Archives par mot-clé : windows

Une règle simple en MAO : toujours désactiver la carte Wifi !!!

J’ai fait tout récemment l’acquisition d’une nouvelle carte son Line6, car la Miditech que j’avais acheté il y a peu de temps a rendu l’âme (plus de son en sortie, c’est gênant pour écouter ce qu’on joue). Il s’agit d’un Toneport UX2, la version plus chère de celle que je possède déjà. Quand on est satisfait d’un matériel, on revient finalement vers la même crémerie. Et tant pis si je ne pas m’enregistrer sous Ubuntu. Au prix payé (37 euros sur Ebay avec 10 euros de frais de port), je suis super gagnant.

Bref, j’avais tout bien installé sur mon Acer REVO sous Windows Vista, les drivers, le logiciel Gearbox, Podfarm, en suivant les recommandations (ne pas brancher la carte dès le début, attendre qu’on me le dise, cliquer sur les messages de Windows), mais j’avais périodiquement un série de bip, ou de craquement qui se faisaient entendre. Très désagréable et surtout pas possible d’enregistrer quoi que ce soit dans ces conditions (c’était toutes les minutes environ).

Je me suis donc baladé sur les forums d’Audiofanzine dédiés à ce matériel (UX1 et UX2) et finalement quand ce genre de problème survient, les réponses sont toujours les mêmes. Voici les points à vérifier si vous rencontrez ce genre de souci (et c’est bien sûr applicable à n’importe quelle carte son sous Windows, et peut être même sous Linux et Mac) :

  • réinstaller proprement les drivers et les logiciels (en vérifiant que l’exe n’est pas corrompu, Line6 fourni des sommes MD5 pour vérifier, sous Linux vous pouvez suivre le tuto que j’avais pondu il y a quelques temps) en suivant bien les recommandations du constructeur (cf. ce que je dis plus haut)
  • tester différents câbles (USB ou audio)
  • ne jamais brancher la carte sur un hub USB
  • changer de port USB
  • désactiver Firewall et antivirus
  • désactiver la carte wifi

Dans mon cas, le coupable était donc la carte Wifi. Une fois désactivée (un clic droit sur son icône dans le menu du réseau et choisir désactiver), le problème a disparu et j’ai pu me consacrer entièrement à la musique sans peur de me faire pourrir les oreilles.

Encore du nouveau matériel : imprimante All In One Lexmark S505

En ce moment on ne peut pas dire que je joue à l’écureuil. Un nouveau PC, une nouvelle carte son (et un nouveau casque pour aller avec), et maintenant une nouvelle imprimante.

Par contre, mes origines auvergnates me rendent allergiques au fait de payer plein pot, donc je vais en général vers les prix les plus bas ou les déstockages. Pour cette imprimante, j’ai profité d’une vente Lexmark sur venteprivée.com. En effet, il était temps de mettre au rancart mon ancienne HP Deskjet 245C (qui fonctionne toujours parfaitement d’ailleurs, si quelqu’un est intéressé …). Je voulais plus de vitesse d’impression et surtout un scanner reconnu sous Linux (foutu Lide20 Canon !!). C’est chose faite avec la Lexmark S505.

D’ailleurs, je peux vous parrainer sur vente privée si ça vous intéresse, n’hésitez pas. Il y a vraiment beaucoup de ventes pour tous les gouts, j’achète assez souvent chez eux.

Les caractéristiques techniques de la chose sont sur cette page.

Lors de mes recherches, je ne l’ai pas trouvé sur l’Open Printing database, ce qui n’était pas forcément de bonne augure pour son installation sous Linux. Mais rapidement, je me suis rendu compte que Lexmark fournit un script d’installation pour Linux, avec une assez grande variété de distributions supportées (Debian based donc Ubuntu, Red Hat Fedora, Open Suse).

Donc l’installation a été largement facilité. Il suffit de le rendre exécutable et de le lancer (pour plus de renseignements, allez voir ici) et après on suit les consignes.

Au final, ça marche bien, même mieux que sous Windows (le scanner est plus rapide pour une raison que je ne m’explique pas). Le seul point noir c’est que je n’ai pas d’OCR efficace. Là Windows est laaaaargement devant. D’ailleurs, il est très efficace l’outil fourni par Lexmark.
Au final, je vous recommande cette imprimante, elle imprime bien et vite, son scanner est parfaitement reconnu et très efficace, la fonction de photocopie est pratique et en plus elle est assez économique à l’usage.

Demie victoire judiciaire pour le logiciel libre au Québec

Pour une fois que la justice donne raison au logiciel libre, il faut en parler.Voici des extraits de cette nouvelle vue sur le monde.fr
Une cour de justice du Québec « a estimé que les autorités de cette province canadienne avaient « agi illégalement » en choisissant sans appel d’offres d’acheter des logiciels Microsoft, alors que l’administration aurait aussi pu choisir des logiciels libres comme GNU/Linux. »

Le remplacement des postes de travail et du système informatique de la Régie des rentes du Québec (l’organisme public de retraites) avait été fait sans aucun appel d’offre car « seul Microsoft était capable de répondre à ses besoins ». Celà représentait quand même la coquette somme de 722 000 dollars canadiens (570 000 euros, au cours actuel).

La société Savoir-Faire Linux, qui avait proposé ses services et s’était vue rembarrée, a donc entamé une action en justice. « La Cour a cependant rejeté la demande d’annulation de l’attribution du contrat à Compugen, une société commercialisant les produits de Microsoft. La RRQ et les sociétés représentant Microsoft dans cette affaire ont été condamnées à payer les frais de justice. »

C’est agréable de voir que l’utilisation des logiciels libres remonte et gagne en crédibilité dans les plus hautes sphère de l’État (fut-il canadien). Désormais, il s’agit d’une alternative plus que crédible face au logiciel propriétaire, Microsoft pour ne pas le citer. Et il est vrai que passer un tel contrat sans appel d’offre préalable, c’est prendre le risque de payer beaucoup trop cher, sans compter les risques de malversations (copinage, copinage …).

Via LeMonde.fr.

Une carte son pour la MAO qui fonctionne sous Linux ?

J’en avais marre de devoir booter mon gros ordi pour gratouiller et m’enregistrer vite fait avec ma guitare sur un playback ou en faisant une petite rythmique. Le matos Line6 est super, mais c’est limité à une utilisation MAO sous Windows. Sous Linux, point de salut pour l’enregistrement. Ça ne fonctionne pas, même avec les drivers libres.

A ce propos, il y a un petit sondage sur ce site pour savoir quelle utilisation vous souhaiteriez voir implémentée dans le driver libre à l’avenir (et peut être faire pression sur Line6, mais ça je n’y crois guère, ils sont inflexibles sur ce point). Alors répondez, ça ne prends que quelques secondes.

Donc, tout ça pour dire qu’il me fallait une interface audio différente de mon UX1 pour faire de la MAO sous Linux.

Les conditions était au nombre de 3 : adaptée à la guitare, utilisable sous Linux et pas chère (moins de 50 euros). Je ne me suis pas facilité les choses avec le critère du prix, c’est vrai.

Après quelques recherches, notamment sur le site de référence de la MAO sous Linux LinuxMAO.org, je me suis décidé pour l’interface guitarface II de miditech.

Elle correspond parfaitement à mes critères :

  • elle est spécialement conçue avec les guitaristes en tête (entrées jack 6.35 mm)
  • elle est USB class compliant, et donc ça doit marcher sans souci
  • elle n’est pas chère du tout !! 44 euros chez Thomann.

En plus, le package (car oui pour le prix il y a d’autres choses dans le carton) comprend Samplitude SE et Amplitube SE, pour Windows évidemment.

Les spécifications de la bête :

« Class Compliant » USB Audio Interface, (Windows no drivers necessary)
16 Bit/ 48 kHz resolution LINE stereo interface
2 HI-Z instrument preamps
2 MIC preamps with 48V phantom power, Signal and peak indicator LEDs
Adjustable stereo LINE output
Full duplex with compatible recording software
USB powered
Incl. Magix Samplitude SE and IK Multimedia Amplitube 2 Duo,
ASIO Driver available as Download

Point positif au déballage, elle est minuscule, ça tombe bien je n’ai pas des masses de place. Elle est bien finie, elle ne fait pas plastoc cheap, il y a du poids dans la main.

Point négatif : les (tous petits) potentiomètres pour régler les niveaux d’entrée et de sortie sont sur la face arrière. Pas pratique ni ergonomique. Mais comme elle est petite, ça se fait quand même facilement.

Pour l’instant très content. Par contre, la MAO sous Linux, c’est pas de la tarte …

A suivre.

[Newsgroups] Z51 propose son propre grabber de news

En tant qu’abonné au service de z51, j’ai reçu il y a quelques semaines un mail m’informant qu’ils me mettaient gratuitement à disposition un client news qui me permettrait de télécharger facilement sur les newsgroups via mon compte Z51 (ça marche aussi avec Illiminews). Il s’appelle PureNZB. Je me suis empressé de tester ça (surtout que maintenant j’ai un PC correct qui tourne aussi avec Vista).

L’installation s’est passée sans problème. On récupère un fichier msi (c’est comme un exe en fait), on double clique dessus et on appuie sur les boutons en se laissant guider. Que du classique Windows quoi. Il est compatible avec les versions 2000 / XP / Vista et 7.

Une fois qu’on en a terminé avec l’installation, il suffit de rentrer ses login et mot de passe et c’est tout.

La beauté du truc, c’est que c’est terminé. Si vous avez le SSL d’activé dans votre compte, il en tient compte et donc vos téléchargements seront cryptés. Royal.

L’interface est simple et efficace. Elle est divisée en deux parties. En haut, les recherches, avec un moteur de recherche qui va pointer sur un site que l’on choisit (Binnews, Binsearch, …). Ce site est modifiable via un menu déroulant.

Une fois qu’on a rentré sa recherche et appuyé sur Entrée, la page des résultats du site en question se charge dans l’interface. Par exemple pour Binnews (mon favori pour le référencement des posts, mais sur lequel on ne trouve aucun nzb) on a les résultats avec en dessous de chacun des boutons permettant de lancer une recherche avec le nom du fichier sur des annuaires de nzb. En gros, ça fonctionne comme les scripts greasemonkey que je vous ai déjà présentés. Sauf que tout est au même endroit. Bien vu et pratique.

Une fois que le nzb est choisi, on a une grosse (mais alors très grosse) icône verte qui permet de le télécharger et de le mettre en file d’attente dans la partie basse de l’interface. A partir de là, on gère ses téléchargements de manière classique. On n’a plus qu’à attendre et c’est fini.

Dans les préférences, on peut demander de vérifier et extraire automatiquement ce qu’on a DL. Ça c’est pratique (même si d’autres grabber comme grabit par exemple savent le faire, c’est toujours appréciable), c’est toujours ça de moins à installer.

Alors bien sûr, ce client n’est utilisable que si vous avez un compte chez z51, mais malgré tout c’est super sympa d’avoir un logiciel simple d’utilisation et qui fonctionne facilement et sans prise de tête. Et gratuitement qui plus est !!!

Un petit point négatif pour mon utilisation, c’est qu’on ne peut pas naviguer dans les groupes. On est obligé de fonctionner par recherche. Or moi ce que j’aime, c’est découvrir ce qui est posté sur certains groupe, sans compter que tous les posts ne sont pas repris sur les annuaires. Surtout quand on cherche des trucs un peu underground (rien de malsain ou cochon, je vous rassure !!!) en musique par exemple.

Autre point que je n’ai pas testé, le logiciel permet de commencer à regarder les vidéos que l’on télécharge au fur et à mesure de l’avancement du DL. Ils appellent ça le streaming des vidéos, mais je dois dire que je ne suis pas pressé à ce point là et surtout je pense que ma connexion n’est pas assez rapide (comme d’hab).

Bref, merci beaucoup à z51, mon DL sous Windows a changé, c’est beaucoup plus simple désormais. Par contre, sous Linux, je reste fidèle à Pan et Stunnel, on ne se refait pas.

Mais je pense que je vais tester avec wine pour voir si ça fonctionne. Par contre, je ne sais pas comment vérifier si SSL est actif ou pas … Quelqu’un a une idée, car après une recherche rapide, je ne trouve pas.

Un nouveau venu dans la famille

Je ne parle pas d’un autre enfant (c’est bon 3 ça suffit !!) mais d’un nouveau PC. Je me suis offert un Acer Aspire Revo, à pas cher à Taiwan, j’aime vivre dangereusement. En même temps à 160 euros, je ne prends pas trop de risque financier et mon vieux portable commençait à vraiment trop être à la ramasse. Le seul risque c’est de l’avoir acheté sur Ebay et d’occase. Qui vivra verra.

Les spécifications de la bête :

Support full HD 1920×1080
Video out: HDMI port x1 / D-SUB VGA port x1
OS : Windows Vista English
CPU :Intel Atom N230 (1.6 GHz)
Chipset : NVIDIA ION Chipset
DIMM : DDR2 SO-DIMM 2G
HDD : 320 GB
Card Reader : SD/SDHC/MS/MS Pro/MMC
WiFi : IEEE 802.11 b/g/n
LAN : 10/100/1000 Base-TX Ethernet LAN on Board
COLOR : BLUE

Jusque là, très content de cette machine : presque silencieuse la grande majorité du temps, largement assez rapide pour l’utilisation qui en est faite (bureautique, surf, vidéo youtube, lecture de divx et musique, MAO light). Même Vista ne me parait pas aussi ignoble, vu que c’est relativement rapide à l’usage (pas au boot par contre !!!).

Le seul truc c’est que comme c’est de l’occasion, je pense que le disque dur a été totalement reformaté et le Linux maison Acer Revoboot a été effacé, donc je n’y ai pas accès. Pas grave, je vais le mettre moi-même le linux !!

Autre point négatif, on a une tonne de crapware à désinstaller lors des premiers démarrages. Il y en a vraiment pas mal. Ça aussi ça prend un peu de temps mais c’est pas bien grave. Ce qui est plus dérangeant, c’est l’outil d’Acer qui propose de graver les disque de sauvegarde … alors qu’il n’y a pas de graveur. Pas de solution en dehors de brancher un graveur externe, tant pis, si ça crashe un jour, il sera totalement sous Linux (pour une fois).

Une constatation qui frappe d’entrée, ça pèse rien !!! C’est vraiment troublant d’avoir un ordi aussi léger qui ne soit pas un portable. On a l’impression qu’ils ont oublié des pièces dans l’UC.

Le pied par contre n’est pas le plus sécurisant qui soit. Il est stable un fois qu’il est enfiché dans la base de l’UC (si on peut appeler cette petite boite par ce nom pompeux) mais il a tendance à jouer les filles de l’air dès que l’on essaie de bouger la box.

Pour le prix (160 euros + 20 euros de TVA), je suis très content de mon achat. C’est vraiment idéal pour une station de surf discrète ou un centre de visionnage de divx si vous avez une télé récente (et pas une TV avec tube cathodique avec seulement des prises peritel …). Je recommande.

Test de la Framakey Ubuntu-FR Remix de Framasoft – La partie Windows

Comme je vous le disais il y a quelques semaines, je me suis fait plaisir en me payant (et en faisant un don) une Framakey Ubuntu-FR Remix. Voici le moment de faire un petit bilan de cette clé.

J’adore le look de cette clé, le côté black & white et surtout son look de pilule. Un bonne dose de vaccination par les logiciels libres. En plus, elle est beaucoup plus compacte que ce à quoi je m’attendais après avoir vu les photos sur le Net. Elle mesure 5 cm de long et 18 mm de large. C’est plus épais qu’une clé USB classique, mais ça reste tout à fait transportable dans une poche. Et pour l’instant pas de problème de branchement sur les ports usb ou les hubs utilisés.

D’abord, je vais aborder le côté Windows / Applications portables. La partie live USB Ubuntu fera l’objet d’un autre billet.

J’ai testé la clé avec 3 PC différents. Mon portable de boulot qui possède un CPU dual core à 1.6 Ghz et 1 Go et demi de RAM et tourne sous XP pro SP3, mon portable perso qui est un vieux coucou sous Windows XP SP3 avec 512 Mo de RAM et ma tour récente avec un Core 2 Duo 2.6 Ghz et 2 Go de RAM sous XP SP3 aussi.

Une fois la clé installée par Windows, le lancement de l’interface Framakey met environ 1 minute. Plus si vous avez un pare feu très tatillon comme le mien.

L’interface est jolie, à base d’onglets  qui représentent les « univers » des programmes installés : internet, travailler, jouer, multimédia, outils et contenu.

Le lancement des applications légères (notepad+++, windirstat) se fait en 2 ou 3 secondes.
Pour certaines ça peut être plus long (VLC 30 secondes, Ooo Writer une fois enregistré et lancé 2 fois 15 secondes, Sunbird 30 secondes), mais dans l’ensemble ça va.
En plus, il faut se dire que ça va varier d’un PC à l’autre en fonction de son CPU, sa mémoire, …

Il y a certaines choses vraiment bien pensées comme les boutons en bas à droite qui permettent de revenir au bureau Windows, d’ouvrir le poste de travail. Sur la gauche, on a accès aux dossiers personnels de la clé. C’est dommage que leur ouverture se fasse avec l’explorateur Windows. Ça aurait été bien d’avoir un explorateur intégré à la clé. En plus, l’explorateur Windows, c’est vraiment le pire du pire, on ne peut rien faire avec ce truc …

Sympa également, les effets visuels lors d’un changement d’onglet.

Le changement ou l’ajout d’une application doit se faire via une application Synapps qui n’a pas fonctionné sur mon portable au boulot. Le proxy est en cause, car une connexion à internet est apparemment obligatoire dès le lancement. Je n’ai pas su comment paramétrer ce comportement et résoudre le problème.
Une fois lancée sur un ordinateur qui n’a pas ce genre de limitation, on se rend compte que Synapps est un menu d’installation / désinstallation d’applications sur la clé, à la synaptic ou plutôt comme le menu ajouter / supprimer des programmes d’Ubuntu. On coche et on décoche les appli que l’on veut sur sa clé et on appuie sur le bouton Appliquer et le reste se fait tout seul. Super pratique !!!

Par contre, l’interface de la Framakey ne se met pas à jour seule, il faut lancer un deuxième outil, appelé « Interface Framakey », et qui est en fait Framakiosktune. Ce logiciel permet de changer les chemins vers les exécutables, les onglets, les icônes … afin de rajouter ou modifier les logiciels dans l’interface Framakey. Ça me rappelle un peu le menu de configuration d’Openbox pour ceux qui connaissent.
Bon c’est un de mes gros regrets, c’est qu’on ne peut pas customiser facilement l’interface. Il faut faire ça à la mimine. Pas que ça me dérange personnellement, mais pour un utilisateur plus classique, c’est pas très user friendly.

En plus, mon premier essai n’a pas été une réussite puisque j’ai du péter quelque chose en essayant de changer les icônes des onglets car le logiciel ne se lance plus …

Enfin, ça manque d’une documentation présentant les logiciels et surtout comment faire vivre sa clé : ajouter des logiciels, les insérer dans le lanceur, modifier des paramètres lors de l’insertion de la clé, …

Au final, je suis content de la clé mais l’interface, si elle est jolie, n’est pas assez pratique et rapide à mon gout. Je trouve plus facile et rapide de se servir du lanceur classique Asuite qui est fourni également. On perd des fonctionnalités et c’est moins beau, mais on gagne en praticité et en vitesse.