Archives mensuelles : juin 2013

Les linguine au sugo finto ou la fausse sauce bolognaise

Alors voilà typiquement une recette de sauce de pâtes que je n’aurais jamais eu l’idée d’inventer. Pour moi, une bolognaise, c’est à la viande alors faire une bolognaise sans viande, c’est juste inconcevable. Et bien en fait, c’est excellent, assez facile à réaliser et très goûteux pour un plat sans aucune protéine carnée.

linguine sugo finto

Ingrédients :

  • 400 g de linguine
  • 2 carottes
  • 2 oignons rouges (ou blanc ou jaune, ça marche aussi)
  • 2 branches de céleri
  • 2 feuilles de laurier
  • 1 càc de concentré de tomate
  • 12 cl de vin rouge
  • 20 cl de bouillon de poulet
  • 10 cl d’huile d’olive
  • sel et poivre
  1. Éplucher et émincer en fins bâtonnets les légumes.
  2. Mettre l’huile dans une casserole et la faire chauffer sur feu moyen.
  3. Ajouter les légumes ainsi que les feuilles de laurier et les faire cuire doucement pendant 10 minutes pour qu’ils commencent à ramollir.
  4. Ajouter le concentré de tomate et faire cuire de nouveau 2 minutes. Ça doit commencer à chanter dans la casserole et accrocher un peu.
  5. Déglacer avec le vin et laisser s’évaporer tout le liquide.
  6. Ajouter le bouillon et assaisonner de sel et poivre. Laisser mijoter à feu doux pendant encore 15 minutes.
  7. Faire cuire les pâtes al dente et mélanger intimement à la sauce et servir très chaud avec une bonne dose de parmesan râpé ou mieux du pecorino.

Encore un super groupe qui déménage : The Winery Dogs

Ça devient un (bonne ?) habitude ces supergroupes (comme ChickenFoot). Récemment, je suis tombé sur The Winery Dogs, composé de rien moins que Richie Kotzen à la planche à cordes et au lead singing, Billy Sheehan aux fréquences basses et Mike Portnoy aux fûts. On a déjà vu pire comme membres de groupes non.

Et en plus, ça tient bien la route quand ils jouent tous ensemble ;-). La preuve en images :

http://www.youtube.com/watch?v=fnMBix9Zq5o
http://www.youtube.com/watch?v=avwo76gGTDw
http://www.youtube.com/watch?v=EuDME1JHicY

Si vous voulez les voir sur scène, le seul concert en France est prévu pour le 15 septembre 2013 à Paris.

Via Guitarra Desafinados

Le dos de cabillaud avec sa julienne de légumes et sauce coco citronnelle

Voici une petite improvisation sur le thème toujours efficace de l’Asie. Ce plat nous a été inspiré par un repas que nous avons fait en Alsace dans un Winstub, le Vitisbar, que je vous recommande chaudement, ainsi que les vins produits par le patron.

L’alliance des légumes légèrement croquants, du lait de coco et du poisson, c’est une réussite.

P1080653

Ingrédients :

  • 2 dos de cabillaud
  • 25 g de beurre + 1 càs d’huile d’arachide (pour la cuisson du poisson)
  • 2 tiges de citronnelle
  • 20 cl de lait de coco
  • 2 courgettes
  • 3 carottes
  • 2 petits poireaux
  • 2 càs d’huile d’arachide
  • 1 càs de sauce poisson
  • 1 càs de vinaigre de vin de riz
  • 400 g de nouilles de riz
  1. Éplucher la citronnelle. La couper en gros morceaux et l’écraser avec le dos du couteau.
  2. Mettre le lait de coco et la citronnelle dans une casserole et amener le tout à ébullition. Mettre de côté et laisser infuser.
  3. Laver et éplucher les légumes. Couper les courgettes et les carottes en julienne (en bâtonnets)  et émincer finement les poireaux.
  4. Faire revenir dans l’huile le poireau émincé et les bâtonnets de carottes pendant 5 minutes. Ajouter ensuite les courgettes.
  5. Laisser cuire 10 minutes, jusqu’à ce que les légumes soient tendres mais encore un peu al dente. Déglacer avec la sauce poisson et le vinaigre de vin de riz. Rectifier l’assaisonnement et réserver.
  6. Préparer les nouilles de riz comme indiqué sur le paquet.
  7. Faire cuire le poisson à la poêle dans le mélange beurre et huile. Quand il est doré réserver au chaud.
  8. Pendant ce temps, mélanger les nouilles avec les légumes et la sauce au coco.
  9. Servir le poisson sur un lit de nouilles.

P1080656

[Concert] Candye Kane et Bad Mules à l’Odéon de Tremblay en France

Pour ceux qui ne la connaîtraient pas, Candye Kane est une chanteuse de blues (au sens large) d’origine californienne, mais texane d’adoption. Il s’agit d’un phénomène puisqu’elle à commencé en faisant des photos de charme, mais à la force du poignet (si je puis dire) elle a fait son trou (décidément …) dans le domaine de la musique. Et son caractère bien trempé n’y est pas pour rien, car en plus d’être une très bonne chanteuse, c’était une femme forte et fière de l’être. Elle le revendiquait haut et fort et plusieurs de ses chansons reprennent ce thème d’ailleurs (You need a great big woman par exemple). Depuis, le cancer du pancréas est malheureusement passé par là et les kilos se sont envolés, grillés par la maladie. Mais loin de l’accabler, cette saloperie de maladie l’a renforcé dans  sa force de caractère et elle semble s’en sortir. En tous les cas, le concert auquel j’ai pu assister à l’Odéon de Tremblay en France ne m’a pas semblé être entamé à cause d’une quelconque faiblesse. Bien sûr ses traits sont plus creusés mais elle déborde malgré tout d’énergie.

P1080521

P1080509

Tout d’abord, je tiens à souligner la qualité de la salle et de l’accueil. Je ne connaissais pas l’Odéon de Tremblay, et bine je peux dire que si l’occasion se présente, j’y ou retournerai sans hésiter. La salle de 200 places environs est très bien agencée, on y voit très bien la scène de partout, sans être trop loin quand on est au dernier rang (comme moi …). La sonorisation était top ce soir là, ni trop forte ni trop faiblarde, aucune faiblesse sur aucun des instruments, la balance était idéale. Et cerise sur le gâteau, les personnes à l’accueil étaient charmantes et souriantes. Enfin, les prix sont tout à fait raisonnables, car la place était à 17 euros.

La première partie assurée avec brio par Bad Mules était un pur moment de bonheur. Pour une fois, des français peuvent chanter un répertoire exclusivement en anglais sans  que je me dise qu’ils devraient prendre des cours d’anglais. La musique n’étant pas en reste, nous avons passé une excellente petite heure à savourer les reprises et les originaux de ce groupe nantais, à la fois swing, blues, jump. J’ai pensé plus d’une fois à Duke Robillard pendant leur set, c’est dire si c’était bon.

P1080339

P1080355

P1080369

P1080391

P1080396

La formation est assez originale pour moi qui suis habitué au classique guitare basse batterie, puisque la basse était aux abonnés absents, remplacé avantageusement par un organiste. L’ajout d’un saxophone ajoute encore du corps à la formation. Tous les instrumentistes étaient de très bon niveau, mention spéciale au leader du groupe, qui officiait aux fûts et au chant avec bonheur sur la moitié des titres (les autres étant chantés par le guitariste, qui n’était pas manchot non plus dans les deux domaines).

P1080343

P1080338

Après une pause (un peu trop longue à mon goût), les deux heures de concert de Candye Kane pouvaient commencer et la salle était dans les meilleures dispositions pour accueillir la diva.

L’intro sur fond de Minor swing revisité à la guitare blues électrique (Stratocaster rouge sévèrement relic et maniée expertement par Laura Chavez !!) met dans le ton, ça va être bon. La suite ne nous fera pas mentir, Candye enchaînera ses succès et les nouvelles chansons de son album sorti la veille (nous avions la primeur des morceaux).

P1080541

P1080534

P1080490

Nous avons là aussi passé un très bon moment musicalement et humainement parlant car sur le début du concert, Candye ponctuait chaque pause par une introduction plus ou moins longue, sur les origines de la chanson, sa façon de voir la vie et bien sûr de combattre le cancer. Je dois dire que tout ce qu’elle a dit a résonné en moi d’une manière que j’aurai préféré éviter car j’ai appris récemment que ma maman était aussi atteinte d’un cancer. Mais quand on voit comment Candye s’en sort, ça redonne de l’espoir.

P1080467

Malgré tout la soirée était excellente, la guitare fort bien tenue, la section rythmique (dont le batteur qui était un français apparemment et qui rodait le set avec le reste du groupe en provenance direct des US) bien à l’aise. Le bassiste était d’ailleurs un sosie de ZZ Top, c’était assez drôle.

P1080497

P1080446

P1080456

Et Candye est toujours une aussi bonne chanteuse, j’adore sa voix et son style depuis longtemps, je suis content d’avoir enfin pu la voir sur scène.

Si l’occasion se présente, n’hésitez pas et allez voir Candye et son groupe sur scène. Elle sera de retour dans l’hexagone les 5 et 6 juillet et à la rentrée. Don’t miss her.

P1080431

Si vous voulez voir plus de photos, vous pouvez aller consulter mon Flickr.

La tarte à la rhubarbe et aux fraises

Voilà des années que nous n’avions pas fait cette recette. Comme la rhubarbe ne se trouve pas toute l’année (comme les fraises d’ailleurs), si on loupe le coche, on est reparti pour une année d’attente. Cette fois, dès que la rhubarbe est apparue, on a sauté dessus.

P1080663

Ingrédients :

  • une pâte feuilletée
  • 500 g de rhubarbe
  • 250 g de sucre
  • 20 cl de crème fraîche
  • 3 œufs
  • 500 g de fraises
  1. Éplucher et laver la rhubarbe. La sécher et la couper en petits morceaux.
  2. La faire cuire en compote avec les 250 g de sucre et laisser complètement refroidir.
  3. Préchauffer le four à 185°.
  4. Mélanger la rhubarbe avec la crème et les œufs battus.
  5. Mettre la pâte dans un moule et garnir du mélange à la rhubarbe.
  6. Mettre au four pendant 30 minutes, jusqu’à ce que le dessus soit doré.
  7. Sortir la tarte, saupoudrer de sucre à volonté.
  8. Une fois refroidie, disposer les fraises sur l’ensemble de la tarte.

P1080662

Adios Google Reader, Adios Feedly, Hello KrISS Feed Reader

Ce n’est pas une nouvelle fraîche, Google Reader va fermer ses portes numériques en juillet. Nous les gentils utilisateurs avons été prévenus 3 mois à l’avance, on ne va pas se plaindre, nous avons eu le temps de nous retourner. Reste que le choc fut rude, car sans mon agrégateur, je me sens tout nu et démuni devant mon PC. Pire que si on me privait d’email, c’est dire.

Donc la question du remplaçant est cruciale (n’ayons pas peur des mots). Je me suis tout d’abord tourné comme beaucoup vers Feedly. Il faut bien dire que c’est vraiment bien foutu, c’est beau, c’est gratuit, il y a les raccourcis claviers qui vont bien (j’adore les raccourcis claviers). La période d’adaptation a été rapide. Je dois dire que j’aurai pu rester un moment sur Feedly, même si subsiste toujours l’incertitude de savoir que ça peut prendre fin d’un jour à l’autre. Si Google ferme ses services, les autres sont d’autant plus susceptibles de le faire. A l’époque, je n’avais pas trop pensé à gérer ça sur mon serveur perso, car je pensais que ce serai bien trop compliqué à maintenir.

Jusqu’à ce que je tombe sur KrISS feed Reader. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, ce logiciel est le fruit du travail d’un petit gars français. Il s’agit d’un lecteur de flux RSS auto hébergeable remplit de fonctionnalités, qui dans mon cahier des charges les remplit aussi bien que Google Reader (et Feedly).

  • Import / export des flux –> check
  • raccourcis clavier –> check
  • Visualisations multiples des flux (titre seulement ou tout le flux) –> check
  • Simple à installer –> double check
  • Simple à maintenir –> chek
  • Rapide –> check
  • Options de customisation des menus (sans mettre les mains dans des fichiers de configuration) –> check
  • Changement de l’interface (via des fichier css mis à disposition par des utilisateurs) –> check

Kriss interface

Bref, je suis conquis. Une fois passée la phase d’apprentissage des raccourcis clavier (qui sont un poil différents de ceux de Google Reader et Feedly), ça roule tout seul et c’est du plaisir de scroller rapidement pour visionner ses flux.

kriss raccourcis clavier

L’affichage et la réactivité sont vraiment au top, même sur mon eeepc qui n’est pourtant pas un foudre de guerre. Sur une bécane plus récente, c’est encore plus rapide.

Il y a aussi une option de partage sur les réseau sociaux, normalement faite pour Shaarli, mais que l’on peut adapter pour utiliser Twitter (entre autres). Ci dessous, voici l’url que j’utilise pour faire ça (je ne l’ai trouvée nulle part, alors je partage) :

https://twitter.com/intent/tweet?text=${title} ${url}

De manière générale, je vous conseille d’aller triturer les configuration pour que ça colle à votre utilisation au maximum, il y a pas mal de paramètres, ça laisse de la place pour une utilisation par tout le monde je pense.

Kriss configuration

Donc pour résumer, Google Reader est mort, vive KrISS Feed Reader. SI vous avez un serveur web, je vous enjoins à l’installer (un simple upload d’un seul fichier) et à le tester (ça ne prend pas longtemps). Je pense que vous ne le regretterez pas.

Comment trouver le flux RSS d’un utilisateur Twitter

J’utilise Twitter, mais j’ai horreur de Twitter. Enfin de son interface et de la façon de suivre le fil. Comme j’adore par contre m’abonner aux news de mes sites favoris via leur flux RSS, je préfère suivre mes twittos préférés de cette manière. Malheureusement, cette possibilité est bien cachée par Twitter et il faut ruser désormais pour avoir accès au flux RSS d’un utilisateur.

En fait, il suffit de rentrer dans son agrégateur de flux l’url suivante, en remplaçant bien sur nom_de_l_utilisateur par l’alias twitter de l’utilisateur en question.

http://api.twitter.com/1/statuses/user_timeline.rss?screen_name=nom_de_l_utilisateur

Bon, c’est pas le tout j’ai un paquet de timelines à rattraper moi.

EDIT : ça y est Twitter a bloqué tous les flux RSS, cette astuce ne fonctionne plus 🙁