Archives par mot-clé : fichier

Extraire les images d’un fichier Open Office



J’ai eu récemment besoin d’extraire des images insérées dans un fichier Open Office. Malheureusement, il n’u a pas e solution simple pour récupérer directement les fichiers images dans l’interface du logiciel. Il faut ruser un petit peu, mais en fait c »est tout simple.

Les fichiers ODT sont en fait des archives zip. Donc, en les ouvrant avec un un gestionnaire d’archives, on voit tout leur contenu s’afficher, dont les images.

Exemple avec mon fichier odt :

J’ouvre mon fichier odt à partir de 7zip (Clic droit sur le fichier puis « Ouvrir à l’intérieur »).

ouvrir_odt

Mais je pourrais arriver au même résultat en renommant le fichier de .odt en .zip, et en l’ouvrant avec mon gestionnaire d’archives favori.

On ouvre le dossier « Pictures ».

ouvrir_odt_002

A l’intérieur se trouvent les fichiers images (avec des noms à rallonge qui ne veulent rien dire, mais bon, au moins on les récupère).

ouvrir_odt_003

Et si votre fichier d’origine est un document Microsoft Office, il suffit tout simplement de l’ouvrir avec Open Office et de l’enregistrer en odt, puis d’appliquer la procédure.

Via Da Linux French Page.

Comment modifier la vue des fichiers dans Nautilus avec le clavier

S’il y a bien un truc qui m’horripile avec Nautilus, c’est qu’il change le mode d’affichage des fichiers quand on change de dossier. Alors, certes c’est aussi un avantage de se dire que tel ou tel dossier sera toujours affiché en miniature ou en liste, mais parfois aussi c’est extrêmement gonflant.
Et comme, j’ai assez horreur également de me servir de la souris pour changer ça et que pour en rajouter une couche je suis 90% du temps en mode double fenêtre (raccourci F3 et ça c’est SUPER), il fallait que je trouve un moyen rapide de switcher au clavier entre chaque mode.

Bon ce ne sont que 2 minutes de recherche sur le Net pour trouver (ou alors si on n’est pas un gros benêt comme moi, si si, on regarde dans le menu Affichage et on applique le raccourci clavier indiqué) :

Ctrl + 1 : Affichage en mode Icônes
Ctrl + 2 : Affichage en mode Liste
Ctrl + 3 : Affichage en mode Compact

Tout ça c’est bien gentil, mais au final, ça ne marche pas !!! Si vous appuyez en même temps sur la touche Control et la touche 1 (que ce soit celle du pavé numérique ou celle qui se trouve au dessus des lettres), rien ne se passe.

La solution est toute simple, il faut appuyer sur Shift en même temps, ce qui est logique finalement, puisque c’est le fait d’appuyer sur cette touche qui fait que c’est bien un 1 que l’on produit. Donc le raccourci réel est le suivant :

Ctrl + Shift + 1 : Affichage en mode Icônes
Ctrl + Shift + 2 : Affichage en mode Liste
Ctrl + Shift + 3 : Affichage en mode Compact

Voici si c’est un truc qui vous botte aussi, une liste de raccourcis clavier (traduits par mes soins) que vous pourrez utiliser avec Nautilus. Je ne les ai pas tous testés, donc je ne garantis pas qu’ils fonctionnent, surtout s’il y a le même genre d’astuce à appliquer que celle que je viens de présenter.

Recherche
Commencer à taper Sélectionner le 1er fichier ou dossier correspondant à la saisie
CTRL+F Chercher le nom de fichier et le contenu des fichiers indexéss
CTRL+S Sélectionner tous les fichiers ou dossiers correspondant matching a pattern
Affichage et gestion des fenêtres
CTRL+N Ouvrir une nouvelle fenêtre de Nautilus
CTRL+W Fermer une fenêtre de Nautilus
CTRL+SHIFT+W Fermer toutes les fenêtres de Nautilus
CTRL+1 Affichage en mode Icônes
CTRL+2 Affichage en mode Liste
F9 Afficher / Cacher le panneau latéral
Gestion des fichiers
CTRL+H Afficher les fichiers cachés
CTRL+SHIFT+N Créer un nouveau dossier
CTRL+T or Del Supprimer le fichier ou dossier et mettre à la corbeille
Shift+Del Supprimer complètement le fichier ou dossier sans le mettre à la corbeille
F2 Renommer le fichier ou dossier sélectionné
Alt+Enter Voir les propriétés du fichier ou dossier sélectionné
Déplacement
CTRL+L Se positionner dans la barre d’emplacement
Alt+HOME Aller dans le dossier $HOME
* ou + ou Flèche Droite Développer le dossier sélectionné en mode Liste
– ou Flèche Gauche Refermer le dossier sélectionné en mode Liste
ALT+ Flèche Gauche Équivalent de la flèche gauche (répertoire suivant)
ALT+ Flèche Droite Équivalent de la flèche droite (répertoire précédent)
ALT+ Flèche Haut Se déplacer dans le répertoire parent
ALT+ Flèche Bas Ouvre le dossier ou fichier sélectionné
Accessibility
CTRL++ Augmenter le Zoom
CTRL+- Diminuer le Zoom
CTRL+0 Zoom Normal

Via Opensuse-tutorials.com

Concaténer des fichier splittés en ligne de commande sous Linux

terminalParfois sur les newsgroups, on tombe sur des fichiers qui ont été splittés et pas seulement compressés. Sous Windows, je connaissais HJsplit pour se charger facilement du travail de concaténation de ces fichiers, mais sous Linux, aucune idée.

J’ai bien entendu cherché d’abord un utilitaire avec une interface graphique et je suis tombé sur un vieux logiciel plus maintenu pour linux, Xtremsplit. Le comble c’est qu’ils conseillent d’utiliser la version windows avec wine. Donc je passe mon chemin.

Et puis, au détour d’une entrée dans le planet francophone d’Ubuntu, je suis tombé là-dessus.

COMMENT REMETTRE ENSEMBLE TOUS CES MORCEAUX ?

En fait c’est très simple, une seule ligne de commande dans un terminal va faire le job.
Nos fichiers se présentent sous la forme suivante :

nom_du_fichier.avi.001
nom_du_fichier.avi.002
nom_du_fichier.avi.003
nom_du_fichier.avi.004

J’ai pris l’exemple de fichiers .avi, car, ne nous voilons pas la face, c’est ce qu’on rencontre souvent.

Donc voici comment faire :

  1. On ouvre un terminal
  2. On se place dans le dossier contenant nos fichiers, si ce n’est pas déjà fait, par exemple le dossier DL de notre home
  3. cd /home/agatzebluz/DL

  4. On tape la commande suivante :
  5. cat nom_du_fichier.avi.* > nom_du_fichier_concaténé.avi

    L’étoile est un joker permettant de prendre en compte tous les fichiers qui commencent par « nom_du_fichier.avi. », donc tous nos fichiers splittés. Quant à « nom_du_fichier_concaténé.avi » c’est le nom que vous choisissez pour votre fichier de sortie.

  6. Et on attend qu’il fasse le travail. Ce n’est pas plus compliqué que ça.

Elle est pas belle la vie avec la ligne de commande ? 🙂

Lancer un programme au démarrage de Puppy Linux 4.2

puppy linux 4.2 desktop bureauEn fait, pour permettre à un programme de se lancer au démarrage avec la nouvelle version de Puppy Linux (et peut être les anciennes, je n’ai pas vérifié ce point), il suffit de faire un raccourci dans un répertoire du dossier root qui s’appelle startup, soit démarrage en anglais.

Donc, on ouvre deux fenêtres de l’explorateur de fichiers, qui par défaut s’appelle Rox Filer, et on se place dans le dossier contenant les applications (le plus dur c’est de le trouver …). Dans l’autre, on ouvre le fameux dossier /root/Startup.

Ensuite, il ne reste pus qu’à faire glisser les applications d’une fenêtre à l’autre en choisissant de faire un symbolic link.
Et voilà, au prochain démarrage, vos applications pourront s’ouvrir automatiquement.

Mon clavier est en anglais après l’installation des drivers Nvidia de ma carte graphique

nvidiaUn des bonus d’installer les drivers de ma carte graphique Nvidia 9600 GT manuellement (ce modèle n’est pas reconnu sous Ubuntu Hardy Heron 8.04) est qu’à chaque redémarrage, mon clavier repasse en qwerty (version anglaise donc) et ce malgré la modification du réglage du menu Clavier dans Système > Préférences.
En fait, le driver écrase la configuration à chaque démarrage, il n’y a donc qu’une solution : modifier manuellement le fichier Xorg.conf.

Comme toujours lorsqu’on joue avec des fichiers de configuration importants, une petite sauvegarde s’impose. Dans un terminal, on tape :
sudo cp /etc/X11/xorg.conf /etc/X11/xorg.conf.bak
Xorg.conf.bak est le nom que vous donnez à la sauvegarde de votre fichier. En fait on le copie dans le même dossier et on le renomme.

Une fois que c’est fait vous pouvez modifier votre fichier. Toujours dans un terminal :
sudo gedit /etc/X11/xorg.conf

Dans le fichier qui s’ouvre dans votre éditeur de texte (Gedit donc, remplacez par celui que vous voulez si vous ne l’utilisez pas), cherchez la ligne d’un input device qui contient keyboard.
Il va falloir rajouter un ligne pour lui dire que votre clavier est français.
Au final ça devrait ressembler à ça

Section « InputDevice »
# generated from default
Identifier « Keyboard0 »
Driver « kbd »
Option « XkbLayout » « fr »
Option « XkbVariant » « latin9 »

L’Option « XkbVariant » « latin9 » est optionnelle, ça dépend de l’agencement du clavier il me semble.
Voilà une fois le Xorg.conf sauvegardé, vous ne devriez plus avoir de problème de clavier qwerty.

Création d’un script Nautilus pour découper les fichiers mp3 sous Linux

nautilusVous téléchargez peut-être des podcasts régulièrement et vous souhaitez les découper en morceaux plus petits car ils durent trop longtemps. J’ai déjà fait un billet sur la façon de procéder avec mp3splt en ligne de commande ou avec son interface graphique.

Aujourd’hui, je vais vous présenter une nouvelle façon de faire, avec les même outils, mais encore plus rapide. Il faut que le découpage se fasse toujours de la même manière, dans notre cas par paliers 10 minutes. Il va suffire de créer une action Nautilus, un petit script qui sera accessible au clic droit sur un fichier mp3 dans notre gestionnaire de fichiers préféré pour GNOME. Il déclenchera alors l’action et découpera le fichier de manière transparente.

PRÉ REQUIS

Installer le paquet nautilus-actions, mp3splt et bien sûr utiliser Nautilus. Pour cela, si Nautilus est déjà installé, en ligne de commande ça donne :

sudo apt-get install nautilus-actions mp3splt

Une fois l’installation terminée, vous pourrez utiliser mp3splt dans un terminal (pas d’interface graphique en l’état pour ce programme) et vous trouverez nautilus-actions dans Système > Préférences > Nautilus Actions.

CRÉATION DU SCRIPT

Pour créer un script personnalisé, lancer l’application et vous vous retrouverez devant l’interface ci-dessous.

  • Cliquer sur Ajouter. (Vous pouvez à partir de ce Menu également Éditer, Supprimer et Importer Exporter vos actions)Nautilus action 4
  • Vous vous retrouvez devant une nouvelle fenêtre avec 3 onglets : Action et entrée de menu, Conditions et Conditions avancées.
  • Dans l’onglet « Action et entrée de menu », remplissez le champ « Libellé » avec le nom de votre script (qui apparaitra au clic droit sur un fichier mp3), « Chemin » avec le chemin de l’application que vous allez utiliser et « Paramètres » avec la commande nécessaire au logiciel pour effectuer l’action en question.
  • Dans notre cas c’est donc « Découper le fichier mp3 en morceaux de 10 minutes », /usr/bin/mp3splt et mp3splt -t 10.00 %M

Nautilus action 2

  • Dans l’onglet « Conditions » on peut rentrer le type de fichier qui seront concernés par le script. Ici ce sera *.mp3. Si vous cliquez droit sur un fichier txt, le script ne sera donc pas visible.  Vous pouvez également imposer une limite sur un mimetype. Autre option utile, le script pourra être actif sur un clic droit sur un fichier un dossier ou les deux (et même à la sélection d’un ou plusieurs fichiers ou dossiers). Nous remplissons donc avec *.mp3 et fichiers seulement.Nautilus action 3
  • Enfin dans le dernier onglet Avancé, vous pouvez choisir si l’action s’applique sur les fichiers locaux ou sur des fichiers Windows, FTP, … A vous de voir. Moi je choisis fichiers locaux.Nautilus action 2
  • Cliquer sur OK et c’est bon

UTILISATION

Naviguez avec Nautilus jusqu’à votre fichier à découper et cliquez droit dessus. Vous devriez voir apparaitre dans le menu contextuel l’option que vous avez créé au paragraphe précédent. Validez en cliquant avec le bouton gauche et les fichiers découpé vont apparaitre au fur et à mesure de leur création dans le même dossier.

Ce billet est une traduction adaptation d’un billet de Makeuseof

Photo de début de billet sous licence CC trouvée sur le Flickr de Joachim S Mueller

Comprendre le système de fichiers Linux

Le très bon site AllAboutLinux propose une carte détaillée et expliquée du système de fichiers Linux. Il est vrai que quand on vient de Windows, on a du mal à comprendre le pourquoi du comment de l’arborescence des fichiers d’un système Linux (quelle que soit la distribution dont on parle).

Cette carte au format image est très bien faite et si vous comprenez l’anglais, elle vous aidera à y voir plus clair. J’ai enfin compris à quoi servaient certains dossiers.

Organisation du système de fichiers Linux

Pour ceux qui ne maitrisent pas la langue de Shakespeare, voici une petite traduction faite du mieux que je le puis et inspirée de diverses sources sur Net.

/ le répertoire racine

* /bin : les fichiers binaires essentiels de l’utilisateur. Ce sont des fichiers exécutables, entre autres les programmes
* /boot : les fichiers statiques du chargeur d’amorçage (les fichiers de démarrage notamment le fichier grub.lst)
* /dev : les fichiers périphériques : répertoire de fichiers spéciaux, qui servent de canaux de communication avec les périphériques (disques, adaptateur réseau, cartes son etc…)
* /etc : les fichiers de configuration du système et les principaux scripts de paramétrage
* /home : la racine des répertoires personnels des utilisateurs
* /lib : les bibliothèques (librairies) et les modules du noyau
*/media : le point de montage des média amovibles
* /mnt : la racine des points de montage des systèmes de fichiers périphériques ou extérieurs (cd, disquette, partitions ..)
* /opt : le lieu d’installation d’applications supplémentaires (comme starOffice, java ..)
* /sbin : les fichiers exécutables pour l’administration du système
*/serv : les données des services du système
* /tmp : le stockage des fichiers temporaires
* /usr : les programmes accessibles à tout utilisateur
* /var : les données variables liées à la machine (fichiers d’impression, traces de connexions http, smb .. dans /var/log)
* /proc : ce répertoire contient une « image » du système
*/root : le répertoire personnel de l’utilisateur root
Sources :

Voici les sources que j’ai utilisées pour rédiger ce billet :

le site Linux Kheops

le site mémolinux

et le site de l’Université de Créteil