Médiators Niglo, le gros test

Depuis le temps que je dois faire cette chronique, la sortie des médiators Niglo Natural de Daniel Patin est la bonne occasion.

Tous Niglos alignés

Cela fait maintenant plusieurs années que Daniel Patin a eu une très bonne idée. Changer nos habitudes et ranger nos bouts de plastiques fin et plats pour les remplacer par des matières nobles et surtout par des formes ergonomiques. C’est ainsi que sont nées les séries de médiator N1 et N4 en métal (bronze et argent), que j’avais eu le plaisir de tester à l’époque.

Carré de Niglos

Loin de se reposer sur le succès engendré par ces créations, Daniel a varié sa gamme et à la fin de l’année 2012 il a créé le N4 POM (pour PolyOxyMéthylène) qui est un N4 un poil plus grand et épais, mais surtout qui est fabriqué en matière plastique. C’est le médiator qui m’a accompagné depuis le mois de mars, quand je me suis enfin décidé à l’essayer et depuis, je ne le lâche plus, … enfin jusqu’à ce que Daniel m’envoie les Natural il y a quelques semaines. Et depuis, je l’alterne avec le modèle Natural en corne.

N4 et POM

La filiation est évidente entre tous les modèles, du N4 bronze, au POM puis les Natural. On retrouve la prise ergonomique, la taille plus imposante qu’un médiator standard et surtout la forme.

Caré de Niglos bis

Les principales différences (outre la matière et donc le son) se retrouvent principalement au niveau de la taille entre chaque modèle. Le plus imposant est le POM, suivi par les Natural et enfin le bronze. D’ailleurs, mon palmarès n’est pas loin d’être dans cet ordre. Autant je ne me suis jamais habitué au N4 bronze à la prise en main (alors que j’en adore le son …), autant le Natural en corne est tombé naturellement entre mes doigts (j’avais eu pas mal d’entrainement avec le POM ceci dit). Il est un poil plus fin que le POM ce qui facilite encore sa prise en main. Le son est vraiment chaud, la précision est bonne (pour moi qui joue du blues et pas du shred).

POM et N4 côte à côte

N4 et naturals

Les avantages sont identiques pour le POM, avec un peu plus de matière entre les doigts ce qui peut provoquer un petit temps d’adaptation supplémentaire quand on vient d’un médiator classique. Mais le jeu en vaut la chandelle car le son est vraiment bon également.

Que ce soit pour de la rythmique (rock, blues, funk) ou des soli, ces nouveaux N4 fonctionnent à merveille. Ils remplacent vraiment avantageusement un médiator classique en plastique.

Reste la question du prix. Bien sûr les produits de Daniel ne sont pas donnés (11 € le POM, 13€ le natural et 14.70€ le bronze), mais il faut savoir que tout est fait en France, à la main et cela a un prix. Et le résultat est une qualité et un suivi hors pair. De plus, ce sont des produits qui ne s’usent que très peu, vous les garderez donc assez longtemps (voire très longtemps pour les modèles métal).

Alors faites vous plaisir et soutenez la recherche ergonomique plectriste française en achetant vos médiators chez le Niglo.

4 réflexions au sujet de « Médiators Niglo, le gros test »

  1. Et au niveau de l’usure des cordes, qu’en est-il? Bon, pour les modèles en corne et POM, ça ne doit pas beaucoup changer mais pour les metal doivent « bouffer » les cordes vite fait non? J’avais un peu jouer avec un médiator classique en métal, c’était une vraie cisaille à ce niveau-là.

  2. @ Carnet rouge : ça fait un moment que je n’utilise plus le N4 métal, mais je n’avais pas cassé de corde avec. Je ne casse pas beaucoup non plus en temps normal.
    Sinon, si tu casses beaucoup, ça peut aussi venir d’un problème au niveau de ton chevalet par exemple.

  3. Yep non je ne casse pas énormément en général.

    C’était spécifique à ce médiator en métal, très clairement. Mais il est vrai que ma Lag a eu à un moment donné un gros gros problème au niveau du Floyd qui a nécessité un luthier de talent pour réparer tout ça (ouf, il a fait un truc magique, elle est encore mieux qu’avant). Mais aucun lien avec le sujet ça 🙂

    Ceci étant ces mediators me titillent pas mal c’est vrai mais ne jouant plus beaucoup et vouant quasiment un culte aux Dunlop Jazz III noirs, je ne sais pas trop 🙂

  4. Concernant le N4 en argent aucun souci de casse de cordes je l’utilise depuis déjà trois ans à un rythma assez soutenu (pas mal de concerts, de Jam et de side projects) de plus pour moi le son est idéal plus d’attaque mais pas d’agressivité dans les haut médiums comme c’ets le cas avec les médiators acier que j’utilisait auparavant en alternance avec mes « home made » en coquillage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *