Archives du mot-clé cajou

Le poulet korma

J’adore la cuisine indienne. Et une de mes recette favorites, c’est le poulet korma. Alors, quand j’ai vu cette recette de Bernard directement en provenance d’une chef indienne, j’ai dit banco.

Ingrédients :

  • 400 g de poulet (blanc et/ou hauts de cuisse)
  • 1 yaourt grec
  • le jus d’un demi citron vert
  • 1/2 càc de curcuma
  • 3 càs d’huile
  • 5 gousses de cardamome
  • 1 étoile de badiane
  • 1 bâton de cannelle
  • 3 feuilles de laurier
  • 2 càc de pâte d’ail (ou 3 gousses d’ail râpées)
  • 2 càc de pâte de gingembre (ou 1 petit morceau de gingembre râpé)
  • 1 càs de coriandre en poudre
  • 20 g de noix de cajou non grillées et non salées
  • 20 g d’amandes en poudre
  • 10 cl d’eau
  1. Désosser et retirer la peau du poulet. Coupez la viande en morceaux.
  2. Mélanger dans un saladier le yaourt, le curcuma, le jus de citron vert et 1 cuillère à café de pâte de gingembre et une de pâte d’ail. Ajouter le poulet et faire mariner 1 à 2 heures au frais.
  3. Placez les gousses de cardamome entières et l’étoile badiane dans un mortier. Écrasez-les grossièrement.
  4. Dans une grande poêle, faites fondre le ghee. Verser les épices concassées et les feuilles de laurier. En profiter pour retirer les coques de cardamome.
  5. Ajouter le bâton de cannelle concassé et laisser cuire 1 à 2 minutes.
  6. Verser le reste de la pâte d’ail et de la pâte de gingembre.
  7. Ajouter les morceaux de poulet.
  8. Laisser cuire  en remuant régulièrement. Au bout de 5 minutes, ajouter la coriandre en poudre.
  9. Dans une moulinette, mixer les noix de cajou, l’eau et les amandes jusqu’à obtenir une sorte de crème.
  10. Verser dans le poulet et laissez cuire à petit frémissement pendant une dizaine de minutes.
  11. Servir avec un riz blanc.

Les brochettes de poulet à la sauce coriandre et noix de cajou

Petite recette de brochettes de poulet façon asiatique, pour tester la fonction grill de mon nouveau joujou, un grill panini plancha Koenig celui qui me permet désormais de faire des panini délicieux.

C’est une réussite, ça marche vraiment bien, ce qui va nous permettre de faire des brochette en plein hiver sans ravager le four.

P1070655

Ingrédients :
Pour la marinade

  • 4 blancs de poulet
  • 2 gousses d’ail
  • 2 cm de gingembre frais
  • 2 c à s d’huile de sésame
  • 2 c à s d’huile d’arachide
  • 1 c à s de vinaigre de vin de riz
  • 1 c à s de sauce poisson
  • le jus d’un citron vert
  • 2 c à c de sucre
  • quelque tours de moulin à poivre

Pour la sauce aux noix de cajou et à la coriandre

  • 1 grosse poignée de noix de cajou
  • 1/2 bouquet de coriandre fraiche
  • 3 c à s d’huile d’arachide
  • 1 c à s d’huile de sésame
  • sel, poivre
  • 1 pincée de sucre en poudre
  • le jus d’un citron vert
  • piment de cayenne au goût de chacun
  1. Mélanger dans un saladier tous les éléments de la marinade sauf le poulet.
  2. Y ajouter le poulet coupé en lanières et mélanger intimement.
  3. Laisser mariner pendant au moins 2 heures.
  4. Enfiler les morceaux de poulet sur des brochettes.
  5. Mettre tous les ingrédients de la sauce dans une moulinette ou un blender et mouliner finement (comme pour un pesto). Rectifier l’assaisonnement et la consistance à votre goût.
  6. Faire cuire les brochettes au grill en les tournant bien sur toutes les faces pour qu’elles soient bien colorées et le poulet bien cuit.
  7. Servir le poulet accompagné d’un riz sauté par exemple et avec la sauce aux noix de cajou.

P1070653

Le granola du petit déjeuner

Quand j’ai vu la première fois des recettes de granola, avant de plonger dans les billets, je pensais que j’allais avoir droit à une tentative de recréation de l’excellent biscuit éponyme de LU. Que nenni, quelle déception dans un premier temps. Il s’agissait juste d’un vulgaire mélange de céréales pour le petit déjeuner, au premier abord qui ne se différenciait pas de ce que l’on trouve sous l’appellation Muesli dans le commerce. Et le temps faisant son oeuvre, j’ai discuté (merci Béru) et vu plusieurs autres recettes qui m’ont décidé à me lancer. Après tout, si j’arrive à faire du pain ou des recettes compliquées, le granola, ce n’est pas si sorcier.

Ce qui m’a retenu pendant un long moment, c’est l’adjonction d’huile. Je trouvais ça hors de propos pour une préparation sucrée, a fortiori pour le petit déjeuner. Mais en fait, on ne la sent pas quand c’est cuit et en plus, il manque quelque chose si on n’en met pas. Le deuxième truc qui m’a décidé, c’est que je peux mettre ce que je veux dedans. Je n’aime pas trop les noisettes et les amandes que l’on trouve en général dans ce type de céréales, alors le faire moi même résolvait ce problème. A la place : des masses de noix de cajou :-). Place à la recette.

Ingrédients :

  • 300 g de mélange de muesli tout prêt
  • 400 g de flocons d’avoine (petits ou gros en fonction de ce que vous préférez
  • 200 g de Special K
  • 150 g de sucre
  • 2 c à s de miel
  • 150 g d’eau
  • 4 c à s d’huile d’olive
  • 200 g de fruits secs (canneberges ou fraises par exemple)
  • 200 g de noix diverses (dans mon cas des noix de cajou)
  1. Dans un grand saladier, mélanger tous les ingrédients secs : mélange muesli, flocons d’avoine, spécial K, fruits secs, cajoux. Vous pouvez faire réhydrater un peu dans l’eau chaude les fruits secs si vous les aimez bien moelleux.
  2. Dans une casserole, faire un sirop avec le sucre et l’eau. Quand le sucre est dissout, ajouter le miel et remuer jusqu’à complète disparition du miel dans le sirop. Laisser tiédir.
  3. Faire préchauffer le four à 170°.
  4. Verser  l’huile d’olive sur le mélange de céréales et mélanger intimement pour que la matière grasse soit répartie uniformément.
  5. Verser ensuite le sirop et mélanger de nouveau. Ne pas trop égrener si vous voulez des pépites. Au contraire, laisser des « paquets » se former.
    granola 01
  6. Verser sur une plaque passant au four (en prenant soin de mettre en dessous un papier sulfurisé ou une plaque de silicone, ça évite la vaisselle de la plaque).
    granola 02
  7. Enfourner pendant environ 20 minutes. Remuer à 10 minutes de cuisson puis surveiller fréquemment pendant les 7 dernières minutes de cuisson car ça peut brûler très rapidement si on n’y prend pas garde.
  8. Quand le mélange a pris une belle couleur dorée, sortir les plaques et laisser refroidir.

granola 03

Ces céréale se conservent très bien, dans une boite métallique par exemple, même si en général elle n’en ont pas le temps …

J’adore encore ajouter des pépites de chocolat dans le mélange avant de rajouter le lait. C’est encore plus gourmand.

Le nougat aux noix de cajou

Cette année, nous n’avons mangé qu’une fois du nougat cajou en Guadeloupe. Je n’en ai jamais vu que là bas et c’est bien dommage car cette petite friandise antillaise est une tuerie. Ils le font aussi en version cacahuètes, qu’ils appellent  localement « pistaches ». Mais nous celui que l’on préfère, c’est bien celui aux cajoux.

En regardant l’étiquette, nous nous sommes rendus compte qu’il n’est composé que de sucre et de noix de cajou. Difficile de faire une recette avec moins d’ingrédient. Donc une fois rentrés, il ne nous a pas fallu longtemps pour tester la confection de ce nougat délicieux. Nous avons décidés de partir des noix que nous avons toujours dans le placard, c’est à dire de noix de cajou salées pour apéritif. Le caramel et le sel allant bien ensemble, ça ne semblait pas être une hérésie 🙂

Ingrédients :

  • 100 g de noix de cajou (salée ou non)
  • entre 60 et 80 g de sucre blanc
  • un peu d’eau
  1. Dans une casserole à fond épais, mettre à chauffer le sucre avec un peu d’eau.
  2. Laisser se former un caramel brun doré.
  3. Jeter dans ce caramel les cajoux (débarrassées de leur excédent sel) et bien les enrober.
  4. Verser rapidement sur une plaque antiadhésive ou une feuille de silicone et aplatir pour obtenir une épaisseur d’un centimètre environ.
  5. Laisser refroidir un quart d’heure environ (si vous en avez la force).

Si vous n’utilisez pas des cajoux apéritif salées mais des natures, je vous conseille de les passer au four pendant quelques minutes car la cajou nature peut être toxique. Une dizaine de minutes à 180° devrait suffire. Attention simplement à ne pas les laisser brûler.

En ce qui concerne le caramel, les proportions de sucre seront à adapter en fonction de vos goûts. Nous avions commencé avec 50 g de sucre mais c’était un poil pas assez. En fonction de votre goût pour le sucre et de la force de vos dents, il faudra modifier la quantité de départ.

Le pesto, vous connaissez ?

Le pesto, c’est une purée composée de divers ingrédients et qui est principalement utilisée comme garniture dans les pâtes par nos amis transalpins.

Traditionnellement, c’est le basilic et les pignons de pin qui sont utilisés comme ingrédients principaux, dans le fameux pesto alla genovese (enfin quand on ne le transforme pas). Et bien, la semaine dernière, comme j’avais à disposition dans le jardin de la coriandre et je me suis dit que le pesto à la coriandre et aux noix de cajou, ça allait déchirer. Et bien j’avais raison. Deux tests en une semaine me l’ont confirmé.

Bon, j’en ai marre de me répéter et de dire que les recettes sont simples, mais là plus facile ce sera dur.

Ingrédients :

  • 1 belle botte de coriandre fraiche
  • 1 gousse d’ail
  • 2 c à s de parmesan râpé
  • 2 c à s de noix de cajou non salées
  • de l’huile d’arachide
  1. Laver la coriandre et bien l’essorer pour qu’il ne reste plus d’eau dans les feuilles (enfin presque plus, pas la peine que ce soit super sec non plus)
  2. Prélever les feuilles. (je ne fais plus ch… maintenant, je tords le bouquet au niveau du début des feuilles et je mets avec les tiges qui sont quand même très tendres et qui ont aussi ce bon gout de coriandre. Comme ça on ne gâche rien). Les mettre dans un blender ou un mixer.
  3. Rajouter par dessus l’ail coupé grossièrement, le parmesan et les noix de cajou.
  4. Arroser avec deux cuillères à soupe d’huile et faire tourner le mixer.
  5. Vous devez obtenir une purée homogène et assez épaisse, … mais pas trop. Rajouter de l’huile si nécessaire pour faciliter le mixage. Normalement quatre cuillères ce serait le maxi pour un beau bouquet de coriandre.
  6. Rectifier l’assaisonnement si nécessaire (ça dépend du parmesan) et poivrez si vous voulez.

Et voilà, votre pesto est prêt.

Le truc pour le rajouter aisément aux pâtes, c’est qu’au moment de les égoutter, il faut laisser un peu d’eau de cuisson dans la casserole et délayer le pesto dedans. De cette manière, les pâtes et le pesto se mélangeront beaucoup plus facilement.

Pour tester cette recette, je me suis servi de nouilles au sarrasin, dont je vous avais parlé dans ce billet. Et bien, elles sont délicieuses comme ça !!