Archives par mot-clé : musique

Ecoutez en avant première le nouvel album de Bonnie Raitt : Slipstream

Si vous aimez :

  1. les stratocaster
  2. le slide
  3. les femmes
  4. celles qui jouent de la guitare
  5. le blues

Alors vous connaissez forcément cette excellente guitariste qu’est Bonnie Raitt. Et si vous ne la connaissez pas, alors c’est l’occasion idéale de corriger cette grose faute de goût. Le 10 avril va sortir son nouvel album, intitulé Slipstream. Et justement, vous allez pouvoir le streamer dans son intégralité sur le site de NPR.

Bonnie Raitt

Autant vous dire que j’ai déjà jeté une oreille aux 12 pistes qui composent l’album et il y a du très bon. A mon sens rien que la chanson « Used To Rule The World » vaut le détour. Les autres ne sont pas en reste d’ailleurs. Quand on ajoute les beaux sons de guitares, le jeu impeccable de slide de la lady, la voix velouté et les compositions qui font plus que tenir la route dans des registres aussi différents que le rock, la country, le blues, la soul et même le reggae, on comprend que Bonnie Raitt est une pièce majeure de l’histoire de la musique US des 40 dernière année (déjà …).

Et comme c’est une très bonne guitariste de surcroit (chez Fender les manchots n’ont en général pas droit à leur modèle signature, même si celle-ci n’est plus au catalogue des modèles Artists), ça autre coup d’oreille pour repiquer quelques petits plans.

Bonne écoute.

Marshall lance un vent de froid sur le monde de la musique

Après les casques, le dock présenté hier, voilà que Marshall nous sort … un frigo.

Remarque quand on y pense bien, c’est le compagnon idéal du rocker. Un frigo brandé Marshall pour pouvoir servir des bières glacées lors des répet, ça le fait. Ou alors, pour faire croire que l’on joue de la guitare avectous les potard à 11 et ne pas avoir de place perdue chez soi. C’est un frigo ça sert toujours mine de rien.

Bon OK, c’est quand même largement kéké.

Et bon, il faut bien le dire que la vidéo n’axe pas vraiment sa com’ sur le côté écologique (tiens il est quoi ce frigo A, B, C …) mais plutôt sur le côté cool (avec un bon jeu de mot d’ailleurs) ainsi que les fesses et les gros seins de la dame. Donc, plutôt markété vers les garçons. En même temps, les pub de matos de guitare sont rarement très subtiles et orientés vers nos amies guitaristes.

Sémi signale sur Gasagogo que l’on peut gagner cette magnifique œuvre d’art. Il suffit de laisser son email dans le bandeau haut du site.

A votre avis, quelle sera la prochaine grande idée de Marshall ? Des groupies gonflables ?

Via Audiofanzine

Le James Bond Theme par … des hélicoptères

Voilà une vidéo qui se passe d’explication, tout est dans le titre. Par contre, on ne rigole pas, c’est vrai que c’est un peut ridicule à voir, mais beau tour de force technologique. Et comme me l’a dit mon boss, c’est de la zic de geek !!

 

Je n’ose imaginer combien de temps il leur a fallu avant que ça ressemble vraiment au James Bond Theme … Et soyez patients la guitare va servir, mais seulement à la fin de la vidéo.

Via Penn University.

Fip fête ses 40 ans avec un podcast narrant la génèse et l’histoire de la station

S’il y a bien une radio différente sur la bande FM, c’est Fip. C’est une station que j’aime beaucoup la plupart du temps, car on peut y écouter tout ce qui ne passe pas sur les autres. C’est la seule sur laquelle je sois tombé sur du John Mayer, du Keb Mo, du David Byrne et du Popa Chubby par exemple, pour ne citer que quelques artistes que j’aime. Tout ça à quelques jours d’intervalle.

Mais on y diffuse aussi du jazz, de la world, des chansons plus exotiques, de la variété française alternative (je ne vois pas d’autre mots …) et du classique. Je n’aime pas tous ces genres, mais ça a au moins le mérite de garder les oreilles en alerte.

Et depuis le début de l’année, Fip fête ses 40 ans. 40 ans déjà que cette station (France Inter Paris 514 mètres comme elle s’appelait à son démarrage) inonde les ondes avec ce cocktail inattendu de musiques variées.

Pour fêter dignement cet anniversaire, un documentaire audio retraçant son histoire a été produit et est diffusé deux fois par jour à l’antenne, mais aussi disponible sous forme de podcast ou écoutable sur le site. Et c’est un vrai plaisir.

« Vous avez râté Marie Martine » (c’est le nom de ce programme) est un best of de tout ce qui fait et a fait Fip, sa culture, sa génèse, ses créateurs, ses voix (les fameuses Fipettes, Marie Martine étant l’une des premières et Simone Herault une autre d’entre elles, mais que l’on connait peut être plutôt en tant que voix des quais de gare SNCF). Bref, il s’agit d’un pan de culture à posséder impérativement pour briller en soirée et surtout pour se faire plaisir, car c’est réellement un bonheur d’entendre comment cette station s’est montée et d’en comprendre la philosophie.

Cerise sur le gâteau, chaque billet qui accompagne les épisodes possède bien évidemment un texte de présentation, parfois complété par des images ou des vidéos ressorties des archives de l’INA.

Bref je vous conseille chaudement de vous abonner au flux du podcast ou d’aller l’écouter sur le site.

[Firefox du mercredi] DownThemAll!

Pour reprendre en douceur ces éditions du Firefox du mercredi (et je vous rappelle que tous mes billets traitant de Firefox se trouvent sur cette page), voici une extension qui figure dans mes indispensables depuis plusieurs années. Il s’agit de DownThemAll! (DTA pour les intimes). Comme son nom l’indique, il s’agit d’un addon servant exclusivement à gérer les téléchargements et les faciliter.
Vous autres, les fous du téléchargement (de n’importe quel type de fichier hein, je ne parle pas de téléchargement illégal !!!), vous allez me remercier car cette extension va vous faire aller beaucoup plus vite.

ON LA TROUVE OU ?

Comme d’habitude sur le site des extensions de Firefox. Ou alors sur le site officiel de l’extension.

CA FAIT QUOI EXACTEMENT ?

L’extension présente par défaut des boutons qui vont permettre de choisir de télécharger certains fichiers de la page en cours, selon des filtres que l’on aura défini auparavant (jpg, gif, avi, wmv, mp3, au choix et tout cela pouvant s’additionner bien entendu).
Cette possibilité est aussi donnée via un clic droit dans la page dans le menu contextuel.

ET CA MARCHE COMMENT ?

Faisons un petit tour des préférences :

  • Onglet  »Principales » :

Dans la partie Téléchargements, on va pouvoir régler le nombre simultané de téléchargements. 10 au maximum, en général, je le règle à 3, ma connexion n’étant pas terrible. Rien n’empêche de le mettre au taquet, ça dépend de ce que vous téléchargez, de votre patience et de votre connexion.

On peut choisir de renommer le fichier à l’arrivée si un autre fichier porte le même nom dans le dossier de destination.

On peut également choisir de réessayer quand un fichier échoue, choisir le délai au bout duquel on réessaie et le nombre tentatives pour le retélécharger.

Enfin, on a le comportement de l’extension lorsque tous les téléchargements sont finis (son, notification, fermeture).

  • Onglet « Filtres » :

J’avoue, celui-là est assez indigeste. Il permet de régler les extensions des fichiers qui seront automatiquement mis en file d’attente de téléchargement (voir plus bas dans l’exemple pratique). Je ne me suis jamais penché sur la question puisque les filtres par défaut me vont parfaitement bien.

En cliquant sur ajouter un nouveau filtre, on peut ajouter de nouvelles extensions de fichier et la syntaxe doit permettre de prendre en compte des variations.

  • Onglet « Vie privée » :

Ici on peut régler quelques paramètres qui ne sont pas les plus indispensables, mais qui peuvent s’avérer utiles si l’ordinateur dont vous vous servez n’est pas que le vôtre : actions lors de la fermeture du gestionnaire de téléchargement (éléments à effacer notamment), la présence de logs et les éléments des menus déroulants.

  • Onglet « Interface utilisateur » :

La façon dont l’extension apparait peut être un peu customisée. On peut choisir de n’afficher que les noms des fichiers dans le gestionnaire de téléchargement, et / ou afficher des info bulles, démarrer en mode réduit, réduire vers la zone de notification (un autre module devra être téléchargé dans ce cas), ajouter DTA à la fenêtre d’enregistrement classique de Firefox. On peut également choisir les entrées devant apparaitre dans les menus contextuels et outils.

  • Onglet « Avancées » :

Dans cet onglet, on rentre dans le domaine du pinaillage et des réglages fins. On contrôle la taille des segments de téléchargement (qui détermine en combien de petits morceaux le fichier téléchargé est divisé), le dépassement de délai encas de connexion inactive, et divers autres paramètres, là encore pas essentiels pour un utilisateur de base.

Le dernier qui peut servir est le choix du dossier de stockage des fichiers temporaires. Utile si on n’a pas les droits nécessaires sur tous les répertoires d’un PC.

UN EXEMPLE CONCRET

C’est vrai que passer en revue les options c’est bien, mais un exemple c’est mieux.

Disons que je veux télécharger un bootleg de « The Dead » sur Archive.org. Le problème c’est que chaque chanson est un fichier différent et donc sans utiliser DTA, je devrais enregistrer chaque fichier séparément. La plaie.

Avec DTA, c’est plus simple.

Vous avez désormais normalement 3 icônes dans la barre du haut de Firefox (si ce n’est pas le cas, un clic droit sur la barre, « Personnaliser » et tirez les icônes où vous voulez).

La première est DTA One Click. En fonction des filtres définis dans les options, elle va choisir seule les fichiers à télécharger et les mettre dans le gestionnaire de téléchargement (qui correspond à la 3ème icône). Pratique, mais dans notre cas, ça va faire des doublons puisque nous avons pour chaque chanson 3 types de fichiers.

On choisit donc la deuxième icône, s’intitulant sobrement DownThemAll!!. Et une nouvelle fenêtre s’ouvre. Ça donne ça (cliquez dessus pour la voir en taille réelle) :

On a la liste de tous les liens et fichiers se trouvant sur la page. Ce qui nous intéresse, ce sont les liens pointant vers les fichiers mp3 (ou les FLAC si vous êtes mélomanes, ou ogg si vous êtes libristes). Nous allons donc paramétrer pour ne sélectionner (ce sont les lignes en vert, donc vous voyez que l’on a déjà des liens sélectionnés) que les fichiers mp3. Pour cela, on va désélectionner dans les filtres « Images », « Vidéos » et « Applications ».

Il nous reste encore les flac et ogg dont on ne veut pas. On va dans « Filtrage rapide » et on tape *.mp3. On désélectionne le filtre audio qui est au dessus pour se débarrasser des formats superflus et voilà.

Il ne reste plus qu’à choisir le dossier de destination (un conseil si vous téléchargez beaucoup de musique, un dossier par album, ça évite les prises de tête si les fichiers sont mal taggés !!). On clique ensuite sur « Démarrer » ou « Mettre en attente » selon son envie.

On peut suivre l’avancement dans le gestionnaire de téléchargement qui se lance. Là vous pouvez mettre en pause, reprendre un ou plusieurs téléchargements, en ajouter, faire monter ou descendre dans la file d’attente certains fichiers.

Bien sûr, vous pouvez adapter les types de formats à votre besoin. Je l’utilise avec bonheur pour des images et de la vidéo, mais rien ne lui résiste. Et si vraiment vous ne voyez pas, il reste toujours la solution de sélectionner les fichiers à la main dans la fenêtre en cliquant sur la petit coche tout à gauche.

Avec Google OS, plus rien ne traine sur votre PC

Je viens de visionner cette très sympathique vidéo présentant la dernière grande nouveauté de Google, Chrome OS.

La surprise vient du fait que … le PC en lui même ne sert à rien. En tous les cas, il ne stockera rien. Pas de vidéo, pas de musique, rien. Tout est dans le navigateur.

Google Chrome OS

Tout sera dans le cloud, sur le net, en ligne, bref loin, très loin. Alors, tout ça c’est bien joli, mais si on a une connexion un peu pourrie, comme la mienne, ou qu’on veut emporter son PC avec soi, mais qu’on n’a pas de connexion Wifi ou 3G à proximité ? Ben, autant pas prendre le PC.

Alors, je me pose quand même la question : qui va acheter un PC labellisé Google OS (car on ne pourra pas télécharger le Google Os, il faudra acheter un PC pré installé avec Google OS), si on ne peut pas s’en servir pour faire autre chose que surfer. Même si c’est effectivement l’activité principale d’un utilisateur aujourd’hui, je ne me vois pas avoir un ordi que pour ça et devoir changer si je veux mater un divx ou un DVD, ou faire un peu de guitare en me passant un playback de mon choix.

Certes, c’est une bonne idée, mais le bouchon n’est-il pas poussé un peu loin ? Tout dépendra du prix auquel ces machines seront proposées.

Qu’en pensez-vous ?