Archives par mot-clé : cuisson

Le granola du petit déjeuner

Quand j’ai vu la première fois des recettes de granola, avant de plonger dans les billets, je pensais que j’allais avoir droit à une tentative de recréation de l’excellent biscuit éponyme de LU. Que nenni, quelle déception dans un premier temps. Il s’agissait juste d’un vulgaire mélange de céréales pour le petit déjeuner, au premier abord qui ne se différenciait pas de ce que l’on trouve sous l’appellation Muesli dans le commerce. Et le temps faisant son oeuvre, j’ai discuté (merci Béru) et vu plusieurs autres recettes qui m’ont décidé à me lancer. Après tout, si j’arrive à faire du pain ou des recettes compliquées, le granola, ce n’est pas si sorcier.

Ce qui m’a retenu pendant un long moment, c’est l’adjonction d’huile. Je trouvais ça hors de propos pour une préparation sucrée, a fortiori pour le petit déjeuner. Mais en fait, on ne la sent pas quand c’est cuit et en plus, il manque quelque chose si on n’en met pas. Le deuxième truc qui m’a décidé, c’est que je peux mettre ce que je veux dedans. Je n’aime pas trop les noisettes et les amandes que l’on trouve en général dans ce type de céréales, alors le faire moi même résolvait ce problème. A la place : des masses de noix de cajou :-). Place à la recette.

Ingrédients :

  • 300 g de mélange de muesli tout prêt
  • 400 g de flocons d’avoine (petits ou gros en fonction de ce que vous préférez
  • 200 g de Special K
  • 150 g de sucre
  • 2 c à s de miel
  • 150 g d’eau
  • 4 c à s d’huile d’olive
  • 200 g de fruits secs (canneberges ou fraises par exemple)
  • 200 g de noix diverses (dans mon cas des noix de cajou)
  1. Dans un grand saladier, mélanger tous les ingrédients secs : mélange muesli, flocons d’avoine, spécial K, fruits secs, cajoux. Vous pouvez faire réhydrater un peu dans l’eau chaude les fruits secs si vous les aimez bien moelleux.
  2. Dans une casserole, faire un sirop avec le sucre et l’eau. Quand le sucre est dissout, ajouter le miel et remuer jusqu’à complète disparition du miel dans le sirop. Laisser tiédir.
  3. Faire préchauffer le four à 170°.
  4. Verser  l’huile d’olive sur le mélange de céréales et mélanger intimement pour que la matière grasse soit répartie uniformément.
  5. Verser ensuite le sirop et mélanger de nouveau. Ne pas trop égrener si vous voulez des pépites. Au contraire, laisser des « paquets » se former.
    granola 01
  6. Verser sur une plaque passant au four (en prenant soin de mettre en dessous un papier sulfurisé ou une plaque de silicone, ça évite la vaisselle de la plaque).
    granola 02
  7. Enfourner pendant environ 20 minutes. Remuer à 10 minutes de cuisson puis surveiller fréquemment pendant les 7 dernières minutes de cuisson car ça peut brûler très rapidement si on n’y prend pas garde.
  8. Quand le mélange a pris une belle couleur dorée, sortir les plaques et laisser refroidir.

granola 03

Ces céréale se conservent très bien, dans une boite métallique par exemple, même si en général elle n’en ont pas le temps …

J’adore encore ajouter des pépites de chocolat dans le mélange avant de rajouter le lait. C’est encore plus gourmand.

Le fondant au chocolat

Grand classique des cartes des desserts des restaurants, le fondant au chocolat est tout sauf compliqué à faire. D’ailleurs, ce fût notre dessert de réveillon 2010.

Le plus délicat, c’est la cuisson. Pour une fois, il vaut mieux trop peu que trop si on veut conserver le côté coulant. Après, chacun ses goûts. Madame le préfère plus cuit que moi. Il faut tester et bien connaitre son four de surcroit pour ne pas se laisser surprendre.

Pour 4 fondants

Ingrédients :

  • 90 g de chocolat noir
  • 90 g de beurre
  • 90 g de sucre
  • 45 g de farine
  • 3 œufs
  1. Faire fondre le chocolat (de préférence au bain marie).
  2. Ajouter petit à petit dans le chocolat fondu le beurre en morceaux.
  3. Faire fondre tout le beurre dans la sauce au chocolat.
  4. Pendant ce temps, fouetter le sucre et les œufs entiers jusqu’à ce que le mélange blanchisse.
  5. Quand la sauce au chocolat  est terminée , la mettre hors du feu pour qu’elle tiédisse.
  6. Lorsqu’elle n’est plus chaude, l’ajouter à l’appareil œuf + sucre. Bien mélanger.
  7. Enfin, ajouter la farine tamisée. La pâte doit être bien homogène.
  8. Faire chauffer le four à 200°.
  9. Remplir des moules (préalablement beurrés généreusement, sauf si c’est du silicone), presque en entier.
  10. Insérer un carré de chocolat dans la pâte.
  11. Mettre à cuire de 10 à 12 minutes (suivant que vous le préfériez très fondant ou un peu plus cuit).
  12. Sortir les fondants du four et les mettre dehors ou dans le frigo quelques minutes pour faciliter le démoulage.
  13. Démouler sur assiette et servir tiède avec une boule de glace vanille.

P1020880

P1020906

Bon appétit.

Les escalopes panées



En matière de viande, voici un de mes régals absolu : les escalopes panées. Ma maman les réussit divinement bien et j’ai repris la tradition en collaboration avec ma chère et tendre.

Voici donc le secret de famille enfin dévoilé. Amis végétariens et / ou au régime, passez votre chemin, ce qui suit risque de ne pas vous plaire.

Ingrédients :

  • 4 belles escalopes de veau tranchées fines
  • 100 g de farine
  • 5 œufs
  • 250 g de chapelure (j’utilise la Tipiak qui est assez grossière et qui fonctionne super bien)
  • sel et poivre
  • 100 g de beurre (pour la cuisson)
  • un peu d’huile d’arachide (pour la cuisson également)
  1. Étaler les escalopes entre 2 grandes feuilles de papier sulfurisé. Les aplatir sans pitié à l’aide d’un rouleau à pâtisserie (pas trop violemment quand même) jusqu’à ce qu’elles soient d’épaisseur homogène et surtout très fines.
    Escalopes panées
    Avant affinage au rouleau
    Escalopes panées
    Après affinage au rouleau
  2. Battre les œufs dans un saladier et assaisonner de sel et poivre.
  3. Mettre la farine dans une assiette plate et la saler. Bien mélanger.
  4. Verser la chapelure dans un plat ou une grande assiette creuse.
  5. Enduire entièrement les escalopes de farine et les tapoter gentiment pour enlever le surplus.

    P1010318

  6. Les passer rapidement dans l’œuf battu. Elles doivent être entièrement enduites.

    P1010319

  7. Les enduire généreusement de chapelure. Là aussi, il ne doit pas rester une trace de viande visible.

    P1010320

  8. Les réserver sur un grand plat et les faire reposer pendant une ou deux heures (ou jusqu’à une heure avant le moment de les faire cuire).
  9. Une heure avant la cuisson, les sortir du frigo et les repasser dans l’œuf battu et la chapelure. Tout le secret réside dans cette double panure. Un peu comme les frites et les deux bains de cuisson.

    P1010330

  10. Remettre au frigo.
  11. Faire chauffer 50 g de beurre et une cuillère à soupe d’huile d’arachide dans une poêle à feu vif.
  12. Quand la matière grasse est bien chaude, y mettre les escalopes.

    P1010332

  13. Elles sont cuites lorsque la panure est bien dorée et l’escalope « rigide ». Il ne faut pas avoir peur de rajouter du beurre si la poêle manque de gras. Ça risquerait de faire brûler la panure.
  14. Servir avec des petits pois carottes (la tradition) ou n’importe quel légume vert pour alléger un peu. Ceci dit si vous voulez vous faire une bonne purée ou des frites avec, go ahead !!

P1010337

A chaque fois que je fais cette recette, ça me fait penser à l’escalope viennoise que j’ai dévorée … à Vienne. Un truc énorme qui ne tenait pas  sur une assiette standard. La finesse de l’escalope et de la panure étaient exceptionnels. Un grand souvenir.

Les galettes bretonnes au sarrasin

Vous avez déjà eu droit aux crêpes de la Chandeleur, cette fois c’est leur contrepartie salée, les galettes au sarrasin, dites galettes bretonnes.

En gros un œuf donne 6 galettes sur ma grande crêpière en fonte. Je vous laisse adapter les proportions en fonction de vos convives ou votre appétit.

galette bretonne 01

Ingrédients :

  • 125 g de farine de sarrasin
  • 1 œuf
  • 1 c à s d’huile d’arachide
  • 1 grosse pincée de sel
  • 1/4 de litre d’eau
  • 1/8 de litre de lait
  1. Dans un saladier, mélanger la farine le sel et l’huile.
  2. Ajouter l’œuf et bien remuer.
  3. Ajouter le lait petit à petit pour bien délayer. Normalement, jamais de grumeaux avec la pâte à galettes.
  4. Finir en ajoutant l’eau et bien remuer.

galette bretonne 02

Pour la cuisson, je vous renvoie à ma vidéo des crêpes sucrées, ce n’est pas foncièrement différent, la pâte est juste un peu plus épaisse.
Allez, pour le plaisir, je vous la remet quand même.

Avec ces galettes, à vous les complètes, les savoyardes, … C’est un délice et en général j’en fais plus, comme ça on a des restes dans la semaine !!!