Archives par mot-clé : lecture

[Freebox Révolution] Le volume des mkv est trop bas, voici la solution



J’avais des problèmes lors de la lecture de fichiers mkv en HD sur ma Freebox Revolution. Le son était ridiculement bas, presque inaudible. Et je n’avais ce problème que sur ce type de fichiers car des mp4 ou des flv donnaient de bon résultats. Il devait donc y avoir une option à modifier.

Bien évidemment mon ami Google m’a permis de trouver la solution que je vous remets ici. Il faut aller bidouiller dans les options de lecture de la Freebox Revolution. Rien de bien méchant.

Allez sur réglages, puis affichage réglage HDMI CEC, contrôle de volume sonore.

3 options sont proposées. Choisir Télévision. Sortir du menu réglages.

Mettre en veille et allumer à nouveau le Freebox Player.

Et voilà le volume des mkv est bien meilleur maintenant. Enjoy.

Via Freebox Forum.

Un manga sur Ubuntu

Je suis tombé là dessus au hasard de mes lectures linuxiennes sur le net anglophone. Un manga sur Ubuntu nommé Ubunchu a été réalisé par un Ubuntero japonais et traduit par le bloggueur Doctormo.

ubunchu-header

Je trouve l’idée d’un manga sur Linux et dans ce cas plus particulièrement Ubuntu assez drôle. La promotion de notre OS favori se fait de toutes les façons possibles même les plus originales.

On retrouve bien l’ambiance des dessin animés du Club Dorothée (aie, fallait peut être pas que j’en parle de ça). Ça me rappelle ma jeunesse et les mercredi rivés devant le petit écran.

Allez lire ce petit bout de BD de 11 page sans prise de tête, mais à réserver aux anglophones, sauf si vous voulez seulement vous délecter des graphismes.

EDIT : une version français existe (avec des fôtes d’ortografe apparemment), vous pouvez la lire à cette adresse

Vu sur doctormo

Les chaînes, j’adore ça

Grâce (ou à cause) d’Yves, je me retrouve pris au piège d’une chaine. Heureusement, elle est quand même beaucoup moins frivole que la majorité de celles que l’on voit trainer sur le Net.

Le principe est simple, il suffit de prendre le livre que l’on est en train de lire et d’en recopier la cinquième phrase de la page 123, ainsi que les trois suivantes, puis de tagger quatre autres blogueurs.

Comme Yves cependant, mes lectures du moment sont plutôt des flux RSS et des forums que de vrais livres en papier. Ça m’a donc forcé à entamer un bouquin que j’avais acheté depuis quelques mois et qui prenait la poussière sur une étagère. Il s’agit de « Une tête bien faite » de Tony Buzan.

C’est un livre qui m’a été conseillé lors d’une formation que j’ai suivi dans le cadre du boulot sur le suivi de projet, mais lors de laquelle nous avons aussi abordé la gestion de son temps, le développement personnel et les mind maps.

Je dois dire que je ne suis pas arrivé vierge de toute connaissance sur ce sujet puisque je suis régulièrement le blog d’Argancel.

Bon rentrons dans le vif du sujet avec une autre page que celle préconisée, car dans mon livre c’est une page blanche. Ce sera donc la page 125 qui traite des techniques et applications des mind maps.

« Perfectionnement de la technique de prise de notes

Étant donné que le cerveau traite l’information beaucoup plus facilement si celle-ci est prête à être intégrée, et étant donné ce qui a été dit sur la nature multidimensionnelle de la pensée, il s’ensuit que, si les notes sont prises sous forme « holographique » et créative, elles seront beaucoup plus claires, accessibles et faciles à retenir.

Nous avons de nombreux moyens pour obtenir des notes de ce type.

Les flèches

Elles peuvent servir à montrer comment les idées qui apparaissent à différents endroits du schéma peuvent être reliées entre elles. La flèche peut être unique ou à tête multiple. Elle peut indiquer deux orientations, avant ou arrière. »

Voilà, maintenant vous savez que je suis un geek, linuxophile, guitariste et qui essaie de se développer personnellement. Personne n’est parfait.

Pour me venger, je tagge Netgui, Stéphane, Lefty et Matt

Accéder à ses partitions Linux depuis Windows

Quand on fait du dual boot sur sa machine, il peut être pratique (voire indispensable) d’avoir accès aux partitions d’un OS à partir de l’autre. Si avec Ubuntu c’est facile, puisque désormais, il est possible de lire et écrire sur des partitions en NTFS, l’inverse n’est pas vrai.

Nativement, Windows ne sait pas lire de partition formatée en ext2 et ext3 (le format utilisé par Linux). Il faut donc lui adjoindre un logiciel pour l’aider (le pôvre, il est pas très bon).

Plusieurs solution existent. Je ne vais pas toutes les citer (j’en oublierait certainement) mais vous présenter celle que j’ai utilisé un temps et celle que j’utilise désormais.

Dans mes jeunes débuts de Linuxien (j’étais sous Mandrake à l’époque), j’avais installé Explore2FS. Il s’agit en fait d’un explorateur dédié aux partitions Linux. Vous pourrez ainsi accéder à vos fichiers stockés sur une partition Linux à partir de Windows dans une fenêtre spécifique. Ça fait un moment que je ne me suis pas repenché sur la question, mais je pense que vous devriez pouvoir choisir si vous voulez un accès en lecture simplement ou en lecture / écriture (plus dangereux).

Aujourd’hui, j’utilise Ext2FS qui est un driver permettant à Windows de reconnaitre nativement les partitions Ext2 et Ext3. On peut donc y accéder directement depuis l’explorateur Windows, ce qui évite de gérer une application de plus pour cette tâche.

A ce jour, je n’ai jamais eu de plantage (Windows ou Linux d’ailleurs) et c’est quand même très confortable de pouvoir consulter et modifier des fichiers Linux depuis Windows quand c’est nécessaire (pas bien, je sais !!).

Mais, le top, ça resterait quand même de ne plus avoir de Windows installé. C’est pas gagné.