Archives par mot-clé : huile d’olive

La focaccia de la mort

Attention tuerie. Si vous pensiez faire une bonne focaccia … pensez encore. La recette qui va suivre est top de chez top. Par contre, elle demande un peu d’implication et pas mal de temps devant soit. Par contre, le jeu en vaut vraiment la chandelle car le résultat est à la fois croustillant à l’extérieur et moelleux à l’intérieur avec un goût … mamma mia.

Les dosages sont très précis, mais proviennent d’une source tropicale (merci Seb), il est donc possible que vous ayez à adapter un peu les poids de liquide en fonction de l’hygrométrie ambiante. Personnellement, c’était nickel tel quel en Picardie.

Ingrédients :

Pour le poolish :

  • 271 g de farine
  • 294 g d’eau
  • 1/2 càc d’un sachet de levure instantanée (type briochain)

Pour le reste de la pâte :

  • 170 g d’eau
  • 85 g d’huile d’olive
  • 340 g de farine
  • Le reste du paquet de levure instantanée (type briochain)
  • 15 g sel

Pour la cuisson

  • sel de Guérande
  • 5 càs d’huile d’olive
  • quelques branches de romarin
  1. Le poolish : Mélanger la farine, et l’eau dans laquelle on aura dissout la levure. Lorsque la pâte est amalgamée, laisser reposer 3 heures à température ambiante et mettre ensuite au frigo pour la nuit.
  2. Le lendemain, sortir le poolish 1 heure avant d’entamer la suite de la recette.
  3. Ajouter au poolish les 170 g d’eau et les 85 g d’huile d’olive. Fouetter pendant 1 minute.
  4. Ajouter alors les 340 g de farine, le reste de la levure et les 15 g de sel. Pétrir pendant 8 minutes.
  5. Laisser reposer 30 minutes et replier la pâte en 3 sur elle même.
  6. Répéter après 30 minutes de repos.
  7. Laisser reposer 60 minutes et étaler sur une lèchefrite huilée. Placer du romarin en surface à votre goût. Laisser encore reposer 60 minutes.
  8. Faire préchauffer le four à 230 °.
  9. Faire les traditionnels trous avec les doigts dans la pâte, saupoudrer de sel et arroser avec l’huile d’olive.
  10. Enfourner pour 20 minutes.

Inutile de vous dire que ça va bien avec de la pasta, mais pas seulement. Essayez, vous ne le regretterez pas, car il y a une satisfaction particulière à sortir son propre pain, surtout quand il est bon comme celui là.

Ragu au porc et sauge 02

Les carottes mauresques



Des carottes en apéritif ? Et bien oui, contre toute attente, ça marche. Ce fut même mon apéro préféré du réveillon de nouvel an.

Le mélange d’ail, de graines de cumin et d’huile plus vinaigre donne un crémeux à la sauce des carottes. C’est vraiment délicieux et pas vraiment régime en fait car il y a pas mal d’huile du coup.

carottes mauresques

Ingrédients :

  • 250 g de carottes
  • 1 petite gousse d’ail
  • 1 c à c de graines de cumin
  • 1 c à s de vinaigre de vin de Xeres ou à défaut de vin rouge
  • 2 c à s d’huile d’olive
  • 1 c à s de persil
  • sel et poivre
  1. Éplucher les carottes et les couper en deux.
  2. Les faire cuire dans de l’eau bouillante salée, jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Attention, elles ne doivent pas se défaire. 15 minutes semble pas mal, à adapter en fonction de la grosseur des racines.
  3. Les égoutter et les couper en rondelles d’environ 5 mm.
  4. Faire griller à sec dans une poêle les graines de cumin. Quand elles commencent à sauter de joie les retirer du feu immédiatement.
  5. Dans un mortier, mélanger les graines de cumin pilées, la gousse d’ail, du sel et du poivre, ainsi que le vinaigre. Ajouter ensuite peu à peu l’huile pour former une sorte de vinaigrette onctueuse.
  6. Arroser les carottes avec cette sauce dans une bol et bien mélanger. Laisser reposer au moins deux heures.
  7. Avant de servir, rectifier l’assaisonnement avec un peu d’huile et de vinaigre. Ajouter le persil haché.

Via El Comidista

Les fettuccine aux courgettes et son pesto au persil



Pour une fois que je me lance dans l’expérimentation, ce fut une réussite. J’ai eu l’idée de mêler deux de mes recettes de pâte les plus simples et les plus savoureuses : les pâtes aux courgettes (je me rends compte que c’est tellement simple que je ne l’ai jamais postée) et le pesto.

En fait ce n’est pas vraiment un pesto, mais plutôt une base de pesto qui garde une grande simplicité avec seulement trois ingrédients, du persil, de l’huile et de l’ail. Un final c’est une huile épaissie et infusée d’herbe.

L’association des deux est vraiment une belle découverte, le persil et la courgette se mariant vraiment très bien.

fettuccine aux courgettes et pesto de persil

Ingrédients :

  • 4 courgettes
  • 3 gousses d’ail
  • 8 c à s d’huile d’olive
  • sel et poivre
  • une botte de persil
  • 1 c à c de vinaigre balsamique (optionnel)
  1. Laver et équeuter les courgettes. Les couper en rondelle de 3 mm environ.
  2. Dans une poêle, faire chauffer à feu moyen 4 c à s d’huile d’olive avec 2 gousses d’ail écrasées.
  3. Quand les gousses commencent à chanter, les retirer et ajouter les rondelles de courgettes. Assaisonner et laisser cuire jusqu’à ce que la courgette soit tendre, dorée et presque défaite. (On pourrait parfaitement s’arrêter là et manger les pâtes avec les courgettes telles qu’elles, c’est délicieux)
  4. Mettre de l’eau à chauffer dans un grand faitout pour la cuisson des pâtes.
  5. Pendant que l’eau chauffe, effeuiller le persil préalablement lavé et séché. Le piler dans un mortier avec un peu de sel jusqu’à ce que vous obteniez une purée de persil. A défaut de mortier, ça peut se faire dans une moulinette, mais en ajoutant l’huile sinon, ça va pédaler dans la choucroute.
  6. Ajouter le restant de l’huile pour obtenir une pâte assez épaisse.
  7. Verser le vinaigre balsamique, mélanger, goûter et rectifier l’assaisonnement.
  8. Ajouter une gousse d’ail écrasée, que vous retirerez avant d’utiliser l’huile.
  9. Une fois que les pâtes sont cuites, verser dessus les courgettes et l’huile au persil et bien mélanger.
  10. Servir bien chaud avec un bon parmesan.

Les mafaldines aux oignons et à la chapelure

Je sais que ça parait bizarre comme recette et qu’il y a pas mal d’inconnus … mais je peux vous assurer que cette recette, en plus d’être « dead simple » comme le dit Jamie Oliver, est fichtrement bonne et rapide à faire.

Pour ceux qui ne le savent pas, la mafaldine est un type de pâte qui ressemble à une grosse tagliatelle, en plus large et qui en plus a les bords ondulés. Résultat, elle est assez épaisse et cuit assez longtemps mais on en a dans la bouche. Et l’ondulation fait que la sensation est assez différente de ce que l’on a l’habitude d’avoir. En plus, elle accroche bien la sauce, ce qui n’est pas pour me déplaire.

Ingrédients :

  • 4 oignons
  • 4 ou 5 c à s de chapelure
  • 5 c à s d’huile d’olive
  • 400 g de mafaldine
  • sel et poivre
  1. Mettre la chapelure sur un papier sulfurisé arrosée de quelques gouttes d’huile d’olive à dorer au four à 180°.
    Mafaldine oignons et chapelure 01
  2. Pendant ce temps, éplucher les oignons, les émincer et les faire revenir dans 2 c à s d’huile d’olive jusqu’à ce qu’il soient dorés.
    Mafaldine oignons et chapelure 02
  3. Faire cuire les mafaldine al dente dans un grand volume d’eau bouillante salée. Les égoutter.
  4. Mélanger les pâtes, les oignons et la chapelure en rajoutant au besoin un peu d’huile d’olive pour que ce ne soit pas trop sec.
Mafaldine oignons et chapelure 03