Archives mensuelles : avril 2015

Streamer tous ses fichiers multimédia sur sa télévision avec Plex



Ça faisait des mois que je voulais trouver un moyen d’avoir à disposition ma collection de musique numérisée (chantier en cours …) partout dans la maison, mais que je ne voyais pas comment faire sans avoir à acheter du matériel. J’avais bien le disque dur de ma Freebox Server, mais avec ‘seulement’ 250 Go, ça ne suffisait.

Et j’ai découvert par hasard, Plex, et je suis désormais un homme heureux.

plex thumbnail

Plex est un fork de Kodi (anciennement XBMC) qui fonctionne en Freemium. Une partie du service est gratuite et une partie est payante (le FlexPass sur une base d’abonnement mensuel, à la Spotify). Je ne m’étendrai pas sur la partie payante que je n’utilise pas (en bon radin que je suis). Grosso modo, Plex permet de créer un serveur multimédia sur un PC Windows, un Mac ou un Linux et va à partir de ce serveur redispatcher via le réseau tous les types de fichiers multimédia usuels (vidéo, musique, photo) vers d’autres PC, Mac, tablette, smartphone (iOS et Android). Il suffit pour cela de se créer un compte sur le site de Plex, de s’identifier et de se rendre sur la page de l’app. Pour les phones et tablette, c’est une App dédiée qui permet de se connecter au serveur. Pour Android cette application est gratuite mais un peu limitée en l’état, j’ai donc cassé ma tirelire (moins de 5 euros) pour prendre la version complète, et je ne le regrette pas.

Mais la cerise pour le gâteau pour moi, c’est que je peux chromecaster le contenu du serveur sur ma télévision (sur laquelle ma chaine est branchée) et profiter d’un son bien meilleur que les petites enceintes de mes devices.

J’ai même découvert par la suite que je pouvais accéder à mon contenu se trouvant sur le serveur depuis le travail. Ça fonctionne donc même en dehors de mon réseau domestique.

La première limitation, mais qui est inhérente au fait que ce soit un serveur, c’est que quand le PC hôte du serveur est éteint, on n’a plus accès aux fichiers partagés. Ce n’est pas un gros désavantage pour moi, mais si on veut un accès à toute heure du jour et de la nuit, on doit laisser son PC allumé 24/24.

Egalement, comme c’est du streaming, la qualité du signal va grandement dépendre de la qualité de votre réseau et de celle de votre connexion internet. Pour des fichiers musicaux, il n’y pas de problème, pour lancer un film ou une série, ça prend un peu plus de temps, mais ça marche. Cela dit pour cette partie de lecture de vidéo, je continue à passer par ma Freebox, c’est plus simple.

Ce que j’apprécie vraiment bien c’est la réactivité de l’interface. Avec mes 50 000 fichiers et pas loin de 4 000 albums (presque 4 ans de musique jouée non stop !!!), ça répond vraiment bien, plus rapidement que Quodlibet sur mon PC. Alors bien sûr, les possibilités de recherches sont un peu plus limitées out of the box, même si par des systèmes de tags on peut se débrouiller, mais rien de rédhibitoire. Pour des personnes avec des collections plus limitées, c’est vraiment facile à gérer et la navigation se fait facilement.

En conclusion, je recommande vraiment Plex. C’est un logiciel assez simple à paramétrer (mais il y a aussi des options plus pointues pour les plus geeks d’entre nous) et qui me donne toute satisfaction pour la lecture de ma collection musicale. A l’occasion, je testerai Kodi pour voir s’il y a une grande différence entre l’Open Source et le produit commercial qu’est Plex.



La pâte sablée

Après la pâte brisée, voici une autre brique de base de la pâtisserie, la pâte sablée. Le petit plus de cette recette, c’est qu’elle peut vous servir pour une tarte au citron par exemple et aussi pour faire des petits biscuits sablées pour le gouter.

P1110483
Ingrédients :

  • 250 g de farine
  • 125 g de beurre froid
  • 70 g de sucre
  • 2 jaunes d’œuf
  • 5 cl d’eau
  • 1 pincée de sel
  1. Battre les jaunes d’œufs et le sucre au fouet jusqu’à ce que le mélange blanchisse, puis détendre le mélange avec un peu d’eau.
  2. Mélanger la farine et le beurre coupé en petits morceaux jusqu’à obtenir une consistance sableuse.
  3. Verser au milieu de ce « sable » le mélange liquide.
  4. Incorporer les éléments rapidement sans leur donner de corps.
  5. Former une boule et fraiser 1 ou 2 fois pour rendre la boule plus homogène.
  6. Filmer et laisser reposer si la pâte est trop molle avant de l’étaler.

Ensuite, à vous de voir ce que vous voulez en faire.
Mais quel que soit votre objectif, la cuisson se fera à 180°, le temps de cuisson dépendant de la taille du biscuit (ou de la tarte) et de l’épaisseur de la pâte.

Via Marmiton

Le curry à la courge butternut, aux épinards et aux pois chiches

Voilà un délicieux curry pour manger de la courge. Ce n’est pas d’une grande difficulté, mais ça prend un peu de temps car il faut rôtir la courge.

Curry butternut et pois chiche 02

Ingrédients :

  • 1 courge butternut (ou un autre type de courge)
  • 2 càc de cumin moulu
  • 2 càc de coriandre moulue
  • 2 càc de curry en poudre
  • 3 càs d’huile d’olive
  • sel et poivre
  • 2 oignons rouges
  • 1 petit bouquet de coriandre
  • 1 piment vert
  • 2 gousses d’ail
  • 1 morceau de gingembre de 3 / 4 cm
  • 5 ou 6 tomates
  • 1 bocal de 400 g de pois chiche
  • 100 g de feuilles d’épinard
  1. Préchauffer le four à 180°.
  2. Éplucher, épépiner et couper la courge en gros dés.
  3. Mettre la courge dans un plat à four ou une lèchefrite et saupoudrer avec 1 càc de curry, le cumin, la coriandre et le piment en poudre. Saler et poivrer. Arroser de 2 càs d’huile et bien mélanger pour que la courge soit bien enrobée d’épices. Mettre au four pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que la courge soit tendre.
  4. Pendant ce temps éplucher et tailler en lanière les oignons. Émincer les queues de la coriandre, épépiner le piment et l’émincer finement, peler et hacher le gingembre et l’ail.
  5. Mettre une cocotte sur feu moyen avec 1 càs d’huile et y quand elle est chaude y ajouter l’oignon, le piment, les queues de coriandre, le gingembre et l’ail. Laisser revenir doucement pendant 10 minutes pour que tout devienne tendre.
  6. Ajouter alors les tomates coupées grossièrement (vous pouvez les peler si vous avez le temps) et laisser cuire 20 minutes à couvert et à feu doux
  7. Quand la courge est cuite, la transférer dans le curry avec les épinards et les pois chiche. Laisser cuire 5 minutes pour que tout soit bien chaud.

On peut servir ce curry avec du riz, mais ce n’est pas obligatoire. C’est aussi délicieux avec un oeuf mollet.

Curry butternut et pois chiche 01

Via Jamie Oliver

Brioches asiatiques au porc cuites à la vapeur

Au départ, ma moitié était dubitative. Finalement ces brioches salées ont été un franc succès, elles sont vraiment délicieuses.

Le bonus, c’est qu’avec la pâte de base, on peut réaliser des buns avec la farce qu’on veut : végétarienne, à la crevette, au bœuf. Je pense que ça va devenir un classique à la maison.

Attention, la préparation de la farce commence par 2 heures de marinade puis 3 heures de cuisson de la poitrine de porc au four. Attention au timing si vous ne voulez pas manger à pas d’heure !!

Brioche vapeur au porc 03

Ingrédients :
Pâte à brioche

  • 380 g de farine
  • 1 sachet de levure instantanée
  • 24 cl de lait
  • 1 càs de vinaigre blanc  (de riz par exemple)
  • 3 càs de sucre en poudre
  • une pincée de sel

Farce

  • 1.2 kg de poitrine de porc
  • 2 càs de miel
  • 2 càs de sauce soja
  • 2 càs de ketchup
  • 10 cl de vin de riz
  • 1 gousse d’ail
  • un morceau de gingembre de 5 cm
  • 1 échalote
  • de l’eau
  • 1 bouquet de coriandre hachée
  • 1 piment rouge (optionnel)
  1. Préparation de la farce (on peut faire ça la veille, ça n’en sera que meilleur) : dans un plat allant au four, mélanger le miel, la sauce soja, le ketchup, le vin de riz, ainsi que la gousse d’ail, le gingembre et l’échalote (tous) passés à la râpe fine. En enduire la poitrine de porc en la massant sur toutes les faces. Laisser reposer au moins 2 heures.
  2. Faire chauffer le four à 140° et enfourner le porc pour 3 heures. Attention à ne pas laisser la marinade brûler. Il est sage de rajouter un peu d’eau quand ça devient vraiment proche du point de combustion car cette marinade va servir de sauce plus tard et on ne veut pas de goût de brulé dans la farce.
  3. Préparation de la pâte à buns : Dissoudre la levure dans le lait tiède et laisser reposer 5 minutes.
  4. Mélanger les ingrédients secs restants dans un saladier : farine, sucre et sel. Ajouter les liquides (lait + levure et vinaigre) et travailler pendant 10 minutes jusqu’à ce que la pâte soit bien lisse.
  5. Laisser lever 1 heure.
  6. Quand le porc est cuit, le sortir du four. Laisser tiédir la viande hors du plat.
  7. Verser le reste de marinade dans une casserole et faire réduire jusqu’à obtention d’une sauce épaisse et collante.
  8. Quand le porc est manipulable, ôter la couenne et couper la viande en petits dés. Ajouter la coriandre et le piment hachés, puis la sauce réduite. Corriger l’assaisonnement.
    Brioche vapeur au porc 01
  9. Diviser la pâte à buns en boules de la taille d’une balle de golf. Les étaler en rond assez finement (2 mm environ).
  10. Mettre une cuillère à soupe de farce au milieu du cercle de pâte et plier. Je vous mets la vidéo sous la recette, le pliage se fait à 4’37.
  11. Mettre les buns dans un panier vapeur avec un papier sulfurisé en dessous (pour éviter que ça colle).
    Brioche vapeur au porc 02
  12. Faire cuire 20 minutes. Ils vont gonfler à la cuisson et donner de belles boules blanches.
  13. Les servir avec une sauce pimentée de votre choix, pour nous ça a été 1 càs de sauce soja + 1 càs de sauce poisson + 1 càc de sucre + un peu d’eau et de la pâte de piment au goût.

Via Sorted Food

Attention super concert : Trio Rosenberg à la Scène Jean-Roger Caussimon

Juste un petit mot en passant pour vous avertir que si vous aimez le jazz manouche, vous ne pouvez pas passer à côté de ce concert le 16 mai prochain à la Scène Jean-Roger Caussimon de Tremblay en France. Le Trio Rosenberg va vous régaler les cages à miel.

trio rosenberg
En plus, la salle est vraiment sympa, on est bien assis, on voit bien la scène de partout et les prix sont raisonnables (13.50€ (tarif plein) / 8€ (tarif réduit) / 7€ (tarif adhérent)).

Donc pas d’excuse pour ne pas y aller. Si je n’avais pas déjà un concert ce jour là, j’y serait allé.

Et je vous conseille de vous abonner à la newsletter de la Scène car il y a très régulièrement de très bons concerts.10

Ce que nous fait perdre le mp3

Voici une vidéo très informative sur la masse de données qui est perdue lors d’un encodage avec perte d’un enregistrement. En effet, lorsque l’on applique un codec de type mp3 par exemple, l’algorithme sabre certaines fréquences qui sont moins importantes pour l’oreille afin de diminuer la taille du fichier final.

Un doctorant de l’Université de Virginie nommé Ryan Maguire s’est penché sur la question de ce qui était effectivement retiré, dans le cadre du projet The Ghost In The MP3 et le résultat est assez impressionnant je trouve.

Voici un exemple avec la chanson Toms Diner de Susan Vega
En mp3 via Youtube

Ce qui est retiré à l’encodage

J’y repenserai quand j’encoderai mes CD maintenant (et je suis en plein dedans).

Via Bobby Owsinski’s Big Picture Music Production Blog.

Total immersion : mon nouveau crawl

Ça fait maintenant deux ans que je me suis mis sérieusement à la natation. Avant ça, j’avais appris à nager étant petit et j’allais à la piscine de manière tout à fait irrégulière. Pas la peine de me dépenser dans l’eau quand je pouvais le faire 2 à 3 fois par semaine sur un court de tennis.

Oui mais voilà, l’âge aidant, mes années de tennis m’ont rattrapé et j’ai maintenant les deux genoux en vrac (l’un opéré du ménisque mais toujours un peu douloureux quand je force dessus, et l’autre avec une petite fissure du ménisque avec la même conséquence). Autant dire que le choix de sport à ma disposition s’est réduit comme peau de chagrin.

Il me reste donc 2 sports que j’aime et que je pouvais pratiquer : le VTT et la natation. En fait, pour être honnête, il y a deux ans, je suis vraiment allé à reculons à la piscine. Si j’avais pu, j’aurai préféré courir, c’est dire ma motivation à l’époque… Mais rapidement, j’ai trouvé que la natation me calmait et me détendait, au contraire de tous les autres sports que j’avais pratiqué jusque là.

Mais j’avais quand même un gros problème. Je n’arrivait pas à nager le crawl pendant plus d’une longueur (de 25 mètres) sans devoir m’arrêter et faire une pause de 5 minutes. Dramatique et terrifiant. Pas moyen de nager sans m’essouffler exagérément. J’avais l’impression de faire un sprint de 100 mètres mais sans vraiment forcer. C’était désespérant. Du coup, par défaut, je suis devenu très bon en brasse et c’est ma nage par défaut… Mais quand même, cette histoire de crawl me chiffonnait.

Et c’est Tim Ferris qui m’a « sauvé » (encore…). Dans son livre, The 4-Hour Chef ( que je vous recommande ainsi que ses 2 autres, La semaine de 4 heures (The 4-Hour Workweek en anglais ) et The 4-Hour Body) que j’ai vu pour la première fois la mention de la nage dite « Total Immersion ». Et c’était la réponse à tous mes problèmes de crawl.

Le principe est simple, on ne bat quasiment pas des pieds et on nage en impulsion avec les bras et se mettant en position hydrodynamique, sur le côté du corps plutôt qu’à plat. Et pour moi, ça change tout. Je me fatigue beaucoup moins et la respiration est du coup beaucoup plus régulière, moins heurtée. J’ai aussi une sensation très agréable de glisse que je n’avais jamais ressentie en crawl classique. Bref tout bénéf. J’arrive maintenant à nager presque une demie heure d’affilée en crawl sans me fatiguer. C’est le bonheur.

Voici une petite vidéo de démonstration. En plus d’être efficace, c’est beau je trouve, gracieux.