Archives par mot-clé : beurre

Le poulet façon Adrienne

Les recettes « façon Adrienne » sont extraites d’un magazine « vintage », dont la cuisinière se nommait … Adrienne (surprise, surprise). Mais en général, ces recettes du côté de la famille de ma chérie sont délicieuses et celle-ci est devenue ma favorite pour mon repas d’anniversaire.

Il y a un peu de boulot, mais rien d’insurmontable. C’est très vieille France comme recette, mais j’adore.

Ingrédients :
pour 6 personnes

  • 1 poulet fermier de 1,5 kg accompagné de son foie
  • sel, poivre
  • 2 feuilles de sauge
  • 1 branche de céleri
  • 1 poignée de gros sel
  • 1 pincée de poivre
  • 8 échalotes
  • 1 cuillerée à soupe de moutarde à l’ancienne
  • 100 g de beurre

Accompagnement

  • 500 g de macaronis
  • 8 tomates
  • 50 g de beurre
  • une poignée de feuilles de basilic
  • comté râpé à volonté
  1. Peler, épépiner et couper les tomates en dés.
  2. Dans une petite casserole, faire fondre 50 g de beurre et y ajouter les tomates. Saler, poivrer et laisser réduire jusqu’à ce que la sauce épaississe.
  3. Couper le poulet en morceaux. Réserver la carcasse que l’on cassera grossièrement en morceaux.
  4. Eplucher et hacher très fin les échalotes. Hacher également le foie du poulet et le mélanger aux échalotes.
  5. Dans une sauteuse, chauffer doucement un peu d’huile et y faire dorer les morceaux de poulet. Ajouter la carcasse, les ailes, le gésier. Ajouter la branche de céleri. Saler et poivrer.
  6. Au bout d’un quart d’heure de cuisson, enlever les morceaux de poulet de la sauteuse. Les déposer dans un plat allant au four et enfourner à 180°.
  7. Dans la sauteuse, ajouter 40 cl d’eau et la sauge. Couvrir et laisser réduire le jus durant au moins 30 minutes. Vous pouvez aussi ajouter un petit peu de vin blanc si vous en avez sous la main.
  8. Oter alors les morceaux de carcasse et les herbes. Passer le jus à la passoire fine. Le remettre sur le feu et amener à ébullition.
  9. Au bout de vingt minutes de cuisson du poulet au four, le recouvrir du hachis d’échalotes, couvrir le plat d’un papier d’aluminium et continuer la cuisson 20 minutes.
  10. Faire cuire les macaronis dans une grande casserole d’eau salée .
  11. Dans un plat allant au four y mettre les macaronis que l’on aura mélangés hors du feu à la sauce tomate et au basilic, recouvrir de gruyère . Enfourner et laisser gratiner jusqu’à ce que le dessus soit doré.
  12. Dans un bol, mélanger la moutarde et 50 g de beurre en pommade. Rajouter une louche de jus. Mélanger. Incorporer au jus de la casserole (il devrait vous en rester environ 30 cl).
  13. Verser la sauce sur le poulet.
  14. Servir aussitôt accompagné des pâtes.

Le butter chicken V3

Il y a déjà 2 recettes très différentes de butter chicken sur le blog, l’une par un irlandais et l’autre plus traditionnelle par Chetna. Celle ci se rapproche plus de celle que l’on trouverait dans un restaurant, mais passée au crible de l’Amérique.

En tous les cas, le résultat est vraiment délicieux et c’est notre préférée des trois.

Ingrédients :

Poulet et marinade :

  • 1 kilo de cuisses de poulet désossées et sans peau
  • 3 1/2 càc de sel
  • 3 gousses d’ail émincées
  • 2 càs de gingembre émincé
  • 1 1/2 càs de jus de citron
  • 1 cuillère à café de fenugrec (ou de garam masala si vous ne le trouvez pas)
  • 3/4 cuillères à café de poudre de chili kashmiri (à adapter en fonction de votre amour du piment, sachant que normalement le butter chicken n’est pas très épicé)
  • 200 g de yaourt grec
  1. Mélanger le poulet avec les ingrédients ci-dessus, en frottant la marinade sur toute la surface pour couvrir le poulet. Couvrir et réfrigérer pendant au moins 30 minutes pour faire mariner.
  2. Préchauffer le four à 230°C. Recouvrir une plaque à pâtisserie de papier d’aluminium et y déposer le poulet. Enfourner et faire cuire pendant environ 15 minutes.
  3. Placer la plaque sous le grill du four (à 220° C dans mon cas) et faire griller jusqu’à ce que les bords commencent à être croustillants. Retourner chaque morceau de poulet sur l’autre face et remettre sous le grill jusqu’à ce que la deuxième face commence à prendre de la couleur également.
  4. Laisser reposer avant de couper en morceaux d’environ 3 cm.

Sauce :

  • 4 càs d’huile d’olive
  • 1 oignon moyen coupé en petits dés
  • une grosse pincée de sel
  • 2 càs de gingembre émincé
  • 3 gousses d’ail émincées
  • 2,5 càs de garam masala
  • 2,5 càs de curcuma
  • 2,5 càs de cumin
  • 2,5 càs de coriandre
  • 1 càc de poudre de chili du Cachemire (au goût de chacun)
  • 1 3/4 càs de sel
  • 160 g de concentré de tomate (1 petite boîte)
  • 40 cl d’eau
  • 2 càc de sucre
  • 200 g de crème épaisse
  • 3 càs de beurre non salé
  1. Préchauffer une casserole à feu moyen. Ajouter l’huile, l’oignon et le sel. Remuer et laisser suer pendant 6 minutes.
  2. Ajouter le gingembre et l’ail. Remuer et laisser cuire pendant environ une minute.
  3. Ajouter les épices et laisser cuire pendant une à deux minutes jusqu’à ce qu’elles soient parfumées.
  4. Ajouter la pâte de tomates, remuer et laisser revenir pendant environ une minute.
  5. Incorporer l’eau jusqu’à ce que la pâte se dissolve et que le mélange se mette à frémir.
  6. Couvrir, réduire le feu et laisser mijoter pendant 20 minutes.
  7. Une fois la sauce cuite, ajouter le sucre et la crème et le beurre et mélanger.
  8. Réduire en une sauce lisse avec un mixeur plongeant, si vous le désirez. Ce n’est pas obligatoire, mais c’est plus joli et agréable en bouche.
  9. Incorporer le poulet en morceaux à la sauce et mélanger jusqu’à ce que tous les morceaux en soient recouverts.
  10. Servir avec un riz blanc, ou avec un riz épicé.

Le butter chicken de Donal Skehan

Encore une bonne recette de Donal Skehan (pas le canard de Disney), le cuisinier irlandais ex Boys Band. Plaisanterie mises à part, ses recettes sont en général très bonnes et pas très compliquées.

Je n’irai pas dire comme lui que celle-ci peut être faite un soir de semaine, car elle prend un peu de temps et il y a de la préparation, même si il n’y a rien d’insurmontable techniquement.

Le résultat n’est pas exactement le même que dans un restaurant indien, c’est plus complexe en épices et moins doux, moins crémeux. Mais délicieux malgré tout.

Ingrédients :

Pour la marinade :

  • 500 g de haut de cuisse de poulet
  • 150 g de yaourt nature
  • 1 morceau de gingembre de 3 ou 4 cm râpé
  • 3 gousses d’ail râpées
  • 1 càs de garam masala
  • 1 càc de cumin
  • 2 càc de coriandre en poudre
  • sel et poivre

Pour la sauce :

  • 50 g de beurre
  • 2 càs d’huile neutre
  • 1 oignon, finement haché
  • 4 gousses de cardamome
  • 5 gousses d’ail hachées finement
  • 1 morceau de gingembre de 3 ou 4 cm râpé
  • 1 piment vert haché (optionnel)
  • 1 càs de garam masala
  • 1 càc de cumin
  • 1 càc de coriandre en poudre
  • 1 càc de paprika (ou de piment kashmiri si vous avez la chance d’en trouver)
  • 2 càs de concentré de tomate
  • 20 cl de crème liquide
  1. Mettre tous les ingrédients de la marinade dans un saladier ou un sac Ziplok, ajouter le poulet et mélanger pour qu’il soit complètement recouvert. Couvrir et laisser mariner au moins deux heures ou encore mieux, toute la nuit.
  2. Faire chauffer une cocotte ou une casserole à fond épais sur feu moyen et faire revenir le poulet par batch dans 25 g de beurre et 2 cuillères à soupe d’huile. Il doit être bien doré. Réserver la viande. Attention, la limite entre poulet doré et fond de cocotte brûlé est mince.
  3. Pour la sauce, faire revenir la cardamome et l’oignon pendant 4 minutes jusqu’à ce qu’il soit tendre et prenne une belle couleur dorée. Ajouter alors l’ail, le gingembre et le piment si vous en utilisez et continuer à faire revenir 2 minutes.
  4. Ajouter le garam masala, le cumin, la coriandre moulue, le paprika et le concentré de tomate.
  5. Ajouter le reste du beurre quand le concentré de tomate est bien foncé et la crème liquide petit à petit pour éviter que ça se sépare.
  6. Amener à frémissement et remettre la viande dans la cocotte.
  7. Baisser le feu et laisser mijoter à feu doux jusqu’à ce que le poulet soit cuit.
  8. Rectifier l’assaisonnement et servir avec un bon riz basmati.

Le gâteau au chocolat minute au micro ondes

Une envie de gâteau au chocolat et pas plus de 15 minutes devant vous ? Cette recette est faite pour vous satisfaire !

Désolé, cette photo est moche, mais nous avions déjà massacré ce pauvre gâteau quand j’ai pensé à immortaliser le moment.

Trop tard pour la photo, tu as été mangé petit gâteau

Ingrédients :

  • 3/4 cup – 140 g de farine
  • 1/2 cup – 100 g de sucre
  • 1/2 cup – 30 g de cacao
  • 2 càc de levure chimique
  • 1/4 càc de sel
  • 2 gros jaunes d’œufs
  • 6 càs – 90 g de beurre fondu
  • 2 càc d’extrait de vanille
  • 1/2 cup – 90 g de pépites de chocolat
  • 1 cup – 25 cl d’eau tiède
  1. Mélanger la farine, le cacao, le de sucre, la levure et le sel dans un saladier.
  2. Ajouter les jaunes d’œuf, le beurre fondu mais refroidi (pour ne pas cuire les jaunes), la vanille, l’eau et les pépites de chocolats. Mélanger jusqu’à obtenir une pâte à peu près homogène.
  3. Mettre la pâte dans le moule (pouvant passer au micro ondes) et cuire au micro ondes pendant 7 minutes sur la plus haute puissance. Le gâteau doit être cuit sur les bords et toujours un peu fondant un milieu. Ajuster la cuisson en fonction de vos goûts.
  4. Mettre à tiédir et servir encore un peu chaud, idéalement avec une boule de glace.

Via Serious Eats

Le pain de mie

Deux belles tranches de pain maison le matin, il n’y a rien de meilleur

J’en ai eu marre d’avoir des pains qui ne ressemblent pas à de l’industriel, alors j’ai craqué et je me suis acheté un moule à pain de mie avec couvercle sur Amazon.

D’ailleurs, je recommande vraiment cet article, il est vraiment top, le revêtement est bien, il est épais, chauffe bien, le couvercle coulisse impeccablement, bref de la très bonne qualité.

Il me fallait donc une bonne recette de pain de mie pour le tester et quoi de mieux que le pain du roi Arthur, une des marques de farine les plus anciennes outre Atlantique. Ils savent de quoi ils parlent. Et quand ne plus, c’est Sandra du Pétrin qui la recommande, j’y vais les yeux fermés.

Ingrédients :

  • 600 g de farine T65
  • 1 sachet de briochin
  • 10 g de sel
  • 25 cl de lait tiède
  • 10 cl d’eau tiède
  • 30 g de miel
  • 30 g de beurre mou
  1. Mélanger tous les ingrédients secs dans la cuve de votre robot ou dans un saladier.
  2. Ajouter les autres ingrédients sauf le beurre et mélanger jusqu’à ce qu’une pâte homogène se forme.
  3. Ajouter alors le beurre en 2 ou 3 fois en continuant de travailler la pâte.
  4. Pétrir ensuite pendant 10 minutes pour former le gluten.
  5. Laisser reposer pendant une heure jusqu’à ce que la pâte double de volume.
  6. Façonner un petit bâtard que vous allez mettre dans votre moule.
  7. Laisser pousser le pain une deuxième fois pendant 20 à 30 minutes.
  8. Pendant ce temps, faire chauffer votre four à 180°.
  9. Mettre votre pain à cuire pendant 30 minutes.
  10. Il doit être doré et doit sonner creux. Laisser refroidir sur une grille.

Via Le Pétrin : Le Pain Sandwich du Roi Arthur

Les Pão de Queijo brésiliens (pains au fromage sans gluten)

Je crois que je n’avais jamais essayé de recette brésilienne. C’est chose faite avec ces petits pains au fromage sans gluten à base de fécule de tapioca. Ils sont délicieux mais très nourrissants.

Je vous conseille d’en faire 12 ou 16 avec ces proportions car la moitié des convives n’a pas réussi à finir un pain entier avec le plat.

Ingrédients :

  • 190 ml de lait entier
  • 125 ml d’huile végétale
  • 25 g de beurre
  • 340 g de fécule de tapioca
  • 2 càc de sel
  • 1/2 de càc de levure chimique
  • 2 gros œufs
  • 100 g de parmesan râpé
  • 50 g de pecorino râpé
  • Faire fondre dans un casserole le beurre dans le mélange de lait et d’huile.
  • Lorsque le liquide est à ébullition, l’ajouter dans un robot avec le tapioca, le sel et la levure. Faire tourner le robot pendant quelques minutes.
  • Ajouter ensuite les deux œufs et faire tourner le robot pendant 7 à 8 minutes. Au final la pâte doit être très lisse et ressembler à un glaçage.
Avant le fromage, une consistance de frosting
  • Mettre l’appareil au frigo pendant 2 heures pour qu’il prenne une consistance plus facile à travailler.

Une fois que le fromage est ajouté, le mélange est plus granuleux. Il doit reposer au moins deux heures pour pouvoir être manipulé.
  • Faire chauffer le four à 230 °.
  • Façonner 8 boules pour de gros pains qui pourront accompagner un repas par exemple. Je vous conseille malgré tout de les faire plus petits car c’est très nourrissant. Mouillez-vous les mains pour le façonnage, ça facilite grandement les choses.
  • Dorer avec un oeuf dilué avec un peu d’eau.
  • Mettre au four pour 20 minutes environ et baisser la température à 190°. Les pains doivent avoir une belle couleur dorée et être craquelés.
  • Laisser tiédir et déguster.
Pas de gluten, mais une mie aérée malgré tout
Une jolie fournée, qui peut nourrir au moins 10 personnes 🙂

Via : America’s Test Kitchen

Les cookies de Bernard aux noisettes

Je suis toujours à la recherche de recettes de cookies, c’est plus fort que moi. Je pense avoir trouvé LA recette en ce qui concerne le cookie aux pépites de chocolat, mais quand j’ai vu cette recette chez Bernard avec des noisettes, il a fallu que je l’essaie.

Bonne pioche, ce sont d’excellents cookies. J’ai un peu adapté la recette en diminuant le sucre et torréfiant les noisettes.

Elle est extrêmement facile à réaliser, si ce n’est la contrainte de peser l’œuf. Je n’ai pas essayé, mais je pense qu’en doublant les proportions, on doit arriver à un oeuf entier 😉

Recette pour une douzaine de cookies:

Ingrédients :

  • 75 g de cassonade
  • 35 g de sucre semoule
  • 105 g de beurre
  • 4 bonnes pincées de sel
  • 1/2 cuillerée à café d’extrait de vanille
  • 25 g d’œuf
  • 150 g de farine
  • 1/3 de cuillerée à café de levure chimique
  • 60 g de pépites de chocolat
  • 40 g de noisettes (si possible torréfiées) hachées grossièrement
  1. Mélanger les sucres, le beurre, le sel et la vanille jusqu’à obtenir une consistance crémeuse.
  2. Ajouter l’œuf préalablement pesé. 
  3. Quand le mélange est homogène, verser la farine et la levure.
  4. Une fois la pâte formée, ajouter le chocolat et les noisettes.
  5. Enrouler la pâte en un boudin de 6 cm de diamètre dans un film plastique.
  6. Laisser reposer au frais le temps que la pâte soit un peu plus dure, 15 minutes devrait suffire. Faire ensuite des boules de pâte de 4 cm environ.
  7. Faire cuire sur une plaque entre 16 minutes à 180°C. Commencez à regarder la couleur des biscuits à partir d’une douzaine de minutes, car en fonction du four, le temps de cuisson peut varier. Laissez-les ensuite refroidir sur grille.

Via lacuisinedebernard.com

Les meilleurs brownies du monde

Les meilleurs … rien que ça. Sérieusement, ils sont vraiment excellents, la meilleure recette que j’ai essayée jusqu’à maintenant.

Ingrédients :

  • 275 g de beurre
  • 225 g de chocolat noir en morceaux
  • ¾ cup de cacao en poudre
  • 1 càs de poudre d’expresso soluble
  • 2 cups de sucre blanc
  • ½ cup de cassonade
  • 2 càc d’extrait de vanille
  • 2 càc de sel
  • 6 oeufs
  • 1 cup de farine
  1. Préchauffer le four à 180° C.
  2. Mettre du papier cuisson dans un moule ou plat de 22 x 30 cm. Laisser le papier déborder de 2 côtés pour faciliter le démoulage.
  3. Mélanger le chocolat coupé avec ¼ de cup de cacao en poudre et l’expresso en poudre dans un récipient résistant à la chaleur (ou un saladier) et réserver.
  4. Mettre le beurre dans une petite casserole et le faire fondre à feu moyen jusqu’à obtention d’un légère ébullition. Verser immédiatement le beurre sur le chocolat et laisser reposer 2 à 3 minutes. Fouetter alors pour obtenir un mélange homogène et un chocolat complètement fondu. Réserver.
  5. Mélanger dans un saladier le sucre blanc, la cassonade, l’extrait de vanille, le sel et les œufs. Battre vigoureusement avec un fouet environ 10 minutes, jusqu’à obtention d’un mélange mousseux.
  6. En continuant de battre, ajouter le mélange beurre chocolat (légèrement refroidi) et mélanger jusqu’à obtention d’un pâte lisse.
  7. Passer à la passoire la farine et le reste du cacao (1/2 cup) et utiliser une spatule pour le mélanger dans la pâte.
  8. Verser la pâte dans le moule. Faire cuire pendant 20 minutes.
  9. Sortir le moule et le claquer 2 fois sur le plan de travail. Je sais c’est bizarre mais il est plus régulier comme ça au final …
  10. Remettre au four 20 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure dent ressorte presque impeccable. Dans l’idéal ce brownie se mange pas trop cuit.
  11. Faire tiédir puis passer sur une grille pour terminer le refroidissement.

Via : The Best Brownies Of Your Life

Le poulet au saté

Voici une simple et délicieuse recette de poulet au saté extraite d’un livre que je n’avais pas ressorti depuis fort longtemps (et c’est bien dommage), Cuisiner au wok par Kem Hom. Je vous le conseille.

poulet au saté 01

Ingrédients :

  • 500 g de poulet sans peau
  • 2 càs d’huile d’arachide

Marinade :

  • 3 càs de sauce de soja légère
  • 1 càs de vin de riz
  • 2 càc de maizena
  • sel et poivre

Sauce :

  • 3 càs de beurre de cacahuète lisse
  • 1 càs d’ail haché
  • 2 càs de vinaigre de vin de riz
  • 2 càs de sauce soja légère
  • 2 càc d’eau chaude
  • 2 càc de sucre
  • sel et poivre

Garniture :

  • 1 petit oignon émincé finement
  1. Couper le poulet en dés de 2,5 cm.
  2. Dans un saladier, ajouter les ingrédients de la marinade (en commençant par la maizena) et bien mélanger. Ajouter le poulet et le couvrir de la marinade. Laisser au moins 20 minutes à température ambiante.
  3. Pendant ce temps, mettre tous les ingrédients de la sauce dans une moulinette ou un robot et mixer jusqu’à obtenir une pâte bien lisse et assez liquide.
  4. Une fois le poulet mariné, l’égoutter.
  5. Faire chauffer l’huile dans un wok (ou une poêle) jusqu’à ce qu’elle soit fumante. Verser le poulet (attention aux éclaboussures) et laisser cuire environ 5 minutes, jusqu’à ce que les morceaux soient dorés.
  6. Ajouter alors la sauce et laisser cuire encore 5 minutes en remuant fréquemment.
  7. Pendant ce temps, si le goût des oignons crus vous incommode, vous pouvez les recouvrir pendant 30 s / 1 mn avec de l’eau bouillante. Cela enlèvera le côté agressif de l’oignon.
  8. Servir immédiatement accompagné d’un riz blanc et des oignons.

poulet au saté 02

La pâte brisée

Je m’aperçois que je n’ai jamais posté ici la recette de ma pâte brisée, qui pourtant est une des recettes les plus basiques et une des premières que j’ai apprise (en EMT en 3ème, oui je suis un vieux con), alors que j’avais posté la pâte sablée.

On peut faire de tout avec cette pâte, aussi bien du sucré que du salé, la preuve :

Ingrédients :

  • 250 g de beurre froid
  • 500 g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 1 verre d’eau froide
  1. Couper le beurre en carrés d’un centimètre de côté.
  2. Les mettre dans un saladier avec la farine et le sel. Travailler rapidement du bout des doigts jusqu’à obtenir un sable assez fin. Personnellement, je fais ça dans mon robot, mais je l’ai fait des années à la main, ça fonctionne aussi, c’est juste un peu plus long.
  3. Ajouter la moitié de l’eau, puis le reste petit à petit jusqu’à ce qu’une boule se forme. C’est tout le secret de la pâte brisée, il ne faut pas qu’elle soit trop sèche, mais surtout pas trop mouillée non plus. Ça dépend pas mal de la farine utilisée. Il faut le sentir sous les doigts. Quoi qu’il en soit, il ne faut surtout pas la travailler trop longtemps, sinon le beurre va se réchauffer et commencer à fondre. Il faut donc aller assez vite.
  4. Couper le pâton en 3 parts égales, que vous pouvez utiliser après les avoir fait reposer au moins une demie heure au frigo.

Comme je ne mange pas de tarte plusieurs fois par semaine, j’en congèle en général 2 pâtons. Il suffit de sortir la pâte quelques heures avant de s’en servir pour qu’elle soit comme il faut pour pouvoir l’étaler.

Les petits sablés au beurre

Pour des petits gâteaux pour le thé ou le quatre heures des enfants, j’ai trouvé une très bonne recette de sablés qui, en plus d’être excellente, est très facile et ne demande que des ingrédient de base.

Sablés au beurre 03

Il faut juste faire reposer un peu la pâte pour qu’elle puisse se travailler plus sereinement avec le rouleau et les emporte-pièces.

Ingrédients :

  • 1 oeuf
  • 1 pincée de sel
  • 120 g de sucre
  • quelques gouttes d’extrait de vanille
  • 250 g de farine
  • 125 g de beurre
  1. Casser l’œuf dans un saladier sur le sel, le sucre et l’extrait de vanille.
  2. Fouetter énergiquement jusqu’à ce que le mélange blanchisse.
  3. Incorporer la farine, puis mélanger avec les doigts pour obtenir un sable.
  4. Ajouter le beurre à température ambiante (mais pas pommade) et pétrir rapidement pour incorporer le beurre et obtenir une pâte bien homogène.
  5. Laisser reposer la pâte au réfrigérateur durant un quart d’heure.
  6. Étaler la pâte sur 3 millimètres d’épaisseur et découper au couteau ou à l’emporte-pièces.
    Sablés au beurre 01
    Sablés au beurre 02
  7. Disposer sur une tôle recouverte de papier sulfurisé ou d’une feuille de silicone et mettre à four moyen 180° durant 12 mn. Les bords doivent tout juste commencer à dorer. Attention  à bien les avoir à l’oeil car ça bascule vite de pas assez cuit à trop cuit.
  8. Faire refroidir sur grille quelques minutes et essayer d’en attraper un au milieu de la mêlée 🙂

Bien sûr, vous pouvez les aromatiser avec ce que vous voulez (un poil d’alcool, du zeste d’agrume, des pépites de chocolat (testé et très bon)), les faire plus épais (le temps de cuisson en sera modifié). C’est une bonne base pour expérimenter.

Sablés au beurre 04

via Marmiton

Les baguettes viennoises

Ça faisait un bon moment que je n’avais pas boulangé et j’ai eu soudain une furieuse envie de baguette viennoise. C’est toujours un truc qui fait envie dans les boulangeries, mais on est déçu dans 90% des cas (comme souvent maintenant je dois dire). Là en revanche, la première tentative a été la bonne. Les baguettes obtenues sont bonnes, belles et moelleuses, un sans faute. Merci Marmiton.

Ce sera un régal pour le petit déjeuner ou si on s’y prend à l’avance pour un bon goûter.

baguette viennoise 01

Ingrédients :

  • 500 g de farine
  • 8 g de sel
  • 40 g de sucre
  • 1 sachet de levure de boulangerie sèche
  • 250 g de lait
  • 80 g d’eau
  • 100 g de beurre ramolli
  1. Mélanger le lait et l’eau. Les mettre à tiédir au micro onde.
  2. Délayer la levure dans un petit peu de ce mélange et laisser reposer 5 minutes.
  3. Dans le bol du robot ou la cuve de la machine à pain, mélanger les ingrédients secs : farine, sel et sucre.
  4. Ajouter les liquides : eau + lait et levure délayée. Battre jusqu’à obtenir une pâte souple et lisse.
  5. Ajouter alors le beurre ramolli en cubes et continuer à pétrir jusqu’à ce qu’il soit incorporé complètement. La pâte sera très molle, pas de panique, c’est normal.
  6. Laisser reposer dans un endroit tiède pour que la pâte double au moins de volume, environ une heure.
  7. Déposer ensuite la pâte sur un plan de travail farine et diviser en 4 pâtons de taille égale.
  8. Façonner en baguette et mettre dans un moule à baguette (ce truc, ça change la vie quand on fait des baguettes souvent. Finies les baguette raplapla).
  9. Laisser reposer 30 minutes pour qu’elles regonflent.
  10. Faire préchauffer le four à 200°.
  11. Les taillader sauvagement pour leur faire les entailles et les badigeonner de lait à l’aide d’un pinceau.
  12. Mettre au four et laisser cuire pendant 17 minutes à 200°.
  13. Les sortir et les mettre sur grille et tenter de résister à les tartiner de confiture.

baguette viennoise 02
baguette viennoise 03

La galette des rois

Ok, je suis en retard. Ok ce n’est pas original, mais c’est la tradition et un grand classique. Pas de début d’année sans galette, ou devrais-je dire galettes. Qui au bureau, qui à ses activités extra professionnelles, à la maison, en famille. Le tout arrosé d’un bon petit coup de cidre. Rien de tel. On risque l’overdose mais bon, ce n’est pas grave. Ce n’est qu’une fois dans l’année après tout.

Avec les proportions de la recette, on fait une belle galette de 30 cm de diamètre (le diamètre de la pâte feuilletée) avec 1 cm de garniture. En fonction de votre gourmandise, adaptez les quantités.

Galette des rois 03

Ingrédients :

  • deux pâtes feuilletées pur beurre
  • 200 g de poudre d’amande
  • 100 g de poudre de noisette
  • 200 g de sucre en poudre
  • 150 g de beurre mou
  • 2 œufs + 1 pour la dorure
  • 1 c à c d’extrait d’amande amère
  • 1 c à c d’extrait de vanille
  • une fève
  1. Préchauffer le four à 180°.
  2. Mélanger dans un saladier ou au robot les poudres d’amande et de noisette, le sucre, la vanille, l’amande amère, les œufs et le beurre mou jusqu’à obtenir une garniture homogène.
  3. Étaler la pâte si vous l’avez acheté en bloc. La placer sur un papier sulfurisé.
  4. Répartir la crème d’amande sur la pâte jusqu’à 1 cm des bords. Disposer la fève.
  5. Recouvrir avec la seconde pâte feuilletée (étalée).
  6. Souder les bords et décorer. La tradition est de dessiner des traits sur la surface de la galette. On fait ça facilement à l’aide d’un simple fourchette. Éventuellement faire une petite cheminée pour éviter que la galette ne ressemble à une coupole à la fin de la cuisson.
  7. Dorer avec l’œuf battu.
  8. Enfourner pour environ 30 minutes, il faut que la galette soit bien dorée.
  9. Faire tiédir sur grille si possible.

Et attention à ne pas se casser les dents sur la fève 😉

Galette des rois 02

Les brownies au chocolat

A partir de cette semaine et pendant tout le mois de juin, chaque lundi je vais vous présenter une recette de douceur américaine. Car s’il y a bien un truc pour lequel ce pays est renommé (mis à part le chili, les hamburgers et les hot dogs) c’est bien les dessert et les en cas sucrés.

Pour lancer cette série, nous allons commencer par LE grand classique : le brownie. Le brownie a tout pour lui, il est rempli de chocolat, fondant, bien gras (à moins que ça ne soit pas un avantage ça …). Un dessert délicieux quoi.

Vous pouvez choisir de mettre ou pas des noix, normalement il y en a, mais comme je n’aime pas ça … Maintenant, rien ne vous empêche de remplacer les noix par des noix de pécan, des noisettes, des amandes, ou des macadamia, … que sais-je.

Ingrédients :

  • 200 g de beurre
  • 200 g de chocolat noir
  • 200 g de sucre
  • 4 œufs
  • 100 g de farine
  • sel
  • 1 c à c d’extrait de vanille
  • 130 g de cerneaux de noix (facultatif)
  1. Allumer le four thermostat 5 (150 °)
  2. Faire fondre le chocolat. Ma préférence va au bain-marie car on est sûr de pas se rater et en plus, faire fondre le beurre est beaucoup plus facile.
  3. Faire fondre le beurre petit à petit dans le chocolat. La sauce doit être homogène et lisse. Laisser tiédir.
  4. Dans un saladier, fouetter les œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse et mousse. Incorporer l’extrait de vanille et mélanger.
  5. Ajouter la sauce au chocolat. Bien mélanger.
  6. Verser la farine et le sel en pluie petit à petit. De nouveau bien mélanger pour obtenir une pâte bien homogène.
  7. Ajouter les cerneaux de noix si vous le désirez.
  8. Verser l’appareil dans un moule bien beurré (ou en silicone) pour obtenir une hauteur d’environ 3 cm.
  9. Enfourner et faire cuire 20 à 25 minutes.

Le brownie, comme tous les gâteaux fondants supporte mieux une sous cuisson qu’une sur cuisson, donc faites très attention à ne pas l’oublier dans le four.

Vous pouvez le servir tout seul ou encore mieux avec une bonne glace vanille.

Le fondant aux pommes

Voilà un gâteau que je réalise depuis fort longtemps, il est étonnant qu’il soit passé entre les mailles du filet des recettes du blog. Comme son nom l’indique ce gâteau est très moelleux, ce qui est je trouve assez rare dans le cas d’un gâteau aux fruits. On peut bien entendu remplacer les pommes par des poires ou même des pêches si l’on veut, le résultat sera toujours aussi délicieux.
La recette de base vient de l’une de mes bibles de la pâtisserie, Le Grand Livre de la pâtisserie et des desserts. C’est le premier livre que je sors quand je recherche une recette de dessert. J’ai très rarement été déçu.

Ingrédients :

  • 125 g de beurre
  • 1 sachet de sucre vanillé (ou de l’extrait de vanille)
  • 125 g de sucre en poudre
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 200 g de farine
  • 3 œufs
  • 7 cl de lait
  • 600 g de pommes (3 ou 4 en fonction de leur taille)
  1. Sortir le beurre en avance pour qu’il soit à température ambiante, ou méthode bourrin, le mettre un petit peu au micro onde pour le ramollir.
  2. Préchauffer le four à 200°.
  3. Fouetter le beurre avec le sucre et le sucre vanillé si vous l’utilisez. La préparation doit devenir onctueuse et le sucre doit totalement disparaître.
  4. Incorporer ensuite les œufs un par un, tout en continuant à fouetter. Enfin mettre le lait. La pâte devient bizarre, pas de panique, c’est normal.

    P1040395

    P1040398

  5. Ajouter en pluie la farine additionnée de levure et miracle, la pâte reprend un aspect plus classique.

    P1040402

  6. Éplucher les pommes et les détailler en quartiers assez grossiers (j’aime sentir la pommes sous la dent) ou plus fins si vous êtes plus raffinés. En garder 8 ou 12 belles tranches pour la décoration.
  7. Mélanger les pommes à la pâte et verser le tout  dans un moule à manqué.

    P1040410

  8. Enfourner pour 40 minutes. Attention à ne pas le laisser trop cuire, il faut que ça reste bien fondant (comme son nom l’indique), donc vérifier la cuisson à l’aide d’un couteau à partir de 35 minutes.
  9. Une fois cuit, laisser reposer 10 minutes puis démouler et faire refroidir sur grille.

P1040412

P1040414

Dans l’idéal, il faudrait le napper avec un mélange de confiture d’abricot et d’un peu d’eau, mais il se suffit bien à lui même tel quel.

La tarte aux oignons

Aujourd’hui, un classique de la cuisine française, la tarte à l’oignon. Finalement, c’est un genre de soupe à l’oignon dans une tarte 🙂

Comme tous les classiques (bourguignon, blanquette, pot au feu, quiche lorraine, …), chaque cuisinier a sa recette. Dans la mienne, j’ai voulu rester simple et efficace, donc c’est juste des oignons et c’est tout. On pourrait rajouter un peu de lard par exemple, mais je voulais rester fidèle à la tradition.

Ingrédients :

  • 6 ou 7 beaux oignons
  • 20 cl de crème épaisse
  • 2 œufs
  • 30 g de beurre
  • 1 pâte feuilletée
  • sel et poivre
  1. Éplucher puis couper les oignons très finement. J’utilise une mandoline pour faire ça, mais au couteau ce sera aussi bien (mais un peu plus long).
  2. Dans une poêle, faire fondre le beurre et y ajouter les oignons émincés. Les faire revenir à feu doux pendant 15 à 20 minutes, jusqu’à ce qu’ils soient bien tendre mais pas colorés. Assaisonner de sel et poivre.
  3. Pendant ce temps, garnir un moule à tarte d’une pâte feuilletée et mettre le four à chauffer à 180°.
  4. Dans un saladier, mélanger les œufs entiers avec la crème fraîche. Saler et poivrer.
  5. Une fois les oignons cuits, les laisser tiédir un peu et les ajouter au mélange crème et œufs.
  6. Verser dans le moule et enfourner.
  7. Laisser cuire une trentaine de minutes, jusqu’à ce que le dessus soit bien doré et que la pâte soit bien cuite.

    P1040342

  8. Servir avec une bonne salade verte.

P1040344

Une brioche très moelleuse et délicieuse

J’ai déjà présenté dans ces murs une recette de brioche, qui est bonne, mais qui à mon goût est trop tassée. Pour moi, une bonne brioche se doit d’être aérée et moelleuse, elle doit boire la confiture qu’on étale généreusement sur ses tranches. Genre brioche vendéenne quoi. Bref, ce n’était pas tout à fait le cas de la précédente que j’avais publié, donc je me suis mis en chasse d’une nouvelle recette. Je l’ai trouvée rapidement (sur le blog Je dis M), le tout étant de trouver le temps de la tester, car la brioche, mine de rien, ça ne se fait pas d’un claquement de doigts. Il faut sortir le beurre en avance, pétrir, ça lève, plusieurs fois, il faut patienter. Donc j’ai adapté un peu la recette et le résultat est plus proche de mes espérance, même si ce n’est pas encore tout à fait ça (la faute sans doute à mon impatience).

Ingrédients :

  • 335 g de farine
  • 1 sachet de levure boulangère ou 10 g de levure fraiche
  • 3 œufs
  • 50 g de lait
  • 40 g de sucre
  • 100 g de beurre (à sortir 2 ou 3 heures à l’avance)
  • 5 g de sel
  1. Faire tiédir le lait (de manière générale quand je fais des pâtes levées, je fais toujours tiédir le liquide de manière à activer la levure plus rapidement).
  2. Dissoudre la levure dans un peu de liquide et attendre quelques minutes (10 ou 15, qu’elle commence à mousser).
  3. Mélanger les éléments secs, farine, sucre et sel. Creuser un puit au centre.
  4. Battre les 3 œufs ensemble.
  5. Ajouter les liquides (lait + œufs battus) au mélange sec.
  6. Commencer à pétrir, d’abord doucement pour incorporer correctement toute la farine et obtenir une pâte homogène. Accélérer en suite et laisser tourner le robot (si vous en avez un, sinon, à la main) pendant 5 ou 10 minutes.
  7. A ce stade, la pâte doit être bien lisse. Ajouter alors le beurre coupé en morceaux petit à petit. La pâte va devenir plus molle au début mais lorsque tout le beurre est incorporé, elle va être beaucoup plus élastique et encore plus lisse et brillante qu’avant. Ne pas hésiter à corner de temps en temps pour ramener la pâte en boule pour que tout l’appareil profite de l’apport de beurre.
  8. Laisser ensuite lever dans un endroit si possible assez chaud (pas trop quand même pour ne pas tuer la levure) et à l’abri des courants d’air, pendant au moins une heure ou deux. Rabattre la pâte plusieurs fois pendant cette levée.
  9. Une fois la levée terminée, normalement la pâte doit passer une nuit au frigo pour lever lentement. J’ai passé cette étape pour tout mettre dans mon moule.
  10. Une fois la brioche dans son moule ou façonnée (tresse ou boules par exemple), la laisser encore lever une dernière fois. Le temps va dépendre de la forme que vous lui avez donnée. Entre 15 minutes et une heure je dirais.
  11. Préchauffer le four à 190 °.
  12. Avant d’enfourner, dorer la brioche avec du lait ou un œuf battu. Ne pas le faire trop en avance, car ça a tendance à faire retomber la pâte.
  13. Enfourner pendant 30 minutes si votre brioche est moulée. Elle doit être bien dorée et sonner creux en dessous, comme un pain. Si elle n’est pas assez cuite mais qu’elle brunit trop, n’hésitez pas à la couvrir avec un papier aluminium pour le temps restant.
  14. Démouler et laisser refroidir sur grille, enfin si vous arrivez à vous retenir d’entailler de grosses tranches tièdes.

Brioche 02

Via le blog Je dis M (que je vous conseille chaudement de suivre).

Le fondant au chocolat

Grand classique des cartes des desserts des restaurants, le fondant au chocolat est tout sauf compliqué à faire. D’ailleurs, ce fût notre dessert de réveillon 2010.

Le plus délicat, c’est la cuisson. Pour une fois, il vaut mieux trop peu que trop si on veut conserver le côté coulant. Après, chacun ses goûts. Madame le préfère plus cuit que moi. Il faut tester et bien connaitre son four de surcroît pour ne pas se laisser surprendre.

Pour 6 fondants

Ingrédients :

  • 135 g de chocolat noir
  • 135 g de beurre
  • 135 g de sucre
  • 70 g de farine
  • 4 œufs
  1. Faire fondre le chocolat (de préférence au bain marie).
  2. Ajouter petit à petit dans le chocolat fondu le beurre en morceaux.
  3. Faire fondre tout le beurre dans la sauce au chocolat.
  4. Pendant ce temps, fouetter le sucre et les œufs entiers jusqu’à ce que le mélange blanchisse.
  5. Quand la sauce au chocolat  est terminée , la mettre hors du feu pour qu’elle tiédisse.
  6. Lorsqu’elle n’est plus chaude, l’ajouter à l’appareil œuf + sucre. Bien mélanger.
  7. Enfin, ajouter la farine tamisée. La pâte doit être bien homogène.
  8. Faire chauffer le four à 200°.
  9. Remplir des moules (préalablement beurrés généreusement, sauf si c’est du silicone), presque en entier.
  10. Insérer un carré de chocolat dans la pâte.
  11. Mettre à cuire de 10 à 12 minutes (suivant que vous le préfériez très fondant ou un peu plus cuit).
  12. Sortir les fondants du four et les mettre dehors ou dans le frigo quelques minutes pour faciliter le démoulage.
  13. Démouler sur assiette et servir tiède avec une boule de glace vanille.

P1020880

P1020906

Bon appétit.

Le risotto au gigot et aux tomates séchées

Voici une recette ramenée de Guadeloupe et fournie gracieusement par mon beau frère. Idéale pour recycler un reste de gigot pascal.
Le riz carnaroli pour ceux qui seraient ignorants comme moi, c’est la rolls du riz à risotto, environ 15 euros le kilo.

Ingrédients :

  • 400 g de riz carnaroli
  • 4 c à s d’huile d’olive
  • 4 c à s de tomates séchées
  • 3 ou 4 tranches de gigots d’agneau
  • 1 gros oignon
  • 20 cl de vin blanc
  • 1 litre de bouillon de volaille
  • 200 g de parmesan
  • 50 g de beurre
  1. Éplucher et émincer les oignons.
  2. Couper le gigot et les tomates séchées en petits morceaux.
  3. Faire chauffer l’huile d’olive dans une sauteuse à fond épais.
  4. Y faire revenir les oignons quelques minutes, jusqu’à ce qu’ils soient tendre.
  5. Ajouter le riz. Faire revenir jusqu’à ce qu’il soit bien enrobé par la matière grasse.
  6. Ajouter le vin blanc et laisser le riz le « boire », tout en remuant.
  7. Ajouter ensuite le bouillon de volaille, louche par louche, sans cesser de remuer (c’est du boulot le risotto).
  8. A la moitié de votre litre de bouillon, mettre le gigot dans la sauteuse.
  9. Quand tout le bouillon est ajouté, normalement le riz est cuit. Il doit être à la fois fondant et toujours un peu al dente.
  10. Finir en ajoutant le beurre, puis les tomates séchée et enfin le parmesan.
  11. Servir bien chaud.

risotto tomates sechées et gigot

Les escalopes panées

En matière de viande, voici un de mes régals absolu : les escalopes panées. Ma maman les réussit divinement bien et j’ai repris la tradition en collaboration avec ma chère et tendre.

Voici donc le secret de famille enfin dévoilé. Amis végétariens et / ou au régime, passez votre chemin, ce qui suit risque de ne pas vous plaire.

Ingrédients :

  • 4 belles escalopes de veau tranchées fines
  • 100 g de farine
  • 5 œufs
  • 250 g de chapelure (j’utilise la Tipiak qui est assez grossière et qui fonctionne super bien)
  • sel et poivre
  • 100 g de beurre (pour la cuisson)
  • un peu d’huile d’arachide (pour la cuisson également)
  1. Étaler les escalopes entre 2 grandes feuilles de papier sulfurisé. Les aplatir sans pitié à l’aide d’un rouleau à pâtisserie (pas trop violemment quand même) jusqu’à ce qu’elles soient d’épaisseur homogène et surtout très fines.
    Escalopes panées
    Avant affinage au rouleau
    Escalopes panées
    Après affinage au rouleau
  2. Battre les œufs dans un saladier et assaisonner de sel et poivre.
  3. Mettre la farine dans une assiette plate et la saler. Bien mélanger.
  4. Verser la chapelure dans un plat ou une grande assiette creuse.
  5. Enduire entièrement les escalopes de farine et les tapoter gentiment pour enlever le surplus.

    P1010318

  6. Les passer rapidement dans l’œuf battu. Elles doivent être entièrement enduites.

    P1010319

  7. Les enduire généreusement de chapelure. Là aussi, il ne doit pas rester une trace de viande visible.

    P1010320

  8. Les réserver sur un grand plat et les faire reposer pendant une ou deux heures (ou jusqu’à une heure avant le moment de les faire cuire).
  9. Une heure avant la cuisson, les sortir du frigo et les repasser dans l’œuf battu et la chapelure. Tout le secret réside dans cette double panure. Un peu comme les frites et les deux bains de cuisson.

    P1010330

  10. Remettre au frigo.
  11. Faire chauffer 50 g de beurre et une cuillère à soupe d’huile d’arachide dans une poêle à feu vif.
  12. Quand la matière grasse est bien chaude, y mettre les escalopes.

    P1010332

  13. Elles sont cuites lorsque la panure est bien dorée et l’escalope « rigide ». Il ne faut pas avoir peur de rajouter du beurre si la poêle manque de gras. Ça risquerait de faire brûler la panure.
  14. Servir avec des petits pois carottes (la tradition) ou n’importe quel légume vert pour alléger un peu. Ceci dit si vous voulez vous faire une bonne purée ou des frites avec, go ahead !!

P1010337

A chaque fois que je fais cette recette, ça me fait penser à l’escalope viennoise que j’ai dévorée … à Vienne. Un truc énorme qui ne tenait pas  sur une assiette standard. La finesse de l’escalope et de la panure étaient exceptionnels. Un grand souvenir.