Archives annuelles : 2010

Le ragu di carne, ou les pâtes à la bolognaise à ma façon

C’est le grand classique des classiques des restaurants italiens, la sauce qui est toujours à la carte, mais rarement très bonne. Dans cette recette, le vin rouge et le bouillon donne de la saveur au mélange tomates et viande, sans compter le bouquet garni (avec des herbes fraiches si possible). Bref, au final on obtient une sauce très riche en saveurs et finalement pas si riche en calories, moins qu’une sauce à base de crème par exemple.

Ingrédients :

  • 350 g de viande de bœuf hachée
  • 30 cl de vin rouge corsé
  • 50 cl de bouillon de bœuf
  • 1 boite de tomates entières pelées au jus (ou des tomates fraiches si vous avez le temps)
  • 2 c à s d’huile d’olive
  • 2 oignons
  • 2 carottes
  • 2 branche de cèleri
  • 2 gousses d’ail
  • sel, poivre
  • bouquet garni
  1. Dans un grand faitout, faire chauffer l’huile d’olive. Y ajouter les oignons émincés, les carottes et le cèleri en petits morceaux. Faire fondre pendant quelques minutes.

    sauce bolognaise

  2. Ajouter la viande hachée et faire revenir jusqu’à ce qu’elle ne soit plus du tout rosée.

    sauce bolognaise

  3. Incorporer alors le bouillon et le vin, les tomates grossièrement hachées, le bouquet garni (mettez les herbes que vous voulez, moi j’ai fait un mélange thym, laurier, sauge), les gousses d’ail épluchées, le sel et le poivre (attention si le bouillon est salé).
  4. Laisser mijoter à feu doux, 1h30 à 2 heures (ou mieux, oubliez le sur le coin du feu), jusqu’à ce que la sauce ait pris une consistance onctueuse.

    sauce bolognaise

  5. Servir avec des pâtes cuites al dente et une bonne dose de parmesan ou de pecorino.

Ce qui est bien avec cette sauce, c’est qu’on peut la faire en grosses quantités et la congeler. Et il est aussi tout à fait possible de la recycler pour se faire de bonnes lasagnes maison.

[WTF ] Mais c’est de l’art, gros lard

On atteint parfois des sommets dans la bêtise quand il s’agit d’art. Au point que certains vont se mutiler au nom de leur art. C’est ce que Wafaa Bilal, par ailleurs professeur à la New York University, a fait en se faisant implanter un appareil photo numérique à l’arrière du crâne, sur la nuque !!

Cette opération est la conséquence d’une commande passée par le nouveau musée Mathaf : Arab Museum of Modern Art de Doha au Qatar, dont le titre de l’exposition est “3rdI” (un beau jeu de mot entre le troisième oeil et le troisième moi).

Bon, ça a un peu de sens au vu du titre de l’exposition, mais c’est quand même extrême comme comportement artistique, non ? Je n’irais pas me faire greffer ma guitare ou mon ampli dans la jambe ou les fesses par exemple 😉

Via Pribek

PS : le titre est bien entendu une référence à Toy Story, un échange magnifique entre Monsieur Patate et Ham (le cochon tirelire). J’adore ce film, mes enfants et les développeurs de Debian également.

Comment modifier la vue des fichiers dans Nautilus avec le clavier

S’il y a bien un truc qui m’horripile avec Nautilus, c’est qu’il change le mode d’affichage des fichiers quand on change de dossier. Alors, certes c’est aussi un avantage de se dire que tel ou tel dossier sera toujours affiché en miniature ou en liste, mais parfois aussi c’est extrêmement gonflant.
Et comme, j’ai assez horreur également de me servir de la souris pour changer ça et que pour en rajouter une couche je suis 90% du temps en mode double fenêtre (raccourci F3 et ça c’est SUPER), il fallait que je trouve un moyen rapide de switcher au clavier entre chaque mode.

Bon ce ne sont que 2 minutes de recherche sur le Net pour trouver (ou alors si on n’est pas un gros benêt comme moi, si si, on regarde dans le menu Affichage et on applique le raccourci clavier indiqué) :

Ctrl + 1 : Affichage en mode Icônes
Ctrl + 2 : Affichage en mode Liste
Ctrl + 3 : Affichage en mode Compact

Tout ça c’est bien gentil, mais au final, ça ne marche pas !!! Si vous appuyez en même temps sur la touche Control et la touche 1 (que ce soit celle du pavé numérique ou celle qui se trouve au dessus des lettres), rien ne se passe.

La solution est toute simple, il faut appuyer sur Shift en même temps, ce qui est logique finalement, puisque c’est le fait d’appuyer sur cette touche qui fait que c’est bien un 1 que l’on produit. Donc le raccourci réel est le suivant :

Ctrl + Shift + 1 : Affichage en mode Icônes
Ctrl + Shift + 2 : Affichage en mode Liste
Ctrl + Shift + 3 : Affichage en mode Compact

Voici si c’est un truc qui vous botte aussi, une liste de raccourcis clavier (traduits par mes soins) que vous pourrez utiliser avec Nautilus. Je ne les ai pas tous testés, donc je ne garantis pas qu’ils fonctionnent, surtout s’il y a le même genre d’astuce à appliquer que celle que je viens de présenter.

Recherche
Commencer à taper Sélectionner le 1er fichier ou dossier correspondant à la saisie
CTRL+F Chercher le nom de fichier et le contenu des fichiers indexéss
CTRL+S Sélectionner tous les fichiers ou dossiers correspondant matching a pattern
Affichage et gestion des fenêtres
CTRL+N Ouvrir une nouvelle fenêtre de Nautilus
CTRL+W Fermer une fenêtre de Nautilus
CTRL+SHIFT+W Fermer toutes les fenêtres de Nautilus
CTRL+1 Affichage en mode Icônes
CTRL+2 Affichage en mode Liste
F9 Afficher / Cacher le panneau latéral
Gestion des fichiers
CTRL+H Afficher les fichiers cachés
CTRL+SHIFT+N Créer un nouveau dossier
CTRL+T or Del Supprimer le fichier ou dossier et mettre à la corbeille
Shift+Del Supprimer complètement le fichier ou dossier sans le mettre à la corbeille
F2 Renommer le fichier ou dossier sélectionné
Alt+Enter Voir les propriétés du fichier ou dossier sélectionné
Déplacement
CTRL+L Se positionner dans la barre d’emplacement
Alt+HOME Aller dans le dossier $HOME
* ou + ou Flèche Droite Développer le dossier sélectionné en mode Liste
– ou Flèche Gauche Refermer le dossier sélectionné en mode Liste
ALT+ Flèche Gauche Équivalent de la flèche gauche (répertoire suivant)
ALT+ Flèche Droite Équivalent de la flèche droite (répertoire précédent)
ALT+ Flèche Haut Se déplacer dans le répertoire parent
ALT+ Flèche Bas Ouvre le dossier ou fichier sélectionné
Accessibility
CTRL++ Augmenter le Zoom
CTRL+- Diminuer le Zoom
CTRL+0 Zoom Normal

Via Opensuse-tutorials.com

Augmenter la zone d’édition des billets de WordPress

Je l’ai déjà partagé sur mon compte Twitter, mais je ne pouvais pas passer à côté de ce petit bout de code qui va permettre de profiter de toute la surface d’affichage de votre écran lorsque vous écrivez un billet sous WordPress. Cet excellent bookmarklet va en effet vous permettre d’augmenter en plein écran la zone de saisie des billets de WordPress.

Un clic sur le lien vous passe en mode « plein écran » et un deuxième clic vous repasse en mode normal.

Pour ceux qui n’ont jamais utilisé un bookmarklet, il vous suffit de faire glisser le lien intitulé wordpressto ci-dessous avec votre souris dans la barre de raccourcis de votre navigateur afin de l’avoir toujours sous votre pointeur.

WORDPRESSTO

Démonstration :

Avant
wordpressto avant

Après
wordpressto après

Via Slydlinks et billet original ICI

Les escalopes panées



En matière de viande, voici un de mes régals absolu : les escalopes panées. Ma maman les réussit divinement bien et j’ai repris la tradition en collaboration avec ma chère et tendre.

Voici donc le secret de famille enfin dévoilé. Amis végétariens et / ou au régime, passez votre chemin, ce qui suit risque de ne pas vous plaire.

Ingrédients :

  • 4 belles escalopes de veau tranchées fines
  • 100 g de farine
  • 5 œufs
  • 250 g de chapelure (j’utilise la Tipiak qui est assez grossière et qui fonctionne super bien)
  • sel et poivre
  • 100 g de beurre (pour la cuisson)
  • un peu d’huile d’arachide (pour la cuisson également)
  1. Étaler les escalopes entre 2 grandes feuilles de papier sulfurisé. Les aplatir sans pitié à l’aide d’un rouleau à pâtisserie (pas trop violemment quand même) jusqu’à ce qu’elles soient d’épaisseur homogène et surtout très fines.
    Escalopes panées
    Avant affinage au rouleau
    Escalopes panées
    Après affinage au rouleau
  2. Battre les œufs dans un saladier et assaisonner de sel et poivre.
  3. Mettre la farine dans une assiette plate et la saler. Bien mélanger.
  4. Verser la chapelure dans un plat ou une grande assiette creuse.
  5. Enduire entièrement les escalopes de farine et les tapoter gentiment pour enlever le surplus.

    P1010318

  6. Les passer rapidement dans l’œuf battu. Elles doivent être entièrement enduites.

    P1010319

  7. Les enduire généreusement de chapelure. Là aussi, il ne doit pas rester une trace de viande visible.

    P1010320

  8. Les réserver sur un grand plat et les faire reposer pendant une ou deux heures (ou jusqu’à une heure avant le moment de les faire cuire).
  9. Une heure avant la cuisson, les sortir du frigo et les repasser dans l’œuf battu et la chapelure. Tout le secret réside dans cette double panure. Un peu comme les frites et les deux bains de cuisson.

    P1010330

  10. Remettre au frigo.
  11. Faire chauffer 50 g de beurre et une cuillère à soupe d’huile d’arachide dans une poêle à feu vif.
  12. Quand la matière grasse est bien chaude, y mettre les escalopes.

    P1010332

  13. Elles sont cuites lorsque la panure est bien dorée et l’escalope « rigide ». Il ne faut pas avoir peur de rajouter du beurre si la poêle manque de gras. Ça risquerait de faire brûler la panure.
  14. Servir avec des petits pois carottes (la tradition) ou n’importe quel légume vert pour alléger un peu. Ceci dit si vous voulez vous faire une bonne purée ou des frites avec, go ahead !!

P1010337

A chaque fois que je fais cette recette, ça me fait penser à l’escalope viennoise que j’ai dévorée … à Vienne. Un truc énorme qui ne tenait pas  sur une assiette standard. La finesse de l’escalope et de la panure étaient exceptionnels. Un grand souvenir.

Les financiers, les vrais



J’ai déjà publié une recette de gâteaux façon financiers, voici la recette à laquelle je me tiens désormais et qui est parfaite à tous points de vue : facile, rapide et elle me permet de recycler des blancs d’œufs qui me restent quand je fais des cannelés.

Ingrédients :

  • 50 g de farine (de riz pour une version sans gluten)
  • 50 g de poudre d’amande
  • 150 g de sucre
  • 75 g de beurre
  • 4 blancs d’œufs
  • 1 pincée de sel
  • extrait de vanille
  • extrait d’amande amère
  1. Préchauffer le four à 190°.
  2. Mélanger dans un saladier les ingrédients secs : poudre d’amande, farine, sel et sucre.
  3. Faire fondre le beurre dans un bol au micro onde.
  4. Pendant ce temps, ajouter les blancs d’œuf au mélange sec. L’appareil doit être homogène.
  5. Une fois le beurre fondu, le rajouter dans le saladier.
  6. Enfin, incorporer les extraits de vanille et d’amande amère.
  7. Remplir les moules avec la préparation (je mets une bonne cuillère à soupe de pâte par financier dans les miens qui mesurent 75 x 30 mm dans le fond). Il y a approximativement 1 cm de pâte dans chaque moule.
  8. Faire cuire 18 minutes, jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés sur le dessus.
  9. Démouler et faire refroidir sur grille.

financiers 04

financiers 05

Bien entendu, les moules que j’utilise sont en silicone, pas besoin de matière grasse supplémentaire et surtout ça se démoule impeccablement bien.