Archives par mot-clé : windows

Phatch ou comment traiter des photos en masse sous Ubuntu, Windows et Mac

J’étais à la recherche d’un logiciel simple qui me permettrait de traiter simplement un lot de 50 photos d’un seul coup pour en réduire le poids. Bien sûr, GIMP fait ça très bien, mais à ma connaissance il faut se les faire une par une. Donc une petite recherche plus loin, je suis tombé sur cette merveille qu’est phatch. Comme son nom l’indique (Phatch = Photo & Batch!), il s’est fait une spécialité de traiter les photos par batch (par lot, en français dans le texte). Mais là où je ne cherchais qu’un outil simple pour réduire le poids de mes œuvres d’art, j’ai découvert une pépite qui va permettre de modifier en masse des images avec une diversité de traitements hallucinante.

03-Capture-Liste d'actions non sauvegardée - Phatch

INSTALLATION

Le logiciel est dans les dépôts Universe et Multiverse, donc rien de plus simple quand ils sont activés.

sudo apt-get install phatch

Il se trouve ensuite dans Applications > Graphisme > Phatch

FONCTIONNALITES

Voici une liste non exhaustive de ce que vous pouvez faire avec ce programme :

  • redimensionner
  • effectuer une rotation
  • effet miroir
  • retourner
  • watermark
  • ombres
  • coins arrondis

POUR ALLER PLUS LOIN

Bien sûr la documentation Ubuntu francophone est disponible et vous permettra de vous familiariser avec le logiciel.

Vous pouvez également consulter le site officiel, la traduction française est un google translate horrible, mais malgré tout on y apprend que phatch est multiplateforme (Linux, Mac, Windows).

Ce logiciel m’a tellement plu que je pense en faire un petit tuto pour différentes actions que j’ai été amené à faire avec lui. Coming soon.

MobaLiveCD ou comment esssayer des LiveCD sous Windows sans rebooter

MobaliveCD est une petite application gratuite pour Windows qui ne fait qu’une chose et le fait bien. Elle permet de tester des LiveCD linux sans rebooter son ordinateur.

Pour ce faire, elle utilise un logiciel d’émulation (une machine virtuelle) nommé Qemu, qui est semblable aux ténors du genre, VMware ou Virtualbox (qui est lui aussi open source et disponible dans les dépôts d’Ubuntu).

UTILISATION

On ne peut plus simple !! On double clique sur l’exécutable de MobaliveCD (que l’on a mis où l’on veut puisqu’il est portable).

MobaliveCD2

Ensuite, on choisit son image iso en cliquant sur le bouton « Lancer le Live CD » et c’est tout.

MobaliveCD4

Le logiciel va vous demander si vous voulez créer un disque dur pour ce live CD, à vous de voir. J’ai répondu oui à chaque fois mais je n’en ai pas eu l’utilité. Je pense que si vous comptez vous servir du programme pour avoir toujours avec vous vos documents et fichiers de configuration, cela peut être utile. Sinon …

POINTS FORTS

L’un des gros points fort pour moi de ce petit bout de logiciel est le fait qu’il soit portable et qu’on puisse donc l’emporter avec soit partout sur une clé USB. Il suffit de mettre l’image iso de sa distribution favorite sur la même clé ou de la télécharger sur le PC hôte et nous voilà prêt à retrouver le monde de linux. Plus ou moins rapidement, il faut bien le dire.

POINTS FAIBLES

Car si la compatibilité avec les liveCD que j’ai testé est bonne, la vitesse de chargement et d’exécution est très variable d’une distribution à l’autre et d’un PC à l’autre.

Mes machines de test sont toutes les deux des dual core récents (à 1,8 et 2,5 GHZ) avec respectivement 1,5 et 2 gigas de RAM. Pas des F1, mais de bonnes machines. Et bien dans tous les cas, le fonctionnement a été vraiment lent. Il ne faut pas compter se retrouver dans une situation de liveCD standard. Le fait que c’est l’émulation qui fait tourner l’OS ralentit sensiblement l’exécution.

De plus, pour certains CD, la mise en route a pu être très longue, voire trop longue. Il vaut mieux faire autre chose en même temps, sinon on peut perdre patience.

LES DISTRIBUTIONS TESTEES

  • Luitlinux qui est basé sur une Damn Small Linux (voir ci dessous).

Le lancement du CD s’est fait sans problème, par contre une fois le LiveCD  lancé, je me suis retrouvé avec une souris non reconnue et ce sur mes deux PC de test : dommage, pas moyen d’aller plus loin.

  • Damn Small Linux, distribution miniature (environ 50 Mo) mais qui fait le maximum.

Celle-ci a fonctionné parfaitement tout le long de mon test : réseau reconnu, souris aussi, clavier (en anglais mais je ne suis pas rentré dans le détail, on doit pouvoir le passer en français), navigateur opérationnel, bref tout ce qu’il faut pour un usage basique. La lenteur n’est pas trop prononcée, mais il y a un léger temps de latence entre les frappes au clavier et à la souris et l’action à l’écran.

MobaliveCD1

MobaliveCD3

  • Slax, basée sur Slackware, encore une distribution minimaliste mais très complète et basée sur KDE.

Comme pour DSL, tout fonctionne et le lancement du CD s’est fait facilement. Par contre, on sent que le gestionnaire de bureau est plus lourd, car là il commence à y avoir une certaine latence entre les actions et leur affichage à l’écran. C’est toujours utilisable, mais pas très fonctionnel pour une utilisation régulière.

Mais elle m’a bien plus la Slax, je pense que je vais lui donner une chance sur un de mes PC.

MobaliveCD5 Slax

  • CD Linux :

Encore une distribution minimaliste (l’iso fait moins de 60 Mo). Tout s’est bien passé également, chargement (long) mais impeccable, possibilité de choisir la résolution de l’écran au démarrage notamment. Elle est basée sur XFCE. Le petit plus est qu’elle est francisée (suisse) par défaut.

Les logiciels installés semblent un peu juste pour autre chose que du surf ou écouter de la musique (je n’ai pas vu de traitement de texte par exemple), mais je suppose que l’on peut rajouter facilement des logiciels.

MobaliveCD7 cdlinux
MobaliveCD6 cdlinux2

Je pense que je la testerai également, car son look m’a bien accroché aussi.

Horrible est le 1er mot qui me vient à l’esprit. Pas pour la distribution, qui doit certainement être très bien, mais pour l’utilisation. C’est tout simplement impossible. Il y a vraiment trop de latence pour que ce soit utilisable.

Il semble donc que MobaliveCD soit à proscrire sur des Iso et des distributions trop grosses et lourdes.

AU FINAL

Si le concept et la réalisation sont excellents, le programme pêche par sa lourdeur sur les distributions les plus importantes en terme de volume et de fonctionnalités. A tester pour voir, si vous avez une bête de course qui pourra faire tourner sans ralentissement d’autres Iso. Tenez moi au courant si vous le faites.

Il n’empêche que ce petit soft gratuit a trouvé une place sur ma clé USB de programmes portables, puisqu’il me permet de faire tourner du Linux sur tout PC Windows sans rebooter ma machine.

A suivre

Du réseau sans réseau avec le T’nB Magic Copy

Vous voulez partager facilement des fichiers de PC à PC, mais vous n’y connaissez rien en réseau ? Le T’nB Magic Copy est fait pour vous.

Ce câble USB vous permettra simplement en le reliant à vos 2 PC de transférer des données sans configurer de réseau. Comme c’est de l’USB, c’est plug’n’play, on branche et ça marche. A l’initialisation, une interface va s’ouvrir sur chacun des PC qui permettra cet échange immédiatement et dans les deux sens.

En plus, le prix est très raisonnable au vue du service rendu, 29 €. Le câble en lui-même est rétractable et mesure 75 cm.

Pour l’instant, on ne peut l’utiliser que de Windows à Windows (quelle que soit la version, si elle est postérieure à Windows 98). Dans l’avenir T’nB projette la sortie d’un modèle Mac à Mac et Mac à PC.

News trouvée sur Audiofanzine

Le navigateur Google va sortir dans quelques heures

Il semble d’après les informations que j’ai vu sur Freeware et Tutos que Google s’apprête à lancer dans les heures qui viennent un navigateur développé en interne. Son nom : Chrome.

Il se serait inspiré de Firefox et de Webkit pour son développement et sera open source, c’est à dire, en gros, modifiable et redistribuable sans contrainte.

L’annonce a été faite sur le blog officiel de Google hier, suite à une publication un peu (trop) anticipée d’une BD présentant le logiciel.

Il sera seulement disponible sur plateforme Windows pour l’instant, mais il semble que des version mac et linux soient prévues (oui mais quand ??).

Pour le télécharger, il faudra patienter puisque pour l’instant l’adresse de présentation et téléchargement est redirigée sur Google.com.

C’est marrant que le roi de la recherche internet et de l’application en ligne commence à faire du vrai software installable (il y a déjà Picasa et Google Earth, c’est vrai OK OK). En même temps, c’est le complément indispensable de ses services, alors c’est très compréhensible. Mais ça va commencer à faire beaucoup de navigateurs. Il a intérêt à être bien pour se démarquer.

Vérifier des fichiers par2 dans Ubuntu

Si vous utilisez les newsgroups pour … récupérer des iso de distributions par exemple, vous connaissez surement les fichiers de récupération par2.

Ces fichiers servent à réparer les fichiers binaires (les fichiers de donnée quoi, ceux qui vous intéressent dans le téléchargement) quand ceux-ci sont endommagés ou manquants. Si leur nombre est suffisant vous pourrez les utiliser pour réparer.

Exemple : le fichier que vous voulez télécharger se compose de 20 fichiers (en général au format rar). On vous propose de télécharger en plus 10 fichiers par2. Une fois votre téléchargement terminé, il vous suffit de lancer la vérification à l’aide d’un logiciel gérant le format par2 pour savoir si vos fichiers rar sont bons ou endommagés ou s’il en manque. C’est pratique pour éviter de se casser les dents quand vous ferez l’extraction du fichier d’origine (l’iso de la distribution par exemple). Si le nombre de fichier par2 est suffisant, vous pourrez réparer les rar et procéder à l’extraction comme si aucun d’eux n’avait été endommagé.

Tout ça pour dire qu’Ubuntu ne gère pas en natif ce type de format et qu’il faut installer un paquet spécifique (présent dans les dépôts universe) pour y arriver. En plus, il possède une interface graphique, c’est royal.

Donc on ouvre un terminal et on tape la commande suivante :

sudo apt-get install gpar2

Il vous demandera peut être d’installer le paquet libpar2-0. Dites oui.

Si vous préférez vous pouvez utiliser synaptic en tapant dans la barre de recherche par2.

Gpar2

Une fois le logiciel installé, en double cliquant sur un fichier par2, il devrait vous ouvrir gpar2. Il vous suffit alors de cliquer sur le bouton vérifier (le vert avec la flèche) pour savoir si vos blocs sont endommagés ou pas. Si c’est le cas, cliquez sur le bouton réparer (les engrenages) pour corriger les erreurs. Ce n’est pas plus compliqué que cela.

Pour info, sous Windows vous pouvez utiliser le freeware quickpar pour faire la même chose.

Pouvoir formater en NTFS sous Linux avec Gparted

J’ai eu un petit souci en voulant formater un morceau de mon nouveau disque dur (ou je me suis racheté une nouvelle bécane !!) en NTFS.

Gparted ne voulait rien savoir et ne me donnait pas la main sur ce format. Pas moyen de formater en NTFS depuis Ubuntu.

J’ai essayé de formater en Ext2 et de la transformer ensuite en NTFS mais ça n’a pas marché.

Après une petite recherche sur les forums d’Ubuntu FR, je suis tombé sur ce thread qui m’a permis de me rendre compte qu’en fait un paquet n’était pas installé. C’est ce paquet (ntfsprogs) qui permet d’appliquer le format tant désiré. C’est d’ailleurs noté dans la notice de la doc Ubuntu (Note à moi-même : toujours lire le manuel !!! RTFM Read The Fucking Manual)

Vous pouvez l’installer en tapant dans un terminal la commande suivante :

sudo apt-get install ntfsprogs

Ou alors en passant par Synaptic et en tapant le nom du paquet.

Et là ça fonctionne. Merci Google

EDIT du 06/12/2008 : ca marche aussi avec Intrepid Ibex

Vous voulez essayer Linux sans risque, pas de problème

L’un des énormes avantages de Linux est la diversité des distributions que l’on peut trouver. Le problème qui peut se poser, c’est (en dehors du fait de se perdre dans cette multitude) de pouvoir les essayer facilement, car installer un système d’exploitation est un processus assez long et fastidieux.

Et bien, là encore Linux est bien supérieur à Windows, car essayer une distribution est dans la plupart des cas enfantin : il suffit de graver l’image ISO de cette distribution et de la mettre dans le lecteur cd ou dvd de son ordinateur. Au redémarrage, il va démarrer sur le cd (si votre BIOS est bien configuré) et lancer la distribution en mode Live CD, c’est à dire que le système va se charger dans la mémoire vive du PC (il vaut mieux avoir au moins 512 Mo disponibles pour que ce soit confortable) et vous pourrez l’utiliser comme si elle était vraiment installée sur votre disque dur. Ca vous permettra également de tester la reconnaissance de vos périphériques en vue d’une vraie install.

Il ne vous reste donc plus qu’à télécharger la fameuse image ISO avant de pouvoir la graver, mais où ??

Bien sûr si vous connaissez la distribution que vous voulez tester, pas de problème, vous vous dirigez vers la section téléchargement du site officiel.

En revanche, si vous voulez tester une distro que vous ne connaissez pas ou dont vous ne vous souvenez plus du nom, ça se complique. Il y a bien Distrowatch.com mais il n’y a pas que des live CD et c’est surtout un site d’information permettant de suivre l’actualité de presque toutes les distributions du marché.

C’est là qu’intervient The live CD list, qui présente sous forme de tableau, une liste de 315 distributions avec les liens de téléchargement directs vers les Live CD (en FTP ou Bittorrent quand c’est dispo).

The Live CD List

Vous trouverez aussi des liens vers la page d’accueil du site officiel, vers Wikipedia et vers Distrowatch, ainsi que l’utilisation principale de la distro (serveur, desktop, …), la taille de l’image et en prime vous pourrez voter pour votre favorite.

A garder dans ses favoris si vous voulez changer de distribution ou si vous voulez tester comme un dingue ce qui vous tombe sous la main.

Par contre, je suis déçu de ne pas voir Crunchbang dedans 🙁