Archives du mot-clé utilisateur

Comment obtenir un flux RSS pour les timelines Twitter avec l’aide de Google Scripts

S’il y a bien un truc que je déteste avec Twitter, c’est que je trouve ça bordélique à suivre. Il y a trop d’information et je ne trouve pas que ce soit organisé de manière pratique. J’ai aussi essayé plusieurs clients, mais rien à faire, je ne m’y fait pas (ouais je suis un vieux con …).

Donc pour moi la façon la plus pratique et centralisée de suivre les twittos que je préfère, c’est de coller leur flux RSS dans mon agrégateur (le super Kriss Rss). Le seul problème c’est qu’il y a quelques semaine, ces abrutis de chez Twitter ont décidé de bloquer définitivement les flux RSS des timelines avec le passage à leur nouvelle API 1.1. Donc officiellement, plus de possibilité de suivre via RSS les twits. Il faut passer par un client ou par le site de Twitter. Tout ce que je déteste quoi …

Heureusement, l’imagination et l’ingéniosité humaine n’a pas de limite et il n’a pas fallu longtemps avant que des personnes ne trouve un contournement. Ce n’est pas ultra simple, mais il n’y a rien d’insurmontable, surtout si vous n’avez pas peur de laisser un peu de donnée chez Google.

J’ai honteusement pompé et traduit ce tuto chez labnol.org que je remercie infiniment au passage.

Etape 1: Créons une fausse App Twitter

Cette App Twitter servira à faire communiquer notre Google Script avec l’API Twitter.

  • Aller sur dev.twitter.com, se logguer avec son compte Twitter et créer une App Twitter. Lui donner un nom, une description, indiquer un site (‘importe quelle url) et renseigner l’adresse https://spreadsheets.google.com/macros/ dans le champ url de callback. Accepter les règles de développement, remplissez le Captcha et cliquer sur le bouton Submit.
    twitter rss 01
  • Quand l’App a été créée, notez bien votre Consumer Key et votre Consumer Secret (Key).
    twitter rss 02

Etape 2: Configurons notre Google Script

  • Utilisez ce lien pour copier le script Twitter RSS script dans votre Google drive. Renseignez le Consumer key et le Consumer Secret en lignes 28 et 30.
    twitter rss 03
  • Aller dans Fichier -> Gérer les Versions et choisissez Enregistrer une nouvelle version et cliquer sur OK.twitter rss 04
  • Aller dans Publier -> Déployer en tant qu’application Web et choisir Tout le monde, même les utilisateurs anonymes sous la rubrique Qui a accès à l’application. Cliquer sur le bouton Déployer.
    twitter rss 05

Etape 3: Déployons le générateur de flux RSS Twitter

  • Maintenant que le script est déployé, aller dans Exécuter -> Start et donner les permissions nécessaires (au script et à Twitter).
  • Une fois que c’est fait, vous devriez recevoir un email avec les liens vers des exemples de flux RSS pour Twitter.twitter rss 06

Et voilà, il ne reste plus qu’à générer vos propres flux à partir des noms d’utilisateurs Twitter par exemple en changeant simplement la valeur du paramètre « q » dans l’url du flux.

Ce script Google Script est libre d’utilisation, de modification et de distribution, si vous citez vos sources.

Merci encore labnol.org.

Comment trouver le flux RSS d’un utilisateur Twitter

J’utilise Twitter, mais j’ai horreur de Twitter. Enfin de son interface et de la façon de suivre le fil. Comme j’adore par contre m’abonner aux news de mes sites favoris via leur flux RSS, je préfère suivre mes twittos préférés de cette manière. Malheureusement, cette possibilité est bien cachée par Twitter et il faut ruser désormais pour avoir accès au flux RSS d’un utilisateur.

En fait, il suffit de rentrer dans son agrégateur de flux l’url suivante, en remplaçant bien sur nom_de_l_utilisateur par l’alias twitter de l’utilisateur en question.

http://api.twitter.com/1/statuses/user_timeline.rss?screen_name=nom_de_l_utilisateur

Bon, c’est pas le tout j’ai un paquet de timelines à rattraper moi.

EDIT : ça y est Twitter a bloqué tous les flux RSS, cette astuce ne fonctionne plus 🙁

[Mémo] Comment migrer mon blog d’un hébergeur à l’autre

Je dis mon blog, mais je pense que la procédure dans ses grandes lignes (que je ne détaille pas ici) doit pouvoir s’appliquer quelle que soit la plateforme de blog et l’hébergeur. C’est plus un mémo pour moi qu’un vrai tuto.

Chez O2switch mon nouvel hébergeur, ils utilisent Cpanel donc certaines fonctions de la base de donnée étaient saucissonnées dans le Cpanel lui-même et pas accessible dans Phpmyadmin directement, ça m’a un peu surpris. Mais dans l’ensemble les étapes seront valables pour toute migration vers un nouvel hébergement.

[ordered_list style= »decimal »]

  1. Faire une copie de sauvegarde de ses fichiers sur le serveur FTP de l’ancien hébergeur (à faire de manière régulière de toute façon)
  2. Faire une copie de sauvegarde de sa Base de Donnée (à faire de manière régulière également, sur WordPress je vous conseille WP-DBMANAGER)
  3. Acheter son hébergement
  4. Uploader les fichiers du blog vers le nouveau serveur FTP dans le dossier qui va bien
  5. Créer une nouvelle base de donnée (garder le même nom que l’ancienne c’est plus simple)
  6. Créer un utilisateur (et son mot de passe) pour la nouvelle base de donnée
  7. Associer l’utilisateur et la base de donnée (chose que j’avais oubliée de faire)
  8. Modifier le fichier wp-config.php avec les données de la nouvelle base de donnée. Si vous avez tout recréé à l’identique, il n’y a rien à faire, sauf peut-être le DBHOST. Chez moi c’est resté localhost d’un hébergeur à l’autre, mais ça peut varier.
  9. Changer les DNS chez le registrar qui s’occupe de votre nom de domaine, pour que ça pointe sur votre nouvel hébergeur.

[/ordered_list]

Une fois que tout ça c’est fait, ça devrait rouler. Encore un grand merci à o2switch et Alexandre pour sa rapidité et son efficacité.

Installer WordPress en local sous Ubuntu avec Xampp

Dans le cadre de l’amélioration constante de ce blog et particulièrement de son look’n’feel (on est passé en V2.0 il y a quelques temps), j’ai été amené à vouloir installer une version du blog en local sur mon PC fixe qui tourne sous  Ubuntu 8.10.

Il n’y a pas des masses de ressources en français et surtout facilement compréhensibles. Je me suis donc dit que j’allais vous faire part de mon installation. Ça évitera peut être des erreurs à certains d’entre vous qui voudraient arriver au même résultat.

INSTALLATION D’UN SERVEUR LOCAL XAMPP

Sous Ubuntu, le meilleur moyen d’héberger WordPress en local est d’installer Xampp (qui a d’ailleurs le bon goût d’exister pour Linux, Mac et Windows). Pour cela, vous pouvez suivre le tuto vidéo que Daria a fait sur le sujet (attention, on y parle simplement de l’installation de Xampp pour WordPress et pas de l’importation de votre blog WordPress). Yves en a également mis une couche.

La vidéo, c’est pas mal, mais je dois dire que je préfère, une fois que je me suis imprégné de la marche à suivre, avoir une procédure écrite (ne serait ce que pour faire des copier-coller des commandes dans le terminal). Pour cela, la doc Ubuntu.fr de Xampp est super bien faite et très facile à suivre.

Sinon pour Windows, il y a aussi un tuto très bien fait de papygeek, je m’en suis également bien inspiré, en l’adaptant pour Linux.

INSTALLER WORDPRESS

Une fois que Xampp est installé, vous avez deux choix : installer wordpress et ensuite utiliser la fonction d’exportation de votre blog (« Gérer » puis « Importer » ou « Exporter » dans l’interface d’administration, cf. copie d’écran) en ligne pour ensuite importer ces réglages (si vous le désirez vous pouvez aussi repartir de zéro), ou bien choisir d’importer tous les fichiers votre blog en local.

Import export

Toutefois, si vous décidez de choisir la première solution, sachez qu’il faudra installer en local exactement la même version que celle online pour que tout fonctionne, ce qui peut être difficile si c’est une version intermédiaire (c’est du vécu …).

J’ai choisi la deuxième solution, qui est plus facile et permet d’être sûr qu’il ne manquera rien. Dans mon cas, je suis allé dans mon administration d’hébergement du blog (pas wordpress, celle de l’hébergeur, dans mon cas Cpanel qui a une fonction de backup total des sites hébergés)

Backup cpanel

Une fois que vous avez votre fichier de backup, il vous suffit de le décompresser dans le dossier local adéquat. Si votre blog local s’appelle wordpress ce sera dans (chez moi en tous les cas) :

/opt/lampp/htdocs/wordpress

Ensuite, il n’ y a plus qu’à rentrer votre adresse locale dans votre navigateur et ce sera exactement pareil que si vous étiez en ligne. Chez moi, ça donne

http://localhost/wordpress

LES PROBLEMES RENCONTRES

  • Sur mon installation personnelle, j’ai dû m’y reprendre à 4 ou 5 fois pour installer Xampp (malgré la simplicité apparente de la chose). Le blocage se faisait au moment de lancer la commande lampp start. Mysql était déjà lancé.

Mon système avait en effet une version de MySQL déjà installée et ça n’a pas du tout plu à Xampp qui ne la trouvait pas à son goût (car elle ne devait pas être installée au bon endroit).

Il m’a fallu faire une recherche dans Synaptic (mot clé mysql) pour m’apercevoir que cette version de MySQL venait de paquets KDE (il semble donc que KDE ai besoin de MySQL ??), Ksnapshot il me semble.

Une fois ces paquets désinstallés via Synaptic, le dossier créé par Xampp effacé (une énième fois 😉 et Xampp réinstallé, ça a fonctionné.

  • J’ai rencontré aussi pas mal de problèmes portant sur les droits d’écriture sur les fichiers et les dossiers, particulièrement d’installation manuelle des plugins (en décompressant directement les plugins dans le dossier du thème) et de l’édition des fichiers du thème dans l’interface d’admin, un comble quand on veut modifier le look du thème (alors que j’y ai accès en allant directement dans le dossier du disque dur où ils sont stockés). Pour résoudre ce problème, un petit coup de chmod en ligne de commande et c’est réglé. Cela modifie les droits en lecture / écriture de tous les fichiers du répertoire wp-content du blog pour l’utilisateur connecté, comme ça plus de souci. Donc, on ouvre un terminal dans le dossier qui contient le blog, s’il s’appelle wordpress, ça donne :

cd /opt/lampp/htdocs/wordpress

Puis on change les permissions sur tous les fichiers contenu dans le dossier wp-content et ses sous dossiers (si vous êtes paranoïaque, rien ne vous empêche de le faire dossier par dossier voire fichier par fichier).

chmod -R 777 wp-content

  • Le paramétrage du FTP m’a aussi posé problème, alors qu’en fait c’est très bête : dans le champ Hôte, il suffit de rentrer simplement localhost. Il m’a fallu un certain temps  avant d’y arriver, merci le forum Ubuntu FR.

ASTUCE UTILE

La doc Ubuntu préconise de créer un lien symbolique du fichier /opt/lampp/lampp dans le dossier /usr/bin , ceci afin de raccourcir les commandes à taper, notamment pour lancer et arrêter Xampp.

Au lieu de taper

sudo /opt/lampp/lampp start

Vous ne devrez plus taper que

sudo lampp start

J’ai trouvé plus simple de créer un alias dans mon fichier .bashrc, de cette manière je n’ai plus à taper pour lancer Xampp que le raccourci que j’ai choisi (à savoir start, mais vous pouvez choisir ce que vous voulez). J’ai fait pareil pour la commande sudo lampp stop que j’ai raccourci en stop.

J’espère que ce tuto vous aura aidé. N’hésitez pas à laisser des commentaires si vous avez des soucis, je répondrai si j’ai les connaissances nécessaires.