Archives par mot-clé : vanille

Le fondant au chocolat



Grand classique des cartes des desserts des restaurants, le fondant au chocolat est tout sauf compliqué à faire. D’ailleurs, ce fût notre dessert de réveillon 2010.

Le plus délicat, c’est la cuisson. Pour une fois, il vaut mieux trop peu que trop si on veut conserver le côté coulant. Après, chacun ses goûts. Madame le préfère plus cuit que moi. Il faut tester et bien connaitre son four de surcroit pour ne pas se laisser surprendre.

Pour 4 fondants

Ingrédients :

  • 90 g de chocolat noir
  • 90 g de beurre
  • 90 g de sucre
  • 45 g de farine
  • 3 œufs
  1. Faire fondre le chocolat (de préférence au bain marie).
  2. Ajouter petit à petit dans le chocolat fondu le beurre en morceaux.
  3. Faire fondre tout le beurre dans la sauce au chocolat.
  4. Pendant ce temps, fouetter le sucre et les œufs entiers jusqu’à ce que le mélange blanchisse.
  5. Quand la sauce au chocolat  est terminée , la mettre hors du feu pour qu’elle tiédisse.
  6. Lorsqu’elle n’est plus chaude, l’ajouter à l’appareil œuf + sucre. Bien mélanger.
  7. Enfin, ajouter la farine tamisée. La pâte doit être bien homogène.
  8. Faire chauffer le four à 200°.
  9. Remplir des moules (préalablement beurrés généreusement, sauf si c’est du silicone), presque en entier.
  10. Insérer un carré de chocolat dans la pâte.
  11. Mettre à cuire de 10 à 12 minutes (suivant que vous le préfériez très fondant ou un peu plus cuit).
  12. Sortir les fondants du four et les mettre dehors ou dans le frigo quelques minutes pour faciliter le démoulage.
  13. Démouler sur assiette et servir tiède avec une boule de glace vanille.

P1020880

P1020906

Bon appétit.

Petits gateaux au chocolat et noisette



Une adaptation d’une recette de marmiton pour se faire un bon petit dessert chocolaté le dimanche. Le format des petits cakes est super mais on en a aussi fait dans des moules à tartelettes, le rendu est différent mais agréable également.

Ingrédients :

  • 100 g de beurre
  • 75 g de noisettes en poudre
  • 75 g de farine
  • 80 g de chocolat noir
  • 150 g de sucre roux
  • 3 œufs
  • 1 c à c d’extrait de vanille
  • sel
  1. Préchauffer le four à 170°.
  2. Faire fondre le chocolat et le beurre au bain marie dans un saladier.
  3. Quand le mélange est bien lisse, ajouter le sucre puis la poudre de noisettes.
  4. Mélanger ensuite la farine avec la pincée de sel.
  5. Finir en ajoutant les œufs un par un et l’extrait de vanille.
  6. Mettre environ 2 cm de pâte dans des moules à cakes ou à financiers.
  7. Enfourner pour 15 minutes.
  8. Servir froid ou tiède avec une boule de glace à la vanille, « à la mode ».

Petit gateau chocolat noisette 02

Petit gateau chocolat noisette 01

Les cannelés bordelais

Un grand classique de la pâtisserie et de la région bordelaise. Une douceur sans nom, un de mes desserts favoris et qui fera grande impression si vous le servez à vos amis. Et pourtant rien de compliqué la dedans si vous n’êtes pas pressés, que vous avez les moules adéquats (qui se trouvent très facilement en silicone aujourd’hui) et que vous les cuisez correctement.

Ingrédients :

  • 2 œufs entiers + 2 jaunes
  • 250 g de sucre glace
  • 3 c à c d’extrait de vanille (ou une gousse)
  • 2 c à s de rhum ambré
  • 50 cl de lait
  • 100 g de farine
  1. Si vous utilisez une gousse de vanille, fendez la en 2 dans le sens de la longueur, retirer les petits grains qui se trouvent à l’intérieur et mettez la dans une casserole avec le lait que vous porterez à ébullition. Laisser reposer quelques heures.
  2. Mélanger le sucre et les œufs dans un saladier et battre énergiquement au fouet pour que le mélange blanchisse.
  3. Ajouter ensuite la vanille (si vous utilisez de l’extrait), le rhum et la farine.
  4. Délayer l’appareil avec le lait (duquel vous aurez retiré la gousse et qui aura été filtré pour retirer les éventuel morceaux restant).
  5. Laisser reposer la pâte pendant 24 heures au réfrigérateur, le mieux étant une bouteille plastique. Les proportions donnent environ 1 litre de pâte.

    canneles 01

  6. Une fois la pâte reposée, poser les moules sur une tôle à pâtisserie et les remplir au 3/4 de leur capacité.

    canneles 03

    canneles 02

  7. Enfourner dans le four préchauffé à 190 / 200 ° selon votre four, et laisser cuire 1h ou 1h10. Les cannelés sont cuits lorsque leur chapeau est à la limite du brûlé. Comme on dit du côté de Bordeaux, « quand c’est noir c’est cuit ». Sans aller jusque là, c’est presque çà.

    canneles 04

    canneles 05

  8. Si vous avez peur que les chapeaux brûlent, vous pouvez mettre une feuille de papier aluminium dessus. Ça ralentira le noircissement. En général, je la mets vers 45 minutes de cuisson.

canneles 07

canneles 08

Bon appétit

Edit du 07/06/2010 : surtout ne remplissez pas vos moules à l’avance. Le résultat est vraiment désastreux à la cuisson. Donc remplir les moules avec la pâte froide juste avant d’enfourner.

Le clafoutis aux cerises

C’est la saison des cerises (enfin ça commence à finir si je puis dire), donc il est temps de faire des clafoutis. Bien sûr, vous pouvez adapter la recette avec d’autres fruits (abricots, prunes, pruneaux, …), ce sera délicieux également.

Ingrédients :

  • 250 g de cerises
  • 125 g de sucre en poudre
  • 60 g de farine
  • 3 œufs
  • 100 g de crème fraiche épaisse ou  de crème liquide
  • 20 cl de lait (entier c’est meilleur)
  • 1 gousse de vanille ou de l’extrait
  • beurre sucre et farine pour préparer le plat
  1. Dans un saladier, verser la farine et le sucre. Mélanger.
  2. Ajouter les œufs, puis le lait et la crème. Vous devez obtenir une pâte homogène, un genre de pâte à crêpes.
  3. Ajouter la vanille, mélanger et laisser reposer pendant 2 heures.
  4. Faire préchauffer le four à 200 °.
  5. Beurrer le moule (le nôtre fait 30*20 cm).
  6. Mélanger la farine et le sucre à parts égales. Mettre dans le plat et faire adhérer sur toutes les parois.
  7. Répartir les cerises dans le moule.
  8. Verser la pâte sur les cerises.
  9. Enfourner pour 25 minutes. Baisser alors le four à 180° et laisser cuire jusqu’à ce que les bords soient gonflés et le centre cuit (ça ne devrait plus trop bouger si vous secouez gentiment le plat).

Les macarons c’est bon et c’est super tendance

Depuis quelques années, le macaron fait un retour en force, grâce notamment à des personnalités comme Pierre Hermé ou les grands gourous de chez Ladurée. Par contre, à faire à la maison, c’est pas de la tarte … De l’avis même des professionnels, c’est vraiment un petit gâteau de professionnels, il faut pas mal de matériel spécifique et il y a des difficultés que l’on ne peut contourner qu’avec du doigté et une très bonne connaissance.

Malgré tout on peut quand même faire de délicieux macarons à la maison, et je vais essayer de vous guider grâce au stage que ma chère moitié a suivi il y a quelques mois avec un chef pâtissier. Ceux que nous vous présentons sont à la vanille et ganache au chocolat et ils sont délicieux.

Ingrédients :

Pour les macarons :

  • 200 g de sucre glace
  • 200 g de poudre d’amandes
  • 150 g de blanc d’œuf
  • 200 g de sucre semoule
  • 2 gousses de vanille

Pour la ganache de garniture (à préparer la veille)

  • 200 g de crème fraiche liquide
  • 250 g de chocolat noir
  • 40 g de beurre à température ambiante

Pour la préparation des biscuits ou gerbets :

  1. Faire le tant pour tant : mélanger la poudre d’amandes et le sucre glace.

    Macarons 03

  2. Réaliser un meringue française, montée en bec d’oiseau : faire mousser les blancs dans un robot à vitesse maxi, incorporer ensuite le sucre et les graines de vanille, robot arrêté. Puis remettre le robot vitesse maxi pour monter la meringue. Celle-ci doit être ferme et former comme une corne en bec de perroquet lorsqu’on sort le fouet.

    Macarons 04

    Macarons 05

  3. Incorporer le tant pour tant à la maryse dans la meringue, en soulevant le mélange sans casser les blancs d’œufs. Pour tester la consistance, prendre un peu de pâte à l’aide de la maryse et la laisser tomber d’un coup dans le mélange. La pâte doit s’écraser lentement et la base ne doit pas s’étaler. Si la pâte est trop dure, c’est à dire qu’elle ne s’écrase pas lentement, il faut battre le mélange avec la maryse pour casser les blancs. Si c’est trop liquide, dommage, il faut recommencer …

    Macarons 06

  4. Remplir une poche à douille munie d’un embout non cannelé de 10 mm avec de la pâte.

    Macarons 07

  5. Sur une tôle garnie de papier sulfurisé, faire des petits tas de pâte de 25 mm placés en quinconce grâce à la technique suivante. Poser l’embout de la poche sur la tôle en formant un angle de 45 degrés. Presser pour faire sortir la pâte, arrêter de presser puis soulever l’embout en remontant.

    Macarons 09

  6. C’est à la cuisson que l’on reconnait si la consistance était bonne. Si la pâte est trop molle, le macaron est  tout plat et ne monte pas comme il faut. Si elle est trop dure, le macaron garde une petite corne apparente et forme une coque creuse. Ce n’est donc pas une mauvaise idée de procéder à la cuisson de quelques exemplaires pour se faire la main et vérifier la qualité de sa pâte.
  7. Dans notre four, nous avons chauffé à 160 degrés, chaleur tournante et la tôle au milieu du four. Le macaron doit monter en restant bien plat sur le dessus et en faisant le pied, c’est à dire qu’il se forme comme une base mousseuse caractéristique (cf. photo). Le biscuit est cuit lorsqu’il ne bouge plus lorsqu’on le prend entre le pouce et l’index et qu’on le remue de droite à gauche.

    Macarons 17

Pour la ganache au chocolat et le garnissage des macarons :

  1. Couper le chocolat en petits morceaux dans un saladier.
  2. Faire bouillir la crème fraiche liquide et la verser sur le chocolat.
  3. Remuer pour obtenir une sauce onctueuse.

    Macarons 10

  4. Ajouter le beurre à température ambiante.
  5. Laisser refroidir et mettre au réfrigérateur toute la nuit.
  6. Après la cuisson des gerbets, émulsionner la ganache à l’aide d’un robot ou d’un fouet à pleine vitesse. Vous pouvez réchauffer très rapidement le cul du saladier avec un chalumeau par exemple. Le mélange doit être léger et onctueux.

    Macarons 11

  7. A l’aide d’une poche à douille, déposer une dose de ganache sur un gerbet et assembler le macaron en en collant un deuxième.

    Macarons 12

    Macarons 13

Ne mangez pas tout de suite vos œuvres d’art car il faut qu’ils reposent pendant au moins 24 heures au réfrigérateur afin de prendre l’humidité et devenir bien fondants. Cela peut prendre jusqu’à 3 ou 4 jours suivant la météo et votre frigo.

Voici le produit fini avant réfrigération et dévorage.

Macarons 16

Sur la photo ci-dessous, les macarons sont à la noisette avec un fourrage au praliné, délicieux également.

Macarons 02

Bon appétit.

Des crêpes à la Chandeleur

Une fois n’est pas coutume, un petit billet de saison avec la recette des crêpes. Comme c’est la Chandeleur le 2 février 2009, donc aujourd’hui, ça s’imposait. Vous me direz que les crêpes, il n’y a rien de plus simple, est-ce qu’on a besoin d’une recette. OUI, car c’est trop bon !! Et il n’y a rien de pire que des crêpes fadasses.

En fait, pour faire des crêpes, tout est une question de proportions entre l’œuf et la farine, le reste je le fais au pif. C’est ça aussi la cuisine à la maison. La proportion est simple puisque c’est 1 oeuf = 100 g de farine.

Cette recette est également l’occasion pour moi de tester l’inclusion de la vidéo en plus des photos (Daria, tu es contente ? ;-)). N’hésitez pas à me dire ce que vous ne pensez.

Pour une quinzaine de grandes crêpes

Ingrédients :

  • 3 œufs
  • 300 g de farine
  • 2 c à s de sucre
  • 1 c à c de sel
  • du lait (environ 1 litre)
  • de l’extrait de vanille
  • du rhum vieux
  • du beurre (pour la cuisson)
  1. Mélanger la farine, le sucre et le sel dans un saladier.
  2. Y casser les œufs et battre le mélange jusqu’à ce qu’ils soient incorporés à la farine. Si c’est vraiment trop dur ajouter un peu de lait pour délayer juste ce qu’il faut pour obtenir une pâte épaisse et sans grumeau (c’est le plus important). SI vous faites la pâte à la main, n’hésitez pas à battre comme un fou, au robot, c’est plus facile forcément.
  3. Finir d’ajouter le lait pour que la pâte soit à la bonne consistance. Surtout pas trop épaisse, mais pas trop liquide non plus, sinon vous aurez du mal à faire cuire vos crêpes.
  4. Ajouter à la fin le rhum et l’extrait de vanille à votre goût (2 c à s au moins pour le rhum et une bonne c à c pour la vanille dans notre cas).
  5. Laisser reposer la pâte si possible pendant quelques heures, mais je n’ai jamais eu de problème quand j’ai attaqué directement la cuisson après avoir fait la pâte, donc le repos est optionnel.
  6. Faire chauffer une poêle, ou une crêpière si vous en avez une. Sortez le beurre.
  7. Quand la poêle est chaude, mettre un peu de beurre au fond et verser une louche de pâte dans la poêle (tout dépend bien sûr de la taille de votre poêle) et faites tourner la poêle pour faire glisser la pâte sur toute sa surface. C’est ici qu’on se rend compte de l’importance de la consistance de la pâte.

    crepes 01

  8. Faire cuire quelques minutes sur chaque face et réserver sur une assiette.

    crepes 02

  9. Renouveler jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de pâte.
  10. Essayer de ne pas les dévorer au fur et à mesure 🙂

Pour la garniture, the sky is the limit.

Moi je les préfère avec du sucre, pour sentir les bons parfums du rhum et de la vanille ou alors carrément avec du Nutella. Ou de la confiture de lait (recette à venir … teaser teaser).

Bon appétit (là je n’ai aucun doute !!)