Archives par mot-clé : nautilus

Avoir Nautilus avec deux panneaux, c’est possible

Quand je suis sous Windows, un de mes grands plaisirs est de pouvoir utiliser xplorer², un explorer like à 2 panneaux. Ce genre de programme simplifie grandement la navigation dans un disque et permet une gestion facilitée du déplacement des fichiers. Nautilus à mon goût n’est pas très opérationnel de ce point de vue là et il n’y a rien de franchement folichon sous Linux qui ressemble de près ou de loin à ce que j’utilise ou ai pu voir sous Windows.

Heureusement, je suis tombé sur cet article qui explique comment ajouter cette fonctionnalité à Nautilus.nautilus double panneau affichage

Pour avoir accès à cette extension, il suffit d’installer les paquets ci-dessous (en fonction de votre architecture). Attention, ces paquets ne fonctionne qu’avec Jaunty.

i386:

libnautilus-extension1_2.26.2-0ubuntu3~hb8~jaunty1_i386.deb (60.0 KiB)
nautilus-data_2.26.2-0ubuntu3~hb8~jaunty1_all.deb (4.3 MiB)
nautilus_2.26.2-0ubuntu3~hb8~jaunty1_i386.deb (1.1 MiB)
optional
libnautilus-extension-dev_2.26.2-0ubuntu3~hb8~jaunty1_i386.deb (7.4 KiB)
nautilus-dbg_2.26.2-0ubuntu3~hb8~jaunty1_i386.deb (3.0 MiB)

amd64:

libnautilus-extension1_2.26.2-0ubuntu3~hb8~jaunty1_amd64.deb (61.2 KiB)
nautilus-data_2.26.2-0ubuntu3~hb8~jaunty1_all.deb (4.3 MiB)
nautilus_2.26.2-0ubuntu3~hb8~jaunty1_amd64.deb (1.2 MiB)
optional:
libnautilus-extension-dev_2.26.2-0ubuntu3~hb8~jaunty1_amd64.deb (7.5 KiB)
nautilus-dbg_2.26.2-0ubuntu3~hb8~jaunty1_amd64.deb (3.2 MiB)

Une fois que tout est bien installé, il faut redémarrer nautilus, donc taper dans une console :

killall nautilus && nautilus

Personnellement, j’ai tout installé et ça marche sans aucun problème. Pas de souci de stabilité du gestionnaire de fichier.

Si vous voulez profiter de mises à jour automatiques, il existe un PPA que vous pouvez ajouter à vos source. Par contre, c’est la version de développement, attention, mais elle fonctionne avec Karmic !

Quand Nautilus redémarre, vous devriez pouvoir passer en double affichage en tapant sur la touche F3 ou  par le menu Affichage > Extra Pane.

Il semble d’après l’article source que des conflits existent avec les logiciels Gloobus et Simplified Nautilus. Donc il vaut mieux ne pas les utiliser en même temps.

En terme d’utilisation, rien ne change par rapport à d’habitude, sauf que vous avez maintenant la possibilité d’avoir un double affichage à votre disposition. Vous pouvez choisir de voir 2 dossiers différents, bien sur, mais vous pouvez aussi continuer à ouvrir des onglets dans chaque vue. Ce qui laisse pas mal de place pour se faire plaisir en manipulant graphiquement ses fichiers !!! (vous allez enfin pouvoir ranger ces mp3 qui sont disséminés partout sur vos disques durs ;-).

Un petit plus sympathique, c’est la possibilité d’avoir au clic droit sur un fichier ou une sélection de fichiers la possibilité de copier (copy to) ou bouger directement (move to) dans l’autre panneau. C’est là encore très pratique pour faire du ménage rapidement.

nautilus dual pane

Le seul point noir de ce plugin de Nautilus, c’est la gestion de la bascule entre les panneaux. En effet, le fait de cliquer dans le panneau qui n’est pas sélectionné, ne provoque pas toujours sa sélection. Et je n’ai d’ailleurs pas bien saisi pourquoi, ça le fait parfois et d’autres fois non. Pour sélectionner à coup sûr, il faut cliquer sur le bouton se trouvant à la gauche du chemin du dossier. C’est le seul truc que je ne trouve pas très ergonomique. Je ne sais pas si c’est un comportement paramétrable, je n’ai pas vu de menu d’option pour modifier ça.

Bref une belle découverte qui me rend bien service quand il faut ranger des trucs qui trainent dans toutes mes partitions. Je vous recommande de l’essayer.

Création d’un script Nautilus pour découper les fichiers mp3 sous Linux

nautilusVous téléchargez peut-être des podcasts régulièrement et vous souhaitez les découper en morceaux plus petits car ils durent trop longtemps. J’ai déjà fait un billet sur la façon de procéder avec mp3splt en ligne de commande ou avec son interface graphique.

Aujourd’hui, je vais vous présenter une nouvelle façon de faire, avec les même outils, mais encore plus rapide. Il faut que le découpage se fasse toujours de la même manière, dans notre cas par paliers 10 minutes. Il va suffire de créer une action Nautilus, un petit script qui sera accessible au clic droit sur un fichier mp3 dans notre gestionnaire de fichiers préféré pour GNOME. Il déclenchera alors l’action et découpera le fichier de manière transparente.

PRÉ REQUIS

Installer le paquet nautilus-actions, mp3splt et bien sûr utiliser Nautilus. Pour cela, si Nautilus est déjà installé, en ligne de commande ça donne :

sudo apt-get install nautilus-actions mp3splt

Une fois l’installation terminée, vous pourrez utiliser mp3splt dans un terminal (pas d’interface graphique en l’état pour ce programme) et vous trouverez nautilus-actions dans Système > Préférences > Nautilus Actions.

CRÉATION DU SCRIPT

Pour créer un script personnalisé, lancer l’application et vous vous retrouverez devant l’interface ci-dessous.

  • Cliquer sur Ajouter. (Vous pouvez à partir de ce Menu également Éditer, Supprimer et Importer Exporter vos actions)Nautilus action 4
  • Vous vous retrouvez devant une nouvelle fenêtre avec 3 onglets : Action et entrée de menu, Conditions et Conditions avancées.
  • Dans l’onglet « Action et entrée de menu », remplissez le champ « Libellé » avec le nom de votre script (qui apparaitra au clic droit sur un fichier mp3), « Chemin » avec le chemin de l’application que vous allez utiliser et « Paramètres » avec la commande nécessaire au logiciel pour effectuer l’action en question.
  • Dans notre cas c’est donc « Découper le fichier mp3 en morceaux de 10 minutes », /usr/bin/mp3splt et mp3splt -t 10.00 %M

Nautilus action 2

  • Dans l’onglet « Conditions » on peut rentrer le type de fichier qui seront concernés par le script. Ici ce sera *.mp3. Si vous cliquez droit sur un fichier txt, le script ne sera donc pas visible.  Vous pouvez également imposer une limite sur un mimetype. Autre option utile, le script pourra être actif sur un clic droit sur un fichier un dossier ou les deux (et même à la sélection d’un ou plusieurs fichiers ou dossiers). Nous remplissons donc avec *.mp3 et fichiers seulement.Nautilus action 3
  • Enfin dans le dernier onglet Avancé, vous pouvez choisir si l’action s’applique sur les fichiers locaux ou sur des fichiers Windows, FTP, … A vous de voir. Moi je choisis fichiers locaux.Nautilus action 2
  • Cliquer sur OK et c’est bon

UTILISATION

Naviguez avec Nautilus jusqu’à votre fichier à découper et cliquez droit dessus. Vous devriez voir apparaitre dans le menu contextuel l’option que vous avez créé au paragraphe précédent. Validez en cliquant avec le bouton gauche et les fichiers découpé vont apparaitre au fur et à mesure de leur création dans le même dossier.

Ce billet est une traduction adaptation d’un billet de Makeuseof

Photo de début de billet sous licence CC trouvée sur le Flickr de Joachim S Mueller

Test de la distribution #! Crunchbang Linux 8.04.01

Crunchbang Linux

Depuis hier, j’ai formaté ma partition Linux contenant Ubuntu Gutsy Gibbon, pour passer à Hardy Heron.

Mais plutôt que de choisir d’installer la version officielle 8.04, je me suis dirigé vers un fork (une mouture modifiée et non officielle), la #! Crunchbang Linux. Si elle est bien basée sur Ubuntu Hardy Heron, elle s’en distingue par de nombreux points.

D’abord, son gestionnaire de fenêtres n’est pas GNOME mais Openbox, qui est beaucoup moins gourmand en ressources. Son approche est également différente puisque tout se passe avec le clic droit de la souris sur le bureau (un peu comme Enlightment E17). C’est configurable à souhait mais bon il faut mettre les mains dans le cambouis. Mais si taper de la ligne de code ne vous fait pas peur (moi ça me fait de plus en plus triper je dois dire), ce gestionnaire est peut être pour vous.

Ensuite, Nautilus a été remplacé par deux autres gestionnaires de fichiers, ROX-Filer et Thunar (ce dernier étant celui qui équipe par défaut de Xubuntu). Là encore, c’est tout à fait différent de Nautilus (plus pour ROX que pour Thunar d’ailleurs). Les automatismes ne sont pas les mêmes. Il va falloir un temps d’adaptation.

Enfin, le look est totalement différent. Exit le Human theme et son insupportable marron. Ici on est plus dans du dark.

Et bien sur, le créateur de ce fork a préinstallé ses logiciels favoris, donc il y a de grandes chances que tout ce que vous ayez à faire soit de les utiliser directement. Au menu, il y a donc Open Office pour la bureautique, Gnome Baker et Brasero pour la gravure, plusieurs éditeurs de texte, un client IRC et Pidgin pour la discussion, Firefox et Claws pour la navigation et le mail. Je ne vais pas vous faire la totale, le plus simple c’est d’aller voir sur le site.

Bref, je suis plutôt séduit, d’autant plus que l’on ne perd malgré tout pas tous ses repères d’Ubunteros, puisque GNOME gère toujours le reste des fonctions. Vous aurez toujours l’installation par les paquets DEB et Synaptic. La mise à jour se fait de la même manière que sous Ubuntu. Toutes les applications habituelles fonctionneront puisque c’est la bibliothèque GTK qui est utilisée.

Je n’ai pas parlé de l’installation qui s’est faite impeccablement et rapidement (15 à 20 minutes environ sur 2 PC de puissances différentes), ce qui n’était pas le cas de ma dernière instal d’Ubuntu qui avait mis au moins 40 minutes. Bref c’est vraiment pas mal. Jusque là, c’est un sans faute.

Oui mais … Ma carte WIFI Belkin PCMCIA n’est pas reconnue, alors que ça fonctionnait parfaitement sous Gutsy. Ca, c’est vraiment chiant, car j’y tiens à ma mobilité. Le fil à la patte, c’est plus possible. Il semble que ce ne soit pas le fork qui soit en cause mais bien Hardy, qui gère mal le WIFI (un comble pour une version estampillée LTS, Long Term Support).

Si vraiment je n’y arrive pas, je repasserai sur Gutsy, mais en Crunchbang, car j’ai tout de même l’impression qu’elle est plus rapide que mon ancienne installation.

En conclusion, si vous êtes à la recherche d’une distribution différente mais malgré tout familière si vous venez d’Ubuntu, qui fonctionne sans problème et qui possède un grand nombre de logiciels utiles préinstallés, allez y. Par contre, débutants s’abstenir je pense.

Et vous, qu’utilisez vous en ce moment comme distro et quels sont les problèmes que vous rencontrez, si vous en rencontrez 😉

Afficher les sites utilisant Flash avec Opera

Je vous avais conté précédemment comment installer le navigateur Opera dans Ubuntu. Je l’utilise désormais, car il est vraiment très très rapide (beaucoup plus que Firefox je dois dire). Mais, j’ai rencontré un problème ennuyeux et frustrant avec cette version installée, la 9.27. Il n’affichait pas les animations flash. Donc, pas de stat dans la console d’administration WordPress et pas de Youtube par exemple.

Mais, le problème c’est que cela marche très bien avec Firefox. Donc, il ne s’agissait pas d’un problème d’installation de Flash sur le PC, mais bien d’un problème de rendu d’Opera.

Une recherche Google plus tard j’ai trouvé plusieurs façon de remédier à cette situation.

Celle qui a fonctionné pour moi, c’est d’installer la dernière version béta en date pour Linux, la 9.50 béta. Malheureusement, cette version ne se trouve pas dans les dépôts, il faut donc l’installer avec le paquet .deb.

Avant toute chose, vérifiez que vous n’avez plus aucune trace d’une précédente installation. Par le menu Ajouter / Supprimer des programmes, faites une recherche sur Opera et désinstallez le s’il est présent sur le PC. Ouvrez ensuite Nautilus (ou votre gestionnaire de fichiers favori) dans votre dossier personnel. Affichez les fichiers et dossiers cachés (Ctrl + H ou Affichage > Afficher les fichiers cachés). Trouvez le dossier nommé .opera et supprimez le.

Voilà, vous pouvez maintenant double cliquer sur le fichier .deb téléchargé sur le site d’Opera pour installer la dernière version, tout devrait rouler. Attention, cette version est en anglais. Je n’ai pas eu le temps de chercher s’il y avait un traduction française.

Si par malheur ça ne fonctionnait toujours pas, il reste à vérifier que le plugin flash est bien reconnu par le navigateur et qu’il est au bon endroit.

Tapez dans la barre d’adresse la commande suivante : opera:plugins

Vous devriez voir une ou plusieurs ligne intitulées Shockwave Flash, comme dans la copie d’écran.

opera_plugins.png

Si celle-ci apparait tout devrait être OK :

/usr/lib/opera/plugins/libflashplayer.so

Si c’est celle-ci qui apparait, il peut y avoir conflit Opera ne sachant pas quel plugin choisir :

/usr/lib/flashplugin-nonfree/libflashplayer.so

Si c’est le cas, il suffit de remplacer le fichier se trouvant dans /usr/lib/opera/plugins/ par celui se trouvant dans /usr/lib/flashplugin-nonfree/ et tout devrait rentrer dans l’ordre.