arroser le poulet avec la sauce toutes les 10 ou 15 minutes. Allonger avec un peu d’eau chaude en cours de cuisson si nécessaire. Dans mon cas, je l’avais même fait dès que j’ai enfourné mon poulet car la marinade ne me semblait pas assez importante pour tenir toute la cuisson. En fin de cuisson, les morceaux de poulet doivent être bien dorés, grillés, avec une peau croustillante. Attention à bien surveiller à partir de 30 minutes car les échalotes ont tendance à brûler, il faut bien contrôler, quitte à baisser la température du four.
  10. Servir avec du riz blanc parfumé.

Via : La kitchenette de Miss Tâm