Archives annuelles : 2008

Configurer sa connexion Wifi sécurisée WPA avec wicd

Une des choses qui m’a le plus intéressé dans Linux Mint et dont je vous ai déjà parlé dans mon billet de présentation / impressions, c’est le gestionnaire de réseau wicd. Grâce à ce logiciel, j’ai enfin pu me connecter sans effort à mon réseau sécurisé FON, ce qui n’était pas le cas avec network-manager (enfin la version dans Hardy en tous les cas, ça fonctionne avec celle d’intrepid sur mon eeepc 701, mais ça c’est une autre histoire). Je me suis donc dit que j’allais vous faire un petit tuto rapide pour le paramétrage d’une connexion sécurisée en WPA avec wicd.

Tout d’abord au niveau graphique, voici à qui ressemble l’icône de wicd (la deuxième en partant de la gauche) sous Linux Mint, je la trouve bien plus classe que celle du network-manager. Après c’est juste mon goût personnel.

PRESENTATION DE L’INTERFACE

L’interface se découpe en deux parties :

  • Les boutons du haut regroupe le type de réseau, une icône de déconnexion, un bouton actualiser et les préférences, ainsi que le classique « A propos ».
  • Je vous laisse aller regarder les préférences, mais je reste chez moi dans du standard, donc normalement pas besoin d’aller modifier quoi que ce soit.

  • La partie du bas est celle qui affiche les réseaux détectés (puisqu’on parle de réseau sans fil dans mon cas, pas de connexion filaire sur mon portable).

LA CONNEXION AU RESEAU

Si vous cliquez sur la petite flèche noire en face du nom du réseau (ici agatzebluz_FON_home2), des informations supplémentaires font leur apparition, notamment la possibilité de se connecter automatiquement, ainsi que 2 nouveaux boutons scripts et advanced settings.

C’est sur ce dernier qu’il faut cliquer pour accéder à l’option permettant de saisir la clé WPA d’accès au réseau sécurisé.

Une nouvelle (et dernière) fenêtre s’ouvre. Tout en bas, vous pouvez alors saisir votre mot de passe d’accès au réseau.

wicd interface réseau type password

Une fois votre clé saisie dans le champ key, validez et cliquez sur le bouton connecter et vous devriez pouvoir accéder à internet de façon sécurisée.

Comme vous pouvez le voir sur la copie d’écran, si vous en avez l’utilité, vous pouvez également renseigner des adresses IP ou des DNS statiques.

Bon paramétrages et bon surf.

Cake à l’alsacienne façon flammenküche

Encore un cake, c’est la saison. Celui-ci est pompeusement appelé façon flammenküche dans le livre des cakes de Sophie, ce qui veut tout simplement dire qu’il est aux lardons (encore), aux oignons et à la crème.

cake facon flammenkuche

Ingrédients :

  • 3  oeufs
  • 150 g de farine
  • 1 sachet de levure chimique
  • 10 cl d’huile neutre
  • 12,5 cl de lait
  • 100 g de gruyère râpé
  • 100 g d’oignons
  • 200 g de lardons fumés
  • 1 peu de beurre
  • 1 c à s d’huile
  • 1 c à s de crème épaisse
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de poivre
  1. Préchauffer le four à 180° (thermostat 6)
  2. Émincer les oignons et les faire revenir à la poêle dans laquelle le beurre aura été mis à fondre avec la cuillère d’huile. Saler et poivrer.
  3. Quand ils sont blonds, ajouter les lardons et les faire rissoler.
  4. Une fois dorés, les retirer du feu et ajouter la crème fraîche.
  5. Dans un saladier (ou au robot), travailler au fouet la farine, les œufs, la levure.
  6. Incorporer petit à petit l’huile et le lait mélangés et préalablement chauffés.
  7. Ajouter le gruyère râpé et mélanger.
  8. Ajouter le mélange lardons oignons et crème.
  9. Verser dans un moule à cake non graissé et mettre à cuire pendant 45 minutes.

Bon appétit.

Découverte de Linux Mint, ma nouvelle deuxième distribution

Linux MintDepuis quelques semaines maintenant, je suis passé, sur mon vieux portable Toshiba qui me sert de mule de test, de Crunchbang Linux à Linux Mint.

Crunchbang est bien mais d’abord Phillip pensait ne plus continuer à la développer (il a apparemment changé d’avis depuis puisqu’une version d’Intrepid remaniée à été mise en ligne) et ensuite, elle est vraiment trop dépouillée au niveau configuration. De plus, je rencontrais parfois des problème ennuyeux, comme la non reconnaissance de mon appareil photo.

Donc, j’ai installé dessus la dernière version de Linux Mint Elyssa en version Fluxbox, pour garder de la légèreté, le PC étant vieux et avec seulement 512 Mo de RAM.

Je passe sur le téléchargement de l’Iso par torrent et l’installation, tout s’est bien passé, comme c’est une base d’Ubuntu je n’ai pas été dépaysé, c’est la même chose. En 15 minutes, c’était bouclé.

Pour faire court, voici les points que j’ai aimés et ceux qui m’ont posé des problèmes.

POINTS POSITIFS

Ce qui me plait bien dans cette distribution.

  • wicd : gestionnaire de réseau très agréable à utiliser, plus performant et simple d’emploi que Network-manager, je trouve. Pour la première fois j’ai réussi à me connecter à mon réseau privé FON sans une goutte de sueur.
  • Les codecs multimédia sont installés par défaut, c’est toujours ça de moins à faire, même si ce n’est pas grand chose.
  • mintinstall : voilà un truc qu’il est vachement bien foutu et que je cherchais depuis longtemps. En plus de jouer le rôle d’installateur de synaptic (qui reste bien entendu accessible, de même que l’installation en ligne de commande), ce programme va vous renvoyer une liste des paquet qui correspondent à votre recherche.
    Il cherche aussi dans les dépôts Mint pour les logiciels spécifiques. En plus, il permet de rechercher sur le site de getdeb si jamais un logiciel ne figure pas dans les dépôts.
  • mintconfig : un centre de contrôle à la Mandriva, qui en fait gère les options de Xfce (qui cohabite avec Fluxbox). C’est pratique de tout voir au même endroit. Le seul problème que j’ai recensé est l’impossibilité de couper le son du démarrage (bien que j’ai décoché l’option).
  • Dans l’ensemble, il y a un grand nombre d’utilitaires bien foutus, c’est très pratique. Je vous laisse lire la présentation en anglais sur le site.
  • Elle est très réactive, et c’était le but recherché, merci Fluxbox.

POINTS NEGATIFS

  • Un petit truc, mais qui finit par être chiant, c’est la demande du mot de passe pour éteindre ou  rebooter à chaque fois. Je n’ai pas trouvé le  moyen de passer outre, une histoire de modification d’un fichier de config (sudoers, il me semble).
  • Mon appareil photo (Canon Ixus 860) n’est pas reconnu par défaut. Donc pas moyen de débarquer les photos. Et il n’est pas monté non plus en tant que stockage externe. J’ai réussi à me débrouiller en installant des paquets via synaptic, mais c’est très très long pour rapatrier une photo. Je pense que c’est lié à Fluxbox, car sous Ubuntu Gnome, ça marche impec.

Les points positifs l’emportent largement sur les quelques désagréments rencontrés, je suis très content de Mint. Et je ne suis pas le seul, je n’en ai lu que du bien pour l’instant.

Bref, essayez là, vous risquez de ne pas être déçu.

Le porc à l’ananas

Ça faisait très longtemps que je n’avais pas proposé une recette au wok, alors c’est réparé, aujourd’hui on fait du porc à l’ananas. La recette est tirée du super livre de Ken Hom, Cuisiner au wok.

J’aie beaucoup cette recette qui ne demande pas beaucoup d’ingrédients. Et le mélange sucré / salé, doux / acide est délicieux.

Ingrédients :

  • 500 g de filet de porc
  • 2 c à s d’huile d’arachide
  • 2 gousses d’ail
  • 1 ananas frais ou 2 boites d’ananas en conserve
  • 1 bouquet de coriandre fraiche
  • 1 c à s de sauce soja
  • 2 c à c de  sucre roux

Pour la marinade :

  • 3 c à s de sauce soja
  • 3 c à s de vin de riz (ou de xerès)
  • 1 c à s d’huile de sésame
  • 2 c à c de maïzena

Porc ananas 01

    1. Mettre le porc au congélateur une heure ou deux pour qu’il soit assez dur pour pouvoir le découper facilement.
    2. Couper le porc en lamelles fines de 5 cm de long et 2 de large.
    3. Mélanger les ingrédients de la marinade et y ajouter la viande. Laisser reposer une heure ou le temps de préparer les autres ingrédients.
    4. Hachez l’ail, la coriandre et découper l’ananas en petits morceaux.
    5. Faire chauffer l’huile dans le wok. Un fois qu’elle est chaude, y ajouter l’ail et le laisser cuire 15 secondes. Éviter qu’il dore trop ou il sera amer.
    6. Ajouter le porc et laisser le cuire jusqu’à ce que tout le rose de la viande ait disparu. On ne doit plus voir de viande crue (pas comme sur la photo quoi).

Porc ananas 02

    1. Ajouter alors le reste des ingrédients, ananas, coriandre, sucre, sauce soja et laisser cuire encore 4 ou 5 minutes.

Porc ananas 03

Porc ananas 04

    1. Servir avec un riz blanc.

Porc ananas 05

Bon appétit.

Concours de Noel sur BlogMastering.info: Gagnez un EeePC, un iPod Shuffle, un compte flickr pro et des tee-shirts !

C’est Noël, et pour fêter ça Blogmastering.info propose un concours avec des prix vraiment sympa, pour le geek qui sommeille en chacun de nous. Enfin, en moi c’est sûr déjà.

Les règles sont simples, voici un copier – coller du billet original

Le tout se fera par tirage au sort. Cependant vous aurez la possibilité d’augmenter considérablement vos chances d’être sélectionné parmi les 5 gagnants. Mais avant vous devez déjà commencer par déposer un commentaire pour vous inscrire (1 point). Ensuite 6 options s’offrent à vous pour mettre toutes les chances de votre côté :

S’abonner à la newsletter en inscrivant votre adresse mail sur cette page (+ 5 point)

Écrire un billet sur votre blog parlant du concours en faisant au moins un lien vers ce billet. (+10 points)

Mettre un encart 125×125 dans la sidebar de votre blog pendant la durée du concours(+10 points) (vous trouverez l’image ici)

Mettre un encart 250×250 dans la sidebar de votre blog pendant la durée du concours(+15 points) (vous trouverez l’image ici)

Participer aux minis-épreuves qui auront lieu pendant le mois. Un conseil, suivez moi sur twitter, ça vous donnera une longueur d’avance.

Plus vous aurez de points plus vous aurez de chances de gagner.

Maintenant on passe au lourd, les lots (encore un copier – coller quelle feignasse je suis) :

1ère Place :

1 Eeepc 701 pour vous permettre de bloguer en toute mobilité + Un teeshirt BlogMastering.info à votre taille !

2ème place

1 iTouch offert par Geekomatik pour écouter votre musique préférée et naviguer sur le web + Un teeshirt BlogMastering.info à votre taille EDIT : + Un encart de deux semaines sur Accessoweb !

3ème place

1 iPod Shuffle de 1Go pour écouter votre musique préférée tout en bloguant + 1 Compte flickr pro d’un an et un teeshirt BlogMastering.info à votre taille ! EDIT : + Un encart d’un mois sur i-actu.com

4ème place

Un encart d’un mois dans la sidebar de blogmastering.info pour votre blog + la BD les geeks tome 1 et 2 offert par Geeek.org !

5ème place

Un encart d’un mois dans la sidebar de blogmastering.info pour votre blog + Un encart d’un mois sur LaFoireOLien !

On peut dire qu’il ne se moque pas de nous Monsieur BlogMastering.info. Je le remercie déjà de nous proposer de tels lots, c’est très sympa (oui, bon un peu de faillotage ne peut pas nuire).

Vous pouvez aussi participer (vous avez jusqu’au 24 décembre 11h59), il faut juste avoir un blog et poster un commentaire pour que votre participation soit enregistrée. Le reste, c’est du bonus pour le tirage au sort qui aura lieu le 25 décembre.

Bonne chance à tous.

Quelques bonnes pratiques pour organiser votre Google Reader

Google Reader vient de changer de peau, il est comme ça plus lisible à mon goût. Mon extension favorite Better Greader a été également mise à jour, donc je n’ai plus aucun problème d’affichage. Je me suis donc dit que c’était peut être le moment de faire un petit point sur la manière dont j’utilisais cet outil de veille et d’information et sur lequel je passe pas mal de temps quotidiennement.

S‘organiser

Pour ça, rien de tel que de créer des dossiers, des sortes de tags. Ce qu’il y a de bien avec ces dossiers, c’est qu’on peut en assigner plusieurs à un seul flux, qui apparaitra donc virtuellement dans plusieurs dossiers. Utile, si votre liste est tellement longue que vous avez plusieurs tiroirs dans lesquels ranger les flux en fonctions de votre lecture quotidienne (par exemple, un tag informatique et un autre favoris, ce qui permet à la fois de classer par thématique et par urgence de lecture).

Voici par exemple ma liste de dossiers :

Mes dossiers GR

Ne pas hésitez à chambouler l’ordre par défaut

Je crois que GR classe par défaut les dossiers par ordre de création et les flux par ordre alphabétique. En aucune manière cela ne doit vous forcer à conserver ce classement arbitraire. Les dossiers dans mon GR vont par ordre d’importance de lecture du haut vers le bas (ceux que je lis le moins souvent en bas, pour être clair). Et pareil dans les flux, je classe mes préférés vers le haut des dossiers, ou bien ceux qui regroupent le plus d’articles (comme les planet linux par exemple) pour faire baisser le nombre de non lus le plus vite possible.

C’est d’autant plus facile à faire pour les dossiers qu’un simple glisser déposer suffit. Pareil pour les flux à l’intérieur d’un dossier.

En revanche, c’est plus contraignant, si on veut changer un flux de dossier, il faut le faire un par un à l’intérieur du flux et choisir le ou les dossiers dans lesquels classer, comme dans la copie d’écran ci-dessous.

Classement des flux dans Google Reader

Un classement, ça se fait dès le début

Si vous ne vous astreignez pas dès le départ à classer (même simplement) vos flux, rapidement vous obtiendrez un amalgame qui sera illisible, car sans queue ni tête et / ou mal classé. Et même si vous le lisez régulièrement, vous perdrez pas mal de temps à naviguer de l’un à l’autre. Si vous mettez ça en place pour une veille, ce sera contre productif de n’avoir aucun classement.

De plus, comme je le disais plus haut, reclasser dans les bons dossiers une grande quantité de flux peut être très rébarbatif … c’est du vécu.

Ce qui ne veut pas dire que de temps en temps, il ne faille pas faire le ménage. Tout classement n’est qu’un perpétuel tâtonnement et recommencement si on désire que tout soit parfaitement ordonné et efficace.

Gagner en lisibilité

Pour cela, il ne faut pas hésiter à fermer l’arborescence des dossiers qui ne servent pas pour gagner de la place (à l’aide de la croix ou du moins se trouvant devant le nom du dossier, comme dans un explorateur de dossiers) et ne pas être dérangé par les autres sollicitations visuelles.

De la même manière, j’ai choisi de n’afficher que les titres dans la partie de droite afin de voir rapidement en scannant les titres, ce qui m’intéresse et ce qui ne m’intéresse pas. Je peux donc marquer comme lu ces derniers et ne garder que le plus important pour le lire de suite ou le pour le sauver pour plus tard.

Même chose avec les listes de partage (dont je ne me sers pas) et la fenêtre d’accueil. Gagner un peu de place en affichage, sur un petit écran ou un netbook, c’est très utile pour le confort.

Être concis pour s’y retrouver

Renommer et tronquer les noms des flux pour bien voir le nombre de billets non lus, ça peut rendre service. Je l’ai fait récemment et ça aussi c’est plus du confort qu’autre chose mais c’est agréable.

C’est aussi très long à faire quand on en a un certain nombre. Je vous conseille donc de le faire dès le départ.

Apprendre les raccourcis clavier

C’est une évidence, mais apparemment pas pour tout le monde. Celui qui maitrise son clavier est le roi du monde. La souris nécessite des déplacements qui peuvent être évités grâce aux raccourcis clavier et GR n’échappe pas à cette règle. J’ai fait un billet sur le sujet, vous pouvez y piocher ce qui vous servira pour votre usage.

Personnellement, je ne me sers pas de tous, mais quand on maitrise la navigation en une touche dans les billets, c’est dur de revenir en arrière et surtout qu’est ce qu’on perd comme temps !!

Utiliser Better Greader

Et last but not least, l’utilisation de cette superbe extension Firefox fera de vous le roi de l’ajout aux flux RSS et de la propreté de l’interface. Je ne vais pas vous refaire l’article, allez lire le billet d’origine et essayer la, c’est gratuit !!

Et vous, quels sont vos trucs et astuces avec G Reader, ou Netvibes si on peut les transposer.

Le cake aux lardons et aux pruneaux

Tient, ça faisait longtemps que je n’avais pas fait de cake, avec le retour des frimas, ça fait du bien.

Aujourd’hui, on mélange le sucré et le salé avec un cake aux lardons et aux pruneaux. Ce sont deux éléments très complémentaires (on les retrouve dans le pounti auvergnat par exemple, ou essayez pour l’apéro un jour les pruneaux enroulés de bacon et tenus avec un cure dent, passez au four jusqu’à ce que ce que le bacon soit cuit, mmm, vous m’en direz des nouvelles).

Ingrédients :

  • 3  oeufs
  • 150 g de farine
  • 1 sachet de levure chimique
  • 10 cl d’huile neutre
  • 12,5 cl de lait
  • 100 g de gruyère râpé
  • 200 g de lardons fumés
  • 100 g de pruneaux désossés 😉
  • sel et poivre
  1. Préchauffer le four à 180°.
  2. Dans un saladier ou un robot, travailler au fouet les oeufs, la farine, la levure, le sel et le poivre.
  3. Incorporer à ce mélange l’huile et le lait mélangés et chauffés.
  4. Ajouter le gruyère râpé et mélanger.
  5. Faites revenir les lardons à la poêle, jusqu’à ce qu’ils soient cuits mais pas grillés.
  6. Couper les pruneaux en gros morceaux (un pruneau coupé en 4 par exemple) et les ajouter aux lardons.
  7. Mélanger l’appareil avec les lardons et les pruneaux et mettre la pâte dans un moule à cake.
  8. Enfourner pendant 45 minutes.

Comme d’habitude, une bonne salade allégera un peu le côté gras de ce plat.