Archives du mot-clé ogg

Soundconverter ne convertit pas que du son

Comme son nom ne l’indique pas le logiciel Soundconverter (Convertisseur audio en français), ne convertit pas que de l’audio.

Ce logiciel, présent par défaut dans les dépôts des grandes distributions Linux, accepte en entrée un fichier mp4 (qu’on aura récupéré de Youtube par exemple) pour ressortir un mp3 ou un ogg, plus pratique à écouter dans la voiture :-).

Comme ce concert dans le studio de FIP de la chanteuse mexicaine Lila Downs.

Parfois, les solutions les plus simples sont les meilleures.

Play it slowly – Ralentir, changer le pitch et lire en boucle des fichiers audio

Je vous ai présenté il y a quelque semaines yatm, un outil permettant de ralentir ou modifier le pitch d’un fichier audio en ligne de commande. Bon outil, mais … en ligne de commande.
Certains d’entres vous m’ont fait remarquer qu’Audacity faisait aussi le job, j’ai testé rapidement (et je ferai cerainement un tuto plus tard dessus d’ailleurs), mais je ne suis pas convaincu, l’ergonomie est perfectible je trouve. En même temps, ce n’est pas son coeur de métier non plus.

Bref, j’en venais à penser à me me bricoler une interface graphique pour yatm quand je suis tombé dans mes flux sur Play It Slowly, qui est tout ce à quoi je pouvais rêver pour ce petit logiciel. Je vous fais la liste des fonctionnalités (ça va aller vite).

  • Peut jouer tout fichier que gstreamer sait lire (mp3, ogg vorbis, midi, et même le flv)
  • Peut utiliser alsa et jack (mais fonctionne très bien avec PulseAudio)
  • Change la vitesse et / ou la hauteur
  • Possibilité de jouer en boucle
  • Export en wav

Play it slowly_001

Donc il fait tout ce qu’on lui demande, facilement, graphiquement et de manière fluide. Que du bonheur.

On choisit son fichier audio en cliquant sur le petit dossier en haut à droite. Quand on a ouvert plusieurs fichiers, le bouton « Recent » reprend les derniers fichiers chargés. Pratique quand on bosse plusiseurs chansons.

Le curseur « Speed » permet de ralentir ou accélérer la piste, en pourcentage de la vitesse de base.

Le curseur « Pitch (semitones) » va changer la hauteur de la piste par demi ton. Si votre héros ne savait pas s’accorder, vous pourrez affiner avec « Fine Pitch ».

« Position » vous indique à quel durée vous vous trouvez dans la lecture de votre fichier audio.

Et « Start » / « End Position » vont permettre de faire tourner en boucle un passage de la chanson en déterminant le point de début et  de fin de la boucle.

Si avec ça, vous trouvez encore des excuses pour ne pas repiquer des titres à l’oreille …

Je n’ai pas remarqué de bug sous Ubuntu 10.10.
Il faut signaler qu’en plus du paquet deb fourni, il y a les sources et aussi un package pour Arch.

Via Ubuntu Geek.

[Firefox du mercredi] DownThemAll!

Pour reprendre en douceur ces éditions du Firefox du mercredi (et je vous rappelle que tous mes billets traitant de Firefox se trouvent sur cette page), voici une extension qui figure dans mes indispensables depuis plusieurs années. Il s’agit de DownThemAll! (DTA pour les intimes). Comme son nom l’indique, il s’agit d’un addon servant exclusivement à gérer les téléchargements et les faciliter.
Vous autres, les fous du téléchargement (de n’importe quel type de fichier hein, je ne parle pas de téléchargement illégal !!!), vous allez me remercier car cette extension va vous faire aller beaucoup plus vite.

ON LA TROUVE OU ?

Comme d’habitude sur le site des extensions de Firefox. Ou alors sur le site officiel de l’extension.

CA FAIT QUOI EXACTEMENT ?

L’extension présente par défaut des boutons qui vont permettre de choisir de télécharger certains fichiers de la page en cours, selon des filtres que l’on aura défini auparavant (jpg, gif, avi, wmv, mp3, au choix et tout cela pouvant s’additionner bien entendu).
Cette possibilité est aussi donnée via un clic droit dans la page dans le menu contextuel.

ET CA MARCHE COMMENT ?

Faisons un petit tour des préférences :

  • Onglet  »Principales » :

Dans la partie Téléchargements, on va pouvoir régler le nombre simultané de téléchargements. 10 au maximum, en général, je le règle à 3, ma connexion n’étant pas terrible. Rien n’empêche de le mettre au taquet, ça dépend de ce que vous téléchargez, de votre patience et de votre connexion.

On peut choisir de renommer le fichier à l’arrivée si un autre fichier porte le même nom dans le dossier de destination.

On peut également choisir de réessayer quand un fichier échoue, choisir le délai au bout duquel on réessaie et le nombre tentatives pour le retélécharger.

Enfin, on a le comportement de l’extension lorsque tous les téléchargements sont finis (son, notification, fermeture).

  • Onglet « Filtres » :

J’avoue, celui-là est assez indigeste. Il permet de régler les extensions des fichiers qui seront automatiquement mis en file d’attente de téléchargement (voir plus bas dans l’exemple pratique). Je ne me suis jamais penché sur la question puisque les filtres par défaut me vont parfaitement bien.

En cliquant sur ajouter un nouveau filtre, on peut ajouter de nouvelles extensions de fichier et la syntaxe doit permettre de prendre en compte des variations.

  • Onglet « Vie privée » :

Ici on peut régler quelques paramètres qui ne sont pas les plus indispensables, mais qui peuvent s’avérer utiles si l’ordinateur dont vous vous servez n’est pas que le vôtre : actions lors de la fermeture du gestionnaire de téléchargement (éléments à effacer notamment), la présence de logs et les éléments des menus déroulants.

  • Onglet « Interface utilisateur » :

La façon dont l’extension apparait peut être un peu customisée. On peut choisir de n’afficher que les noms des fichiers dans le gestionnaire de téléchargement, et / ou afficher des info bulles, démarrer en mode réduit, réduire vers la zone de notification (un autre module devra être téléchargé dans ce cas), ajouter DTA à la fenêtre d’enregistrement classique de Firefox. On peut également choisir les entrées devant apparaitre dans les menus contextuels et outils.

  • Onglet « Avancées » :

Dans cet onglet, on rentre dans le domaine du pinaillage et des réglages fins. On contrôle la taille des segments de téléchargement (qui détermine en combien de petits morceaux le fichier téléchargé est divisé), le dépassement de délai encas de connexion inactive, et divers autres paramètres, là encore pas essentiels pour un utilisateur de base.

Le dernier qui peut servir est le choix du dossier de stockage des fichiers temporaires. Utile si on n’a pas les droits nécessaires sur tous les répertoires d’un PC.

UN EXEMPLE CONCRET

C’est vrai que passer en revue les options c’est bien, mais un exemple c’est mieux.

Disons que je veux télécharger un bootleg de « The Dead » sur Archive.org. Le problème c’est que chaque chanson est un fichier différent et donc sans utiliser DTA, je devrais enregistrer chaque fichier séparément. La plaie.

Avec DTA, c’est plus simple.

Vous avez désormais normalement 3 icônes dans la barre du haut de Firefox (si ce n’est pas le cas, un clic droit sur la barre, « Personnaliser » et tirez les icônes où vous voulez).

La première est DTA One Click. En fonction des filtres définis dans les options, elle va choisir seule les fichiers à télécharger et les mettre dans le gestionnaire de téléchargement (qui correspond à la 3ème icône). Pratique, mais dans notre cas, ça va faire des doublons puisque nous avons pour chaque chanson 3 types de fichiers.

On choisit donc la deuxième icône, s’intitulant sobrement DownThemAll!!. Et une nouvelle fenêtre s’ouvre. Ça donne ça (cliquez dessus pour la voir en taille réelle) :

On a la liste de tous les liens et fichiers se trouvant sur la page. Ce qui nous intéresse, ce sont les liens pointant vers les fichiers mp3 (ou les FLAC si vous êtes mélomanes, ou ogg si vous êtes libristes). Nous allons donc paramétrer pour ne sélectionner (ce sont les lignes en vert, donc vous voyez que l’on a déjà des liens sélectionnés) que les fichiers mp3. Pour cela, on va désélectionner dans les filtres « Images », « Vidéos » et « Applications ».

Il nous reste encore les flac et ogg dont on ne veut pas. On va dans « Filtrage rapide » et on tape *.mp3. On désélectionne le filtre audio qui est au dessus pour se débarrasser des formats superflus et voilà.

Il ne reste plus qu’à choisir le dossier de destination (un conseil si vous téléchargez beaucoup de musique, un dossier par album, ça évite les prises de tête si les fichiers sont mal taggés !!). On clique ensuite sur « Démarrer » ou « Mettre en attente » selon son envie.

On peut suivre l’avancement dans le gestionnaire de téléchargement qui se lance. Là vous pouvez mettre en pause, reprendre un ou plusieurs téléchargements, en ajouter, faire monter ou descendre dans la file d’attente certains fichiers.

Bien sûr, vous pouvez adapter les types de formats à votre besoin. Je l’utilise avec bonheur pour des images et de la vidéo, mais rien ne lui résiste. Et si vraiment vous ne voyez pas, il reste toujours la solution de sélectionner les fichiers à la main dans la fenêtre en cliquant sur la petit coche tout à gauche.

Découper des fichier audio mp3 sous Ubuntu en ligne de commande

J’avais fait un billet sur mon ancien blog expliquant la manœuvre afin de découper un long fichier mp3 en plusieurs morceaux. Il s’agissait pour moi de pouvoir écouter un podcast sur mon autoradio, qui a la bonne idée de revenir au début de chaque piste à chaque fois qu’il s’éteint. Quand la piste fait une heure, c’est un peu lourd.

Aujourd’hui, je me suis décidé à regarder de plus près comment faire la même chose, mais en ligne de commande. Et finalement, c’est très simple, voire plus simple.

Installation

D’abord, on installe le paquet, ce  qui nous donne classiquement en ligne de commande dans un terminal :

sudo apt-get install mp3splt

Procédure

En fait, il s’agit du même programme que j’utilisais, mais sans l’interface graphique. Cool, un paquet de moins à installer et qui ne serait pas mis à jour, vu qu’il n’est pas dans les dépôts.

La commande à utiliser est mp3splt. Je vous invite à vous plonger dans la documentation sur le site officiel (en anglais). L’autre solution plus simple est de faire une commande man dans un terminal (en anglais également) : man mp3splt

Pour ce qui nous intéresse, il suffit de mettre un seul argument après cette commande mp3splt, c’est donc simple.Il s’agit de l’argument -t qui permet de choisir longueur des morceaux que je veux obtenir.

Le format est donc :

mp3splt -t mm.ss nom_du_fichier_à_découper

mm veut dire minutes et ss secondes

Dans la copie d’écran ci-dessous, j’ai choisi de découper le fichier roadhouse_184.mp3 en morceaux de 10 minutes chacun.

Bien entendu, j’ai positionné mon terminal dans le dossier où se trouve mon fichier à découper.

mp3splt

Et voilà le résultat.

On note qu’il a détecté que l’encodage est en VBR et il s’est adapté en conséquence.

mp3spltresultats

Et au final …

Les options offertes par cette commande sont multiples, je vous laisse le découvrir par vous-même et selon vos besoins.

Le mp3 n’est pas le seul format supporté, vous pourrez aussi traiter des fichiers ogg de la même manière.

Dans tous les cas, cette découverte me permet de gagner un peu de temps sur le découpage de mes podcasts, car cette petite ligne de commande est bien plus rapide que de choisir les options en mode graphique.