Archives mensuelles : mars 2009

Le poulet à la tomate

Encore une recette simple et gouteuse, qui ne vous coutera pas trop cher, puisqu’il suffit d’un poulet, un oignon et une boite de tomates. On peut difficilement faire plus basique. Et pourtant c’est vraiment bon. J’adore de plus en plus ces plats mijotés simples. On sent vraiment le gout des produits.

Ingrédients :

  • 1 poulet découpé en morceaux
  • un oignon émincé
  • une boite de tomates entières pelées au jus
  • 1 c à s de concentré de tomates
  • 2 c à s d’huile d’olives
  • un bouquet garni
  • sel et poivre
  1. Faire chauffer l’huile d’olives dans un faitout. Y faire revenir le poulet jusqu’à ce qu’il soit doré.
  2. Ajouter ensuite l’oignon et le faire cuire quelques minutes avec le poulet.
  3. Couper les tomates en petits quartiers et les mettre dans le faitout.
  4. Assaisonner avec sel, poivre, concentré de tomates et bouquet garni. Vous pouvez ajouter un peu de sucre si vous trouvez que les tomates sont trop acides.
  5. Laisser cuire une heure et demi.

Vous pouvez servir avec des pâtes, mais rien ne vous empêche de tester avec une polenta par exemple.

Si vous êtes un peu plus en fonds, c’est également délicieux avec un beau morceau de quasi ou de noix de veau.

Supprimer la demande de mot de passe du trousseau dans Ubuntu



Peut être que vous aussi vous avez été ennuyés par le gestionnaire de trousseaux de clés qui vous lance un pop up à la figure en vous demandant de saisir votre mot de passe pour autoriser un programme à se lancer (la connexion wifi par exemple ou Gnome-Do). Je sais que c’est une précaution sécuritaire, mais moi ça me tape sur le système. Je sais ce que je fais sur mon ordi et en plus j’en suis le seul utilisateur. Donc j’ai décidé de la supprimer.

En fait, l’astuce consiste à ne pas mettre de mot de passe au trousseau de clés.

Pour y arriver (dans Ubuntu 8.04), on va dans Système / Préférences / Chiffrement et trousseaux.

Trousseau

Dans la fenêtre qui s’ouvre, cliquer sur le premier onglet, sélectionner le premier trousseau (login, ou quelque chose comme ça) puis « Changer le mot de passe de déverrouillage »

Trousseau

Ensuite, saisissez l’ancien mot de passe, laisser vides les deux cases pour le nouveau, validez, et confirmez sur la fenêtre suivante vous précisant que ça peut être un risque de sécurité.

Trousseau

Trousseau
Après ça, finies les demandes du gestionnaire de trousseaux.

Mauvaise nouvelle : Last.fm payant à la fin du mois de mars en France

last fmLe coup de gueule de la journée : Last.fm a décidé qu’à partir du 31 mars le système d’écoute gratuite ne sera plus disponible au delà de 30 titres pour les utilisateurs français. Passé ce quota ce sera 3 euros par mois.

La plaie pour moi qui commençait à apprécier fortement ce service à la maison et l’ergonomie du site. Il va falloir trouver une autre solution (pour l’instant je ne connais rien  qui lui arrive à la cheville en terme de catalogue et d’ergonomie) ou passer par un proxy étranger …

Si vous  avez des idées je suis preneur.

Via 01net

Changement de distribution sur mon portable : welcome X-Pup

Le week end dernier, j’en ai eu marre de Linux Mint qui tournait sur mon vieux portable, un coucou qui ne me sert qu’à blogguer, faire du surf et éventuellement un peu de bureautique. Linux Mint version Fluxbox était bien mais, je trouvais que c’était encore trop lourd et pas super réactif tout le temps, donc « time for a change ».
J’ai longuement hésité, en ce moment pas mal de bloggueurs Linux semble changer de crèmerie et il n’y a que l’embarras du choix, ou plutôt le choix de l’embarras : la nouvelle Debian Lenny, Mandriva, Arch Linux, Slax, Frugalware, j’en passe et j’en oublie certainement.

LE CHOIX

Au final, j’ai arrêté mon choix sur une toute petite distribution, Puppy Linux, ou plutôt un de ses forks, un puplet dans le langage Puppy : X-Pup.

X pup screenshot

C’est en fait une version de Puppy customisée pour ressembler à Mac Os et surtout (c’est ce qui me l’a fait choisir) elle est déjà gavée d’applications dont je me sers ou que je suis susceptible d’utiliser : Firefox 3.0.7, Ooo 3, Wine, Opera, … Elle utilise comme gestionnaire de fenêtres XFCE. Je suis donc en terrain connu.

Une fois la décision prise, je télécharge l’Iso, je vérifie la somme md5 (le md5sum), je grave et je lance une session live pour vérifier si tout fonctionne. Et tout fonctionne parfaitement, je me connecte à Internet en wifi (carte PCMCIA Belkin reconnue de suite), Ooo est super réactif, Firefox aussi, Opera idem, lecteur audio et vidéo impec. C’est vendu.

INSTALLATION

Par contre pour l’installation, ce n’est pas vraiment aussi « user friendly » qu’Ubuntu. Mais je suis arrivé à m’en sortir finalement (sans lire aucun manuel, je sais ce n’est pas bien). En fait, l’installation se résume à la copie de deux fichiers sur une partition, ça en revanche on ne peut pas faire plus simple !!!

Ce qui m’a le plus posé de problème, c’est GRUB. La partie de l’installation qui permettait de mettre en place GRUB tournait en boucle et pas moyen de finaliser. Donc, lorsque j’ai malgré tout redémarré, ben ça ne lui a pas plu, il ne retrouvait plus rien mon petit PC. Donc retour sur le Live Cd (très réactif le live Cd !!) et en fouillant dans les menus, j’ai trouvé une procédure de création du GRUB en standalone. Une fois quelques menus passés, je redémarre et hop un GRUB fonctionnel et accès à X-Pup sur le disque dur ainsi qu’à mon Windows XP.

Cerise sur le gâteau, le temps de boot est très rapide, 35 secondes depuis l’invite du GRUB, ce qui me change de Mint, Ubuntu et XP (qui garde la palme de la lenteur).

J’ai testé ensuite sur ma grosse box, plus puissante et récente. Le live Cd me faisait l’impression d’être une vrai install sur disque dur, rapidité époustouflante. Je pense qu’elle va rejoindre la petite famille des install en dur, comme ça plus besoin d’attendre des heure que ça démarre si j’ai seulement un œil à jeter sur mes mails ou transférer un fichier sur ma clé USB.

ET ALORS ?

Je vous conseille chaudement cette petite distribution si vos besoins  sont basiques et votre PC pas tout jeune. Je pense que même si vous lui en demandez plus, elle pourra le faire sans sourciller, mais là, je n’ai pas encore testé. Ce sera pour un prochain billet.

La Mississippi Mud Pie, MMP pour les intimes

Il y a des amateurs de blues parmi les lecteurs de ce blog, je le sais, alors cette tarte est pour vous elle vient du berceau de notre musique favorite, le Mississippi. En fait, je l’ai trouvé dans un livre de cuisine cajun, mais on ne va pas le dire à tout le monde …

Et cette fois, j’ai mis le paquet sur les photos donc ce sera peut être un peu long à charger, mais il faut ce qu’il faut.

L’appareil pour garnir la tarte est bizarre à faire mais le résultat en vaut la chandelle, car c’est tout bonnement une tuerie.

Ingrédients :

  • 1 pâte brisée
  • 115 g de beurre
  • 100 g de chocolat noir
  • 3 œufs (sortis au dernier moment du frigo)
  • 4 c à s de café fort
  • 2 c à s de crème fraîche épaisse
  • 275 g de sucre
  • 3 c à s de miel (ou de sirop de maïs si vous en trouvez)
  • 1 c à c d’extrait de vanille
  • 1 c à c d’extrait de café
  • 150 g de bonnes cacahuètes grillées et salées hachées
  1. Préchauffer le four à 150 °.
  2. Faire fondre le chocolat et le beurre jusqu’à obtenir un mélange lisse. Y ajouter les extraits de vanille et café
  3. MMP-03

  4. Hacher les cacahuètes et réserver.
  5. MMP-02

  6. Dans un bol, mélanger le café, le miel et la crème fraîche
  7. MMP-06

  8. Battre les œufs jusqu’à ce que le mélange devienne plus clair et épaississe. Y incorporer le sucre en poudre petit à petit. Quand le mélange sera ferme, ajouter en alternance la sauce au chocolat et le mélange café, crème et miel.
  9. MMP-07

    MMP-08

    MMP-09

  10. Quand c’est fait, le mélange devrait avoir la consistance d’une mousse. Y ajouter alors la moitié des cacahuètes et bien mélanger le tout.
  11. MMP-10

  12. Étaler la pâte et la foncer dans un moule. La faire cuire à blanc.
  13. MMP-12

  14. Une fois cuite, y verser le mélange mousseux et l’égaliser. Parsemer le reste de cacahuètes sur le dessus.
  15. MMP-13

    MMP-14

  16. Mettre au four et faire cuire 50 minutes. Lors de la cuisson, la tarte va gonfler, mais ça va retomber quand elle refroidira.
  17. Déguster à température ambiante.

MMP-15

Bon appétit.

Le développement dans le public, c’est facile.

Je regarde un peu les annonces d’emploi en ce moment dans le secteur IT et internet et je viens de tomber sur une perle dans une offre d’un organisme public (dont je tairais le nom par pure bonté d’âme).

Pour ce poste de rédacteur pour site internet institutionnel, au rayon des compétences, on demande la maitrise des outils de programmation. Pas con pour de la maintenance de site, oui mais voilà je ne suis pas sûr que le rédacteur de l’annonce soit très compétent lui-même, ou dans le public, on n’utilise pas les outils de la même façon. Je vous laisse juger :

– maîtrise des logiciels et des outils de programmation (Word, Excel, PowerPoint, Acrobat…)

Le site ne doit pas être très conforme aux spécifications W3C …

Vérifier une somme md5 en ligne de commande sous Linux

Avant de graver une image de distribution (ou d’autre chose), il est toujours plus sûr de vérifier la somme md5 d’une image iso, à condition toutefois que vous ayez la somme du fichier d’origine. C’est normalement toujours le cas pour les images de distributions, en général dans un fichier à part, qui s’appelle MD5SUM.txt, ou quelque chose d’approchant.

Définition

D’après Wikipedia, voici la définition du md5 : MD5 (Message Digest 5) est une fonction de hachage cryptographique qui calcule, à partir d’un fichier numérique, son empreinte numérique (en l’occurrence une séquence de 128 bits ou 32 caractères en notation hexadécimale) avec une probabilité très forte que deux fichiers différents donnent deux empreintes différentes.

Sous Linux, effectuer cette vérification est très simple puisqu’une simple commande va nous permettre d’y arriver.

Trois étapes à suivre

  1. Ouvrir un terminal et se placer dans le dossier contenant l’iso à vérifier, par exemple le home
  2. Taper la commande suivante :  md5sum nom-de-l’iso et valider par entrée
  3. Copier le résultat dans un fichier txt sous la somme md5 donnée lors du téléchargement de l’image et vérifier caractère par caractère

Si les deux résultats sont identiques, c’est que votre image est prête à être gravée. Sinon, le fichier a été corrompu pendant le téléchargement et il faut le rapatrier une deuxième fois. N’oubliez pas de vérifier la somme md5 sur le nouveau fichier.

EDIT

Suite aux remarques de Krusaf, on peut également faire la vérification en se servant des fichiers .md5 s’ils sont fournis.

Pour cela, si le fichier md5 et le fichier (.iso par exemple) sont dans le même dossier, il faut taper la commande suivante :

md5sum -c fichier.md5