Archives du mot-clé linux mint

Linux Mint et Ubuntu dans la colle

En ce moment, j’ai envie de mettre à jour mon gros ordinateur (qui tourne toujours avec Ubuntu 10.04, mais j’ai quelques soucis mineurs que je n’arrive pas à règler d’où l’envie de changement) avec une distribution un peu à jour et mon choix s’est porté sur Linux Mint 11.

Le problème c’est que je n’arrive pas à faire un live USB avec les iso que j’ai téléchargé.

Je me sers d’Unetbootin qui ne m’avait jamais fait défaut jusqu’à maintenant.
J’ai téléchargé plusieurs iso différentes, depuis plusieurs serveurs différents, vérifié les sommes md5, changé de clé usb, tenté avec le créateur de disque usb d’Ubuntu, testé sur plusieurs PC, gravé sur un CD. De guerre lasse, j’ai fait un essai avec de plus vieilles iso (ubuntu 10.04 justement) … et ça a fonctionné. Donc ce n’est pas la clé usb et ça ne doit pas être un problème hardware.

Je me dis donc que ça doit venir de la distribution, car j’ai le même problème avec Mint 11 et Ubuntu 11.04 : un magnifique Kernel panic après le lancement de la clé usb et le choix du boot en mode Live, ou alors un vide intersidéral pendant longtemps … jusqu’à ce que ma patience s’épuise et que j’appuie sur le bouton de mise en marche de mon ordi.

Est-ce que c’est arrivé à quelqu’un et est-ce que vous arrivez à tester Mint ou Ubuntu dernière mouture sans problème en Live USB.
Vous avez des idées pour résoudre le problème ?

Test rapide de Linux Mint LXDE

Il y a quelques temps, j’avais fait une installation (moisie je pense) de Lubuntu, la version LXDE d’Ubuntu. Mais, comme elle était moisie, j’ai eu pas mal de soucis principalement des problèmes de droits, de place sur le disque, … Donc, quand j’ai vu que Linux Mint avait sorti elle aussi une version LXDE de Julia, j’ai décidé de repartir de zéro et de l’installer sur mon eeepc 701.

D’abord, il faut préciser que LXDE est un environnement de bureau (comme GNOME ou KDE par exemple) très léger, plus à destination des vieilles machines ou avec des capacités limitées. Mais si on a juste envie d’avoir une installation assez dépouillée et très rapide, ça le fait également. Le gestionnaire de fenêtres utilisé est Openbox, que je connais un peu, donc ça ne va pas me dépayser. Par contre, c’est beaucoup plus « roots » et moins policé que GNOME par exemple, surtout au niveau interface utilisateur.

Donc téléchargement d’iso ICI, puis je la mets sur une clé usb (dont j’efface consciencieusement d’abord tous les fichiers présents, c’était une des causes du moisissage de la précédente installation) grâce à Unetbootin. Puis on enfiche la clé dans l’eeepc, on démarre, on appuie sur Echap comme un malade au démarrage et on choisit ladite clé USB. Et tout roule.

L’installation d’abord se fait sans douleur, ça ressemble beaucoup à l’installeur d’Ubuntu (mais pas la dernière version, celle d’avant je pense). En même temps, Linux Mint est toujours basée sur Ubuntu donc c’est normal.
C’est assez rapide sur mon eeepc, ce qui est plutôt rare, en général, ça prend des plombes. Par contre, il est à noter qu’il voulait absolument que je sois connecté à internet. Mais la connexion en wifi n’a pas posé de problème.

Une fois l’installation terminée on redémarre et on tombe sur la classique demande de connexion (utilisateur puis mot de passe). Bon, c’est un truc qui m’horripile, j’ai horreur de ce machin. Le premier truc que je fais en général, c’est de supprimer ça. Je sais que pour la sécurité, c’est pas bien mais bon.
Et c’est le premier point qui va m’embêter, car pas moyen de faire en sorte de zapper ce login. Le login automatique se trouve normalement dans Utilisateurs et groupes, mais ici, j’ai beau cocher ne pas demander le mot de passe à la connexion, ça revient à chaque fois quand même. Je sens que je vais aller poster sur le forum Ubuntu …

Ce petit désagrément passé, cette version de Linux Mint est très agréable à utiliser sur mon netbook, ça répond au quart de tour, ça ne plante pas, les boites de dialogue sont adaptées à la résolution de l’écran (on ne rigole pas, c’est loin d’être toujours le cas) et surtout, il me reste un max de place sur mon petit disque dur. Sur 3.3 Go, il m’en reste 1.2 après l’installation. Je vais pouvoir faire les mises à jour (ce qui était impossible avec Lubuntu). En plus, je n’ai quasiment pas fait de ménage car l’offre logicielle est très adaptée et il n’y a que des programme peu gourmands que ce soit en espace disque ou en mémoire. Le seul bémol c’est que c’est Firefox qui est le navigateur par défaut, alors que j’utilise désormais Chromium. Mais je chipote.

Côté hardware, tout est reconnu sans rien faire. Même l’OSD fonctionne (sauf pour le son) et là encore ce n’est pas toujours le cas. Le seul truc qui déconne un peu, c’est que j’ai perdu en cours de route la reconnexion automatique du wifi à mon réseau domestique quand l’ordi sort de veille ou quand il démarre. Mais j’ai réactivé le paramétrage ad hoc dans le gestionnaire de réseau et je n’ai plus de problème.

L’un des gros points forts de Linux Mint est quand même la compatibilité avec Ubuntu, et donc avec les paquets deb (donc de manière plus générale avec Debian, même si je n’ai pas testé). De façon plus globale, il y a de grandes chance que si une manipulation fonctionne sur Ubuntu, elle fonctionne également sur Linux Mint. Et du coup, ça ouvre pas mal de possibilité en terme de recherche lors de l’apparition de problèmes.

L’autre point fort est la large panoplie de logiciels offerts (maison ou pas), qui sont là pour simplifier la vie de l’utilisateur. L’offre logicielle est pléthorique par défaut, mais pas de doublon et les choix sont très bons, à mon goût en tous les cas. On note qu’il existe donc dès l’installation un gestionnaire de mise à jour plus évolué, un client FTP, un logiciel de backup, le tout développé spécialement pour Mint. Bref, Mint n’est pas une énième resucée d’Ubuntu sans imagination. Ils se donnent du mal et ce dans le bon sens.

L’un des seul point embêtant que j’ai relevé est qu’avec certaines applications, la police est en blanc dans certains champs de saisie ou boutons et donc l’écriture reste invisible, ce qui est tout sauf pratique.

Donc en conclusion, je vous conseille de jeter un œil sur Linux Mint, c’est une distribution qui commence à avoir un peu de bouteille et avec les changements apportés récemment à Ubuntu (cf. la polémique actuelle avec Unity), je pense qu’elle va prendre encore plus de galon.

Linux ne cessera jamais de m’étonner

J’avais besoin récemment de connaitre le N° de série de ma carte wifi PCMCIA Belkin (pour le support en fait) et bien sûr ce genre d’info se trouve en dessous et inaccessible quand elle est dans le port. Je l’ai donc retirée de son logement mais sous Linux Mint (pas fou …).

Et bien quand Windows demande, pour que tout refonctionne, un redémarrage (quand elle veut bien fonctionner avec les drivers propriétaires de Belkin, alors que c’est impec sous Linux …), ma Linux Mint s’est porté comme un charme quand j’ai extrait la carte et que je l’ai réinsérée dans le logement ad hoc, wicd se reconnectant même comme un grand et tout seul sur mon réseau sécurisé en WPA.

C’est quand même très agréable et étonnant quand on vient de Win. Merci à Linus et tous les développeurs. Continuez comme ça.

EDIT : Linux est formidable, mais comme me l’a fait remarquer Valesquo dans les commentaires, ça fonctionne aussi sous Windows.

Honte sur moi, de n’avoir pas vérifié, pourtant j’en étais certain … 🙁

Configurer sa connexion Wifi sécurisée WPA avec wicd

Une des choses qui m’a le plus intéressé dans Linux Mint et dont je vous ai déjà parlé dans mon billet de présentation / impressions, c’est le gestionnaire de réseau wicd. Grâce à ce logiciel, j’ai enfin pu me connecter sans effort à mon réseau sécurisé FON, ce qui n’était pas le cas avec network-manager (enfin la version dans Hardy en tous les cas, ça fonctionne avec celle d’intrepid sur mon eeepc 701, mais ça c’est une autre histoire). Je me suis donc dit que j’allais vous faire un petit tuto rapide pour le paramétrage d’une connexion sécurisée en WPA avec wicd.

Tout d’abord au niveau graphique, voici à qui ressemble l’icône de wicd (la deuxième en partant de la gauche) sous Linux Mint, je la trouve bien plus classe que celle du network-manager. Après c’est juste mon goût personnel.

PRESENTATION DE L’INTERFACE

L’interface se découpe en deux parties :

  • Les boutons du haut regroupe le type de réseau, une icône de déconnexion, un bouton actualiser et les préférences, ainsi que le classique « A propos ».
  • Je vous laisse aller regarder les préférences, mais je reste chez moi dans du standard, donc normalement pas besoin d’aller modifier quoi que ce soit.

  • La partie du bas est celle qui affiche les réseaux détectés (puisqu’on parle de réseau sans fil dans mon cas, pas de connexion filaire sur mon portable).

LA CONNEXION AU RESEAU

Si vous cliquez sur la petite flèche noire en face du nom du réseau (ici agatzebluz_FON_home2), des informations supplémentaires font leur apparition, notamment la possibilité de se connecter automatiquement, ainsi que 2 nouveaux boutons scripts et advanced settings.

C’est sur ce dernier qu’il faut cliquer pour accéder à l’option permettant de saisir la clé WPA d’accès au réseau sécurisé.

Une nouvelle (et dernière) fenêtre s’ouvre. Tout en bas, vous pouvez alors saisir votre mot de passe d’accès au réseau.

wicd interface réseau type password

Une fois votre clé saisie dans le champ key, validez et cliquez sur le bouton connecter et vous devriez pouvoir accéder à internet de façon sécurisée.

Comme vous pouvez le voir sur la copie d’écran, si vous en avez l’utilité, vous pouvez également renseigner des adresses IP ou des DNS statiques.

Bon paramétrages et bon surf.

Découverte de Linux Mint, ma nouvelle deuxième distribution

Linux MintDepuis quelques semaines maintenant, je suis passé, sur mon vieux portable Toshiba qui me sert de mule de test, de Crunchbang Linux à Linux Mint.

Crunchbang est bien mais d’abord Phillip pensait ne plus continuer à la développer (il a apparemment changé d’avis depuis puisqu’une version d’Intrepid remaniée à été mise en ligne) et ensuite, elle est vraiment trop dépouillée au niveau configuration. De plus, je rencontrais parfois des problème ennuyeux, comme la non reconnaissance de mon appareil photo.

Donc, j’ai installé dessus la dernière version de Linux Mint Elyssa en version Fluxbox, pour garder de la légèreté, le PC étant vieux et avec seulement 512 Mo de RAM.

Je passe sur le téléchargement de l’Iso par torrent et l’installation, tout s’est bien passé, comme c’est une base d’Ubuntu je n’ai pas été dépaysé, c’est la même chose. En 15 minutes, c’était bouclé.

Pour faire court, voici les points que j’ai aimés et ceux qui m’ont posé des problèmes.

POINTS POSITIFS

Ce qui me plait bien dans cette distribution.

  • wicd : gestionnaire de réseau très agréable à utiliser, plus performant et simple d’emploi que Network-manager, je trouve. Pour la première fois j’ai réussi à me connecter à mon réseau privé FON sans une goutte de sueur.
  • Les codecs multimédia sont installés par défaut, c’est toujours ça de moins à faire, même si ce n’est pas grand chose.
  • mintinstall : voilà un truc qu’il est vachement bien foutu et que je cherchais depuis longtemps. En plus de jouer le rôle d’installateur de synaptic (qui reste bien entendu accessible, de même que l’installation en ligne de commande), ce programme va vous renvoyer une liste des paquet qui correspondent à votre recherche.
    Il cherche aussi dans les dépôts Mint pour les logiciels spécifiques. En plus, il permet de rechercher sur le site de getdeb si jamais un logiciel ne figure pas dans les dépôts.
  • mintconfig : un centre de contrôle à la Mandriva, qui en fait gère les options de Xfce (qui cohabite avec Fluxbox). C’est pratique de tout voir au même endroit. Le seul problème que j’ai recensé est l’impossibilité de couper le son du démarrage (bien que j’ai décoché l’option).
  • Dans l’ensemble, il y a un grand nombre d’utilitaires bien foutus, c’est très pratique. Je vous laisse lire la présentation en anglais sur le site.
  • Elle est très réactive, et c’était le but recherché, merci Fluxbox.

POINTS NEGATIFS

  • Un petit truc, mais qui finit par être chiant, c’est la demande du mot de passe pour éteindre ou  rebooter à chaque fois. Je n’ai pas trouvé le  moyen de passer outre, une histoire de modification d’un fichier de config (sudoers, il me semble).
  • Mon appareil photo (Canon Ixus 860) n’est pas reconnu par défaut. Donc pas moyen de débarquer les photos. Et il n’est pas monté non plus en tant que stockage externe. J’ai réussi à me débrouiller en installant des paquets via synaptic, mais c’est très très long pour rapatrier une photo. Je pense que c’est lié à Fluxbox, car sous Ubuntu Gnome, ça marche impec.

Les points positifs l’emportent largement sur les quelques désagréments rencontrés, je suis très content de Mint. Et je ne suis pas le seul, je n’en ai lu que du bien pour l’instant.

Bref, essayez là, vous risquez de ne pas être déçu.