Archives mensuelles : avril 2010

[Newsgroups] Z51 propose son propre grabber de news

En tant qu’abonné au service de z51, j’ai reçu il y a quelques semaines un mail m’informant qu’ils me mettaient gratuitement à disposition un client news qui me permettrait de télécharger facilement sur les newsgroups via mon compte Z51 (ça marche aussi avec Illiminews). Il s’appelle PureNZB. Je me suis empressé de tester ça (surtout que maintenant j’ai un PC correct qui tourne aussi avec Vista).

L’installation s’est passée sans problème. On récupère un fichier msi (c’est comme un exe en fait), on double clique dessus et on appuie sur les boutons en se laissant guider. Que du classique Windows quoi. Il est compatible avec les versions 2000 / XP / Vista et 7.

Une fois qu’on en a terminé avec l’installation, il suffit de rentrer ses login et mot de passe et c’est tout.

La beauté du truc, c’est que c’est terminé. Si vous avez le SSL d’activé dans votre compte, il en tient compte et donc vos téléchargements seront cryptés. Royal.

L’interface est simple et efficace. Elle est divisée en deux parties. En haut, les recherches, avec un moteur de recherche qui va pointer sur un site que l’on choisit (Binnews, Binsearch, …). Ce site est modifiable via un menu déroulant.

Une fois qu’on a rentré sa recherche et appuyé sur Entrée, la page des résultats du site en question se charge dans l’interface. Par exemple pour Binnews (mon favori pour le référencement des posts, mais sur lequel on ne trouve aucun nzb) on a les résultats avec en dessous de chacun des boutons permettant de lancer une recherche avec le nom du fichier sur des annuaires de nzb. En gros, ça fonctionne comme les scripts greasemonkey que je vous ai déjà présentés. Sauf que tout est au même endroit. Bien vu et pratique.

Une fois que le nzb est choisi, on a une grosse (mais alors très grosse) icône verte qui permet de le télécharger et de le mettre en file d’attente dans la partie basse de l’interface. A partir de là, on gère ses téléchargements de manière classique. On n’a plus qu’à attendre et c’est fini.

Dans les préférences, on peut demander de vérifier et extraire automatiquement ce qu’on a DL. Ça c’est pratique (même si d’autres grabber comme grabit par exemple savent le faire, c’est toujours appréciable), c’est toujours ça de moins à installer.

Alors bien sûr, ce client n’est utilisable que si vous avez un compte chez z51, mais malgré tout c’est super sympa d’avoir un logiciel simple d’utilisation et qui fonctionne facilement et sans prise de tête. Et gratuitement qui plus est !!!

Un petit point négatif pour mon utilisation, c’est qu’on ne peut pas naviguer dans les groupes. On est obligé de fonctionner par recherche. Or moi ce que j’aime, c’est découvrir ce qui est posté sur certains groupe, sans compter que tous les posts ne sont pas repris sur les annuaires. Surtout quand on cherche des trucs un peu underground (rien de malsain ou cochon, je vous rassure !!!) en musique par exemple.

Autre point que je n’ai pas testé, le logiciel permet de commencer à regarder les vidéos que l’on télécharge au fur et à mesure de l’avancement du DL. Ils appellent ça le streaming des vidéos, mais je dois dire que je ne suis pas pressé à ce point là et surtout je pense que ma connexion n’est pas assez rapide (comme d’hab).

Bref, merci beaucoup à z51, mon DL sous Windows a changé, c’est beaucoup plus simple désormais. Par contre, sous Linux, je reste fidèle à Pan et Stunnel, on ne se refait pas.

Mais je pense que je vais tester avec wine pour voir si ça fonctionne. Par contre, je ne sais pas comment vérifier si SSL est actif ou pas … Quelqu’un a une idée, car après une recherche rapide, je ne trouve pas.

Petits pots de crème au praliné

Voici un petit dessert sans prétention, super rapide à préparer et surtout que l’on peut varier presque à l’infini. Les variations peuvent être chocolat, vanille, crème de marron, spéculoos, lavande … Seule votre imagination est la limite.

Ingrédients :

pour 6 petits pots

  • 50 cl de lait entier
  • 75 g de pâte de praliné
  • 3 jaunes d’œuf
  • 35 g de sucre
  • 20 g de maïzena
  1. Délayer la maïzena dans 4 cuillères à soupe de lait froid et réserver.
  2. Verser le lait dans une casserole, ajoutez le praliné, mélanger puis porter à ébullition.
  3. Pendant ce temps, mélanger les jaunes et le sucre dans un saladier jusqu’à ce que le mélange blanchisse.
  4. Ajouter la maïzena délayée dans le lait et mélanger.
  5. Verser le lait au praliné sur le mélange aux œufs, petit à petit, tout en mélangeant à l’aide d’un fouet.
  6. Reverser  le tout dans la casserole et faire chauffer sur feu doux.
  7. Mélanger jusqu’à ce que le mélange épaississe, soit pendant environ 5 minutes, sans faire bouillir.
  8. Verser dans des petits pots puis laisser refroidir.
  9. Couvrir et mettre au frais pendant au moins 4 heures.

Vous pouvez remplacer la pâte de praliné par de la pralinoise que vous ferez fondre de la même manière dans le lait chaud.

Installation d’Ubuntu 10.04 Lucid Lynx beta 2 sur mon Acer Revo 3600

Juste un petit billet vite fait sur l’installation de la dernière version beta de Lucid Lynx sur mon Acer Revo 3600, récemment acquis.

Tout d’abord, j’ai eu vraiment vraiment beaucoup de mal à me créer une clé usb bootable. Je ne sais pas si c’est les iso des alpha et beta qui ne sont pas live compliant ou mes téléchargements qui étaient vérolés, mais j’ai bien du télécharger 5 ou 6 iso avec autant de tentatives avec unetbootin avant d’y arriver.

Bref, la dernière était la bonne et j’ai pu voir en live que tout tournait super bien sur le hardware du Revo. Donc, ni une ni deux, je décide d’installer cette version. Je n’ai pas eu de plantage lors de l’utilisation live, donc, je ne prends pas trop de risque sur cette station qui me sert surtout à faire du surf, de la bureautique et écouter de la musique.

J’ai quand même auparavant bien défragmenté le disque dur qui contient Vista. Pour rien finalement, car j’ai utilisé l’emplacement de la partition Data, reformatée en ext4. J’ai choisi « pour le fun » de ne pas mettre de partition de swap, j’ai 2 gigas de mémoire et je n’utilise pas l’hibernation, donc pas vraiment besoin de swap. Pour l’instant, je n’ai pas eu de crash et pas vraiment de ralentissement qui soit imputable à ce paramétrage.

L’installation en elle-même a duré une vingtaine de minute. C’est plus rapide qu’avec mon vieux portable (encore heureux). Lors de l’installation (qui est de plus en mieux ficelée et jolie), on a droit à des messages à caractère informatif sur Ubuntu et les logiciels libres, ça passe le temps et ça fait plus pro. Vraiment un bon point pour cette install.

Quand c’est terminé, on reboot et là, première bonne surprise, 32 secondes montre en main sans rien toucher pour démarrer à partir de grub (celui-là par contre, je ne l’aime pas !!! Trop ch**** à modifier, je pense que j’y reviendrai dans un prochain billet). Ca c’est top !!!! Et dire que je pensais essayer d’installer un petit linux pour accèder vite à Internet ou mes fichiers audio. Ben c’est pas la peine.

Au niveau de l’interface, on n’est pas trop perdu, les menus ne changent pas, quelques applications en plus ou en moins, mais rien qui ne soit pas réparable avec un coup de synaptic. Le software center est pas mal, mais je le trouve trop lourd à l’usage (je n’utilisais pas vraiment le menu ajouter / supprimer des programmes des précédentes versions d’ailleurs). Synaptic est vraiment plus puissant.

Ce qui change le plus au premier coup d’oeil, c’est vraiment le look général. Le fond d’écran aux couleur plutôt Mac, les icônes (que j’aime bien d’ailleurs). Il y a aussi cette intégration des réseaux sociaux (mais, je dois être con, je ne vois pas ce que ça apporte, j’ai rentré mes identifiants twitter (@agatzeblux, si ça vous intéresse), mais il ne se passe rien. J’ai râté un truc ? Il y a bien Gwibber dans les appli, mais il faut le lancer …

Bref pour en revenir au Revo, tout fonctionne out of the box :
LAN : ok
Wifi : ok
Son : ok (et il est bien meilleur que sur mon portable)
usb : ok
carte video ION Nvidia : ok avec le pilote proposé par les gestionnaire de pilotes proprio. Je n’ai pas encore essayé de télécharger et d’installer la dernière version en direct de chez Nvidia, mais je pense le faire prochainement.
lecteur de carte : ok

L’installation de quelques PPA n’a pas posé de problème non plus (shutter, arte+7recorder, ubuntu tweak, phatch).

Au final, tout est stable et je n’ai pas eu de plantage jusque là. C’est une très bonne version d’Ubuntu. Cette distribution s’améliore à chaque fois. Je pense d’ailleurs que je vais passer mon eeepc 701 dessus dans les prochains jours (si le ssd de 4 Gigas tient l’install … c’est peut être pas gagné) et mon poste de travail principal.

Parcelitte ne sera plus maintenu

Le développeur du projet a annoncé sur son site début avril que le développement de Parcelitte, ce super petit programme de gestion de presse papier sous GNU/Linux était arrêté, car il en a marre tout simplement.

La version 0.9.2 (qui est celle figurant dans les dépôts de Lucid Lynx) sera donc la dernière disponible pour l’installation. A moins qu’une ou plusieurs bonne âmes ne reprennent le code ou le forke.

Parcelitte n’est pas parfait, mais il a le mérite d’exister, car l’offre sous Linux est vraiment beaucoup, beaucoup plus faible que celle sous Windows dans ce segment de logiciels.

Malgré tout, c’est un des programmes que j’installe toujours en premier et qui démarre en même temps que ma session, preuve qu’il m’est indispensable.

RIP Parcelitte

Un nouveau venu dans la famille

Je ne parle pas d’un autre enfant (c’est bon 3 ça suffit !!) mais d’un nouveau PC. Je me suis offert un Acer Aspire Revo, à pas cher à Taiwan, j’aime vivre dangereusement. En même temps à 160 euros, je ne prends pas trop de risque financier et mon vieux portable commençait à vraiment trop être à la ramasse. Le seul risque c’est de l’avoir acheté sur Ebay et d’occase. Qui vivra verra.

Les spécifications de la bête :

Support full HD 1920×1080
Video out: HDMI port x1 / D-SUB VGA port x1
OS : Windows Vista English
CPU :Intel Atom N230 (1.6 GHz)
Chipset : NVIDIA ION Chipset
DIMM : DDR2 SO-DIMM 2G
HDD : 320 GB
Card Reader : SD/SDHC/MS/MS Pro/MMC
WiFi : IEEE 802.11 b/g/n
LAN : 10/100/1000 Base-TX Ethernet LAN on Board
COLOR : BLUE

Jusque là, très content de cette machine : presque silencieuse la grande majorité du temps, largement assez rapide pour l’utilisation qui en est faite (bureautique, surf, vidéo youtube, lecture de divx et musique, MAO light). Même Vista ne me parait pas aussi ignoble, vu que c’est relativement rapide à l’usage (pas au boot par contre !!!).

Le seul truc c’est que comme c’est de l’occasion, je pense que le disque dur a été totalement reformaté et le Linux maison Acer Revoboot a été effacé, donc je n’y ai pas accès. Pas grave, je vais le mettre moi-même le linux !!

Autre point négatif, on a une tonne de crapware à désinstaller lors des premiers démarrages. Il y en a vraiment pas mal. Ça aussi ça prend un peu de temps mais c’est pas bien grave. Ce qui est plus dérangeant, c’est l’outil d’Acer qui propose de graver les disque de sauvegarde … alors qu’il n’y a pas de graveur. Pas de solution en dehors de brancher un graveur externe, tant pis, si ça crashe un jour, il sera totalement sous Linux (pour une fois).

Une constatation qui frappe d’entrée, ça pèse rien !!! C’est vraiment troublant d’avoir un ordi aussi léger qui ne soit pas un portable. On a l’impression qu’ils ont oublié des pièces dans l’UC.

Le pied par contre n’est pas le plus sécurisant qui soit. Il est stable un fois qu’il est enfiché dans la base de l’UC (si on peut appeler cette petite boite par ce nom pompeux) mais il a tendance à jouer les filles de l’air dès que l’on essaie de bouger la box.

Pour le prix (160 euros + 20 euros de TVA), je suis très content de mon achat. C’est vraiment idéal pour une station de surf discrète ou un centre de visionnage de divx si vous avez une télé récente (et pas une TV avec tube cathodique avec seulement des prises peritel …). Je recommande.

Flognarde aux poires

Je vous préviens tout de suite, ce dessert est une tuerie totale pour peu que les poires soient bonnes. Comme en plus, il est très simple à réaliser, ce serait dommage de vous en priver.

Ingrédients :

  • 500 g de poires à chair fondante, bien mûres
  • 3 oeufs
  • 60 g de beurre
  • 50 cl de lait
  • 100 g de farine
  • 150 g de sucre (100 g et 50 g)
  • 1 petit verre de cognac ou d’armagnac
  • 1 pincée de sel
  1. Peler les poires. Les couper en 4. Enlever le centre et les pépins. Couper les quartiers en lamelles sur les 2/3 de la longueur. Le morceau de poire doit rester entier.
  2. Mettre le four à chauffer à 180°.
  3. Faire chauffer le lait.
  4. Mettre le beurre à fondre dans le plat qui servira à la cuisson de la flognarde (chez moi c’est un plat rectangulaire de 25 x 30). Bine enduire e plat avec le beurre une fois qu’il est fondu.
  5. Dans un saladier, mélanger les oeufs, 100 g de sucre, la farine et le sel jusqu’à obtention d’un pâte lisse.
  6. Ajouter ensuite le beurre fondu, le cognac puis le lait chaud petit à petit.
  7. Disposer les quartiers de poires dans le plat et napper avec la pâte.
  8. Saupoudrer avec les 50 g de sucre restant et mettre au four.
  9. Faire cuire pendant 30 à 35 minutes. Le dessus doit être caramélisé et la pâte avoir pris.
  10. Servir de préférence tiède, c’est plus fondant.

Vous m’en direz des nouvelles. Il ne faut pas hésitez sur l’alcool car ça donne un vrai bon goût (comme pour les crêpes).

Bien sûr, vous pouvez utiliser d’autres fruits comme des pêches ou des abricots par exemple.

flognarde-peches

Ils sont bizarres ces joueurs de hockey quand même

En faisant des recherches, on atterrit souvent sur des trucs bizarres sur le net. Je ne vous dirais pas ce que je cherchais en tombant la-dessus, en fait je ne m’en souviens pas moi-même …

Toujours est-il que je me suis grandement amélioré dans ma connaissance de l’équipement des joueurs de hockey. En effet, en lisant la petite illustration ci-dessous (prise sur ce blog), vous pourrez apprendre le nom de toutes les parties de l’équipement.

porte jarretelle hockey

Jusque là, rien de bizarre me direz-vous. Certes, mais c’est la petite ligne rajoutée sous cette image qui m’a fait m’esclaffer :

Pour compléter la tenue, il faut ajouter le Maillot, les Bas et porte-jarretelles.

Oui, vous avez bien lu. Les gros balaises qui font du hockey mettent des bas et des porte-jarretelles !!! Je m’excuse par avance si des hockeyeurs font partie du lectorat mais quand même, ça surprend.

En bon blogueur, j’ai vérifié l’information et on peut acheter de bon porte-jarretelles sur ce site, la preuve :

porte jarretelle hockey

D’un coup, je suis content de faire du tennis moi …

Les lycées franciliens auront un Espace Numérique de Travail open source

Voilà une bonne nouvelle pour le logiciel libre.

La région Île-de-France a choisi pour l’ENT (Espace numérique de travail) des 471 lycées la technologie Open Source. « Il n’existait pas de solution nativement capable de supporter la volumétrie dont nous avions besoin (plus d’un million d’utilisateurs à terme) », a expliqué Nicolas Tissot, DSI de la région.

Je cite le site Démateriel

Cet ENT, baptisé Lilie (L’Interface Libre et Interactive de l’Enseignement), repose sur le logiciel Eliot développé par Fylab et dont le code source sera téléchargeable depuis le site de l’Adullact (Association des développeurs et des utilisateurs de logiciels libres pour l’administration et les collectivités territoriales). Il sera industrialisé et déployé par la SSII Logica, qui se chargera également d’animer la communauté des développeurs, l’hébergement étant pour sa part assuré par Prosodie.

Soixante lycées seront raccordés dès maintenant, les derniers à fin 2012, pour un coût total de 20 millions d’euros sur 6 ans. A ce stade, Lilie gère la mise en ligne du cahier de texte, la réservation de salles, l’annuaire des professeurs, des élèves et des parents. Il peut être complété d’applications tierces comme IndexEducation (gestion adminsitrative des élèves). Mais pour le partage de ressources pédagogiques et les fonctions collaboratives entre enseignants d’une même discipline, déjà disponibles sur les ENT basés sur SharePoint, il faudra attendre.
http://www.ent-eliot.com/portal/app/

Vraiment, c’est plaisant de voir que l’Etat et ses administrations s’intéressent de près à la technologie open source, pas seulement pour des problématiques de coût, mais aussi d’efficacité.

Via Demateriel

Une autre utilisation de l’iPad … encore

Faut pas croire que je m’acharne, non non, mais avec tout le tintamarre (ou devrais-je dire le ramdam) qui est fait autour de ce merveilleux nouveau produit d’Apple, certains trouvent des utilisations qui prouvent que l’on peut réfléchir « out of the box ».

Bon faut avouer faire un presse livre avec un Ipad, c’est jeter l’argent par les fenêtres … mais c’est drôle. Le monsieur penserait donc qu’un Ipad, ça ne sert à rien. Mais pourquoi en acheter un dans ce cas.

Vu sur Yanko Design.

PS: netgui pas taper, pas taper

PS2 : c’est le dernier billet sur l’Ipad, promis … jusqu’au prochain 🙂

Les tacos mexicain

Je l’avais annoncé il y a quelques semaines avec la recette de la mild chili sauce, voici comment confectionner un délicieux taco mexicain.

L’ingrédient le plus important dans cette recette de taco, c’est le fourrage à la viande de bœuf, le reste n’est que montage et imagination.

Ingrédients :

  • 500 g de bœuf haché
  • 1 oignon moyen haché
  • 2 gousses d’ail hachées
  • 1,5 c à c de poudre de piment
  • 1/2 c à c  d’origan séché
  • 1/2 c à c de paprika
  • 1/2 c à c de cumin moulu
  • 1/4 c à c de poivre moulu
  • 25 cl de mild chili sauce
  • 2 c à c de sauce worcestershire
  1. Faire revenir le boeuf avec les oignons et l’ail dans une poêle, jusqu’à ce que les oignons soient tendres. Saler.
  2. Ajouter les épices, bien mélanger.
  3. Faire revenir quelques minutes.
  4. Ajouter enfin la mild chili sauce et la worcestershire sauce.
  5. Bien remuer pour imprégner la viande des sauces.

Une fois que ce fourrage au boeuf est fait, le boulot est presque terminé. Acheter des tacos et réchauffez les.

Ensuite, il reste à les garnir avec les ingrédients suivants : du cheddar, du fromage blanc, des olives noires, des dés de tomates, de la coriandre, de la salade, du guacamole, une bonne petite sauce rouge, des haricots rouges ou mieux des refried beans, …

YouTube – Apple iPad Stress Test @ PCWorld

Une petite vidéo rapide du stresstest de l’Ipad par l’équipe de PC World.

Pour faire court, l’Ipad c’est très fragile et il n’aime pas se baigner. Donc ne le laissez surtout pas tomber et ne l’arrosez pas (sa résolution n’augmentera pas et il ne fera pas de petits de toute manière).

Je n’aime pas ce produit, mais j’ai l’impression que la chasse est ouverte, et d’une manière bien trop généralisée. Déjà hier, j’ai vu cette vidéo, d’un dingue qui passe un Ipad au blender !!!
J’ai l’impression que tous les produits de la pomme provoque ce genre de réaction un peu dingue. Des gens les achètent et les vénèrent et d’autres les achètent et les détruisent pour le plaisir. Bizarre.

Test de la Framakey Ubuntu-FR Remix de Framasoft – La partie Linux

Voici donc la deuxième partie du test de ma Framakey Ubuntu Remix, celle de la distribution Ubuntu-FR Remix en live USB. La première est ICI.

La première bonne surprise, c’est que la version d’Ubuntu qui est fournie avec la clé est la dernière en date (même si ce n’est plus pour longtemps), Ubuntu 9.10. Je pensais me retrouver avec la 9.04, c’est vraiment agréable.

Au démarrage de l’ordinateur hôte, il faudra connaitre le moyen de booter sur les ports USB car la clé ne prend pas la main de manière « automatique ». Il faudra taper frénétiquement sur les touches habituelles (ESC, F1, F2, F8, …) pour déclencher l’invite de démarrage de la clé.

Sur mon Eeepc 701, tout est reconnu par défaut, wifi, volume, luminosité, mise en veille, … tout ça sans rien faire. C’est très sympa, d’autant plus que ce n’est pas le cas sur mon eeebuntu habituel.

L’ordinateur est très réactif, ça fonctionne très bien pour du live USB. Une des meilleures versions que j’ai pu tester.

Les mises à jour (nombreuses) lors du premier démarrage se sont faites facilement. Il peut être utile de faire la MAJ puisque la clé dispose d’un espace disque persistant. Donc toutes les modifications qui sont faites sont gardées en mémoire pour le prochain redémarrage. Comme ça la version live a toujours les dernières versions de logiciels d’installées et on n’a pas peur de se retrouver avec des failles de sécurité dans tous les sens si on utilise longtemps cette clé. (cf. plus bas pour un gros bémol).

En fait, tout fonctionne de manière tout à fait habituelle par rapport à une installation classique sur disque dur. Je n’ai noté que quelques ralentissements de Firefox parfois, mais rien qui aille jusqu’à planter complètement le système.

L’installation de logiciel se fait facilement que ce soit en ligne de commande comme en passant par Synaptic. Ave des paquets deb, ça le fait aussi. J’ai même ajouté des PPA dans mon sources.list. comme une installation en dur quoi.

Le seul problème est que la clé est à mon goût vraiment trop juste au niveau taille pour qu’on puisse sereinement utiliser toutes ses fonctions windows et linux de manière optimale. En effet, en supprimant pas mal de programmes qui me sont inutiles dans mon utilisation de la Framakey, il ne me reste que 800 Mo en tout sur la clé. Ça encore, ça pourrait aller (encore que si on y met un divx, ça devient tendu). Mais le plus gênant, c’est la taille du disque persistant de la session Ubuntu qui n’a plus que dans les 300 Mo de libre. Je suis au final dans l’impossibilité de faire les mises à jour car il y en a pour plus de 350 Mo.

Alors en trainant sur la page de la Framakey dans l’onglet questions fréquentes, je me suis aperçu qu’ils déconseillent tout simplement de faire les MAJ et de désinstaller les programmes.

« La mise à jour complète du système Ubuntu n’est PAS recommandée sur les F.U.R. »

« … nous déconseillons de désinstaller des logiciels pour gagner de l’espace, car cela “masquera” le logiciel dans le menu, mais le logiciel sera toujours présent dans /casper/filesystem.squashfs. Désinstaller un logiciel peut même, paradoxalement, vous faire perdre de la place ! » (et effectivement je m’en suis rendu compte !!)

Si on veut vraiment, il y a toujours possibilité d’augmenter la taille du disque persistant (un fichier casper-rw). Là encore, le site de la Framakey contient la réponse, toujours dans l’onglet questions fréquentes. Je fais un méchant copier coller, ça me servira de pense bête. La manip est d’ailleurs faisable sous windows ou sous linux.

Comment redimensionner le disque permanent Ubuntu (casper-rw) ?

0. si nécessaire, faire un backup des des données de la clé (fichiers et dossiers personnels, que ce soit sous Ubuntu ou Windows)

1. si nécessaire, faire de la place sur la clé.
Il est possible de supprimer :

  • le dossier /Apps *à condition de laisser /Apps/PortableFirefox et /Apps/PortableThunderbird* (les profils sont partagés)
  • le dossier /Framakey (le gain de place est négligeable)
  • le contenu des sous dossiers /Data (le gain de place est négligeable)
  • le dossier /MacOSX

2. vérifier l’espace libre sur la clé (FAT32)

3. supprimer le fichier /casper-rw à la racine de la clé

4. recréer un casper-rw :
4.1 sous linux

  • installer si absent les utilitaires “dd” et “mkfs”
  • exécuter les commandes :

Code:
$ dd if=/dev/zero of=/chemin/vers/la/racine/delaclé/casper-rw bs=1M count=2000
$ mkfs.ext2 -F /chemin/vers/la/racine/delaclé/casper-rw

  • vérifier qu’on a bien un fichier casper-rw de 2000Mo à la racine de la clé (évidemment, 2000 peut être remplacé par la taille de votre choix)

4.2 sous Windows

  • aller dans le dossier caché de la clé /syslinux/win32/dd
  • éditer (avec notepad ou autre) le fichier casper-rw-make.bat
  • remplacer “count=800? par “count=2000? (ou autre valeur) et sauvegarder
  • double-cliquer sur casper-rw-make.bat
  • vérifier qu’on a bien un fichier casper-rw de 2000Mo à la racine de la clé

5. c’est fini, on peut rebooter sur la clé, et éventuellement remettre en place les fichiers sauvegardés à l’étape 0.

Pour conclure, je dirais que cette partie Ubuntu est vachement bien, aussi bien en fait qu’une installation en dur. C’est réactif, pratique, customisable. Le seul point noir, c’est cette histoire de ne pas faire les MAJ qui me chiffonne un peu.

En tous les cas, j’espère qu’une MAJ sera faite de la Framakey Ubuntu remix quand Lucid sortira. Ce serait vraiment top.

Le cornbread : un pain au maïs spécial

J’ai déjà posté une recette de pain au maïs sur le blog, mais ce pain-ci est américain. Il ne mériterait d’ailleurs pas vraiment le nom de pain, car il y a beaucoup plus que de la farine, de l’eau, de la levure et du sel dans la pâte.

C’est une recette que je tiens d’un livre de cuisine cajun et ça accompagne parfaitement un chili ou un jambalaya par exemple.

Ingrédients :

  • 160 g de farine de maïs
  • 160 g de farine de blé
  • 4 c à s de sucre
  • 1 paquet de levure chimique
  • 1 c à c de sel
  • 1 c à s d’origan
  • 1/2 c à c de sauge en poudre (optionnel)
  • 24 cl de lait
  • 2 œufs
  • 50 g de beurre fondu
  1. Préchauffer le four à 200°.
  2. Mélanger tous les ingrédients secs dans un saladier.
  3. Dans un autre, battre les œufs et ajouter le lait.
  4. Avec le beurre fondu, badigeonner les parois de votre moule s’il n’est pas en silicone et ajouter ce qui reste au mélange lait et oeufs. Mélanger.
  5. Ajouter les ingrédients secs aux ingrédients liquides en remuant doucement. Comme pour les pancakes, ne pas trop travailler la pâte. Il peut même rester quelques grumeaux.
  6. Verser la pâte dans le moule et enfourner.
  7. Laisser cuire 20 à 25 minutes jusqu’à ce que le pain prenne une belle couleur dorée. Vérifier la cuisson en piquant avec un couteau (attention  ne pas percer le moule !!).

cornbread

Ce pain se congèle très bien, et ça tombe bien car il y a peu de chance que vous le finissiez en une seule fois.

Amis guitaristes linuxiens réjouissez-vous : Guitar Pro 6 sera disponible sous Linux

Le logiciel Guitar Pro 6 d’Arobas Music, qui permet de jouer des tablatures sur son PC et son Mac va sortir le 5 avril prochain. Il semble que l’éditeur ai cette fois pensé au petit poucet de l’informatique, et prépare une version native pour Linux de cet excellent programme (le meilleur de son genre honnêtement).

Il était déjà possible d’installer la version précédente en bidouillant avec Wine ou en passant par PlayOnLinux.

Des captures d’écran prises sur Ubuntu Linux circulent déjà.

Vincent Bénony, le développeur en charge du programme explique : « Guitar Pro 6 va sortir nativement sous Linux (seule la Ubuntu est officiellement supportée pour l’instant), ainsi que sous MacOS X et Windows d’ici le 5 avril 2010. Pour l’instant, les informations sont proposées sur notre page Facebook. »

C’est quand même super qu’une société arrive à sortir ce genre de programme simultanément sur toutes les plateformes. Comme quoi, c’est possible. Merci Monsieur Arobas Music.

Si vous cherchez des testeurs sous Linux (ou même sous windows) et que vous voulez m’en faire parvenir une copie, ce sera avec un énorme plaisir !!! N’hésitez surtout pas.

Via Toolinux

La pub suite

En répondant aux commentaires de mon précédent billet sur la présence de la pub sur le blog, voilà ce que j’ai trouvé comme pub en dessous.

Bizarre non ? Pourquoi une publicité écrite en arabe se retrouve là ? Vous êtes nombreux du Maghreb ou comprenant l’arabe à me lire ? Est-ce que ça influe d’ailleurs sur l’affichage des pub ?

Pour le coup, je disais qu’ils étaient forts, là je pense qu’ils ont eu un coup de mou !! Ce ne sont pas tous les lecteurs qui vont comprendre le message 🙂